DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


DIVINE MAIS DANGEREUSE

Lui écrire surfeur51

Divine mais dangereuse DVD sorti le 05/09/2001


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Pathé
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle : 05 Septembre 2001
Nombre d'entrées : 135 200

Durée du film : 1 h 29 min.
Acteurs: Liv Tyler

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2857


   

Le Film : 7.5/10

Résumé :  Ce soir là, il y avait de l'ambiance au McCool's. Randy, le barman, servait comme d'habitude. Carl, l'avocat, était resté jusque tard dans la nuit. Le détective Dehling, lui, n'est arrivé que lorsque l'on découvrit le cadavre... Le corps était-il le trait d'union entre ces trois hommes ? Où était-ce l'époustouflante jeune femme si justement prénommée Jewel ? Avant l'aube, elle était devenue l'unique pensée des trois hommes : elle avait emménagé avec l'un, fait oublier sa vie d'homme marié au second, et la mort de sa femme au troisième.

Avis : Comédie satirique noire, "Divine mais dangereuse" joue à fond sur le thème de la jolie fille qui fait littéralement perdre la tête aux hommes. Tous les traits de caractère sont outrés, les situations cocasses, et les moments potentiellement dramatiques, par exemple quand il y a mort d'homme, sont présentés de façon humoristique. Première oeuvre du réalisateur Harald Zwart, avec la caution de Michael Douglas comme producteur et acteur d'un des personnages principaux, ce film sans prétention mais illuminé par Liv Tyler en bombe sexuelle, est à savourer au second degré, son final déjanté constituant l'apothéose d'une série de scènes érotico-hilarantes.

L'histoire est racontée par des flash backs à travers les récits de trois hommes, chacun se confiant à un interlocuteur différent : Randy (Matt Dillon), le barman, explique au tueur à gage Burmeister (Michael Douglas) comment il s'est fait mettre le grappin dessus par une brune provocante, Jewell (Liv Tyler), et lui indique ce qu'il attend de lui. L'avocat Carl (Paul Reiser), le cousin de Randy, explique à sa psy comment il a rencontré Jewell un soir au bar McCool's et comment elle est devenue sa maîtresse, l'initiant à des jeux sado-maso. Et le détective Dehling (John Goodman) se confie auprès d'un prêtre au sujet de sa relation avec Jewell, qu'il voit, après la mort de sa femme, comme un don de dieu découvert à l'occasion du meurtre qui s'est déroulé chez McCool's, la victime étant un truand venu cambrioler le bar, joué par Andrew Dice Clay. Mais les trois hommes n'ont pas tous vu la même chose, d'abord objectivement parce qu'ils n'étaient pas tous les trois simultanément au même endroit, et aussi subjectivement, la divine créature jouée par Liv Tyler ayant une forte tendance à perturber leur jugement, en plus de leur libido. A chaque récit on découvre un peu plus de la vérité, où Jewell apparaît comme une dangereuse manipulatrice, alors qu'en fait elle est juste centrée sur son objectif principal : avoir une belle maison à elle, mais surtout équipée d'un lecteur de DVD (personne ici ne la contredira!). Et pour parvenir à ses fins, elle utilise sans le moindre remord l'arme de la séduction dont l'a dotée la nature. Liv Tyler est incendiaire dans ce rôle, qui la montre autrement plus sulfureuse que la jeune fille qui découvrait sa sexualité dans "Beauté volée", tourné cinq ans auparavant. Le casting pour les quatre hommes qui tournent autour d'elle est également parfait, Dillon, Reiser, Goodman et Douglas se faisant et nous faisant plaisir à travers des scènes absolument jubilatoires dont un seul sortira en ayant touché le gros lot, d'ailleurs surtout grâce à son lecteur de DVD.

Les décors sont variés, avec une réalisation soignée jouant sur les cadrages et les jeux de lumières. Le film bénéficie d'un rythme enlevé dans sa première partie, et connaît son dénouement lors d'une scène d'action à la fois spectaculaire et hilarante, malgré son côté potentiellement dramatique. On pourra juste regretter que la fin alternative présentée en bonus n'ait pas été retenue, car elle poussait encore un peu plus loin la logique noire du comique du scénario de Stan Seidel. C'est la partie centrale qui est la moins réussie, le spectateur masculin profitant néanmoins sans fausse honte du spectacle craquant de Jewell ensorcelant ses soupirants avec ses décolletés plongeants, ses robes ultracourtes et son air de fausse ingénue. Et même si l'humour se situe souvent en dessous de la ceinture, on a là un divertissement globalement réussi, mais il est évident que ce film ne marquera pas particulièrement l'histoire du cinéma.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.77:1

Avis : Très belles couleurs, assez contrastées, le master étant très propre comme il se doit avec un film assez récent. La définition est excellente et la compression a été effectuée avec beaucoup de soin malgré certains passages plutôt difficiles à encoder. Sur le plan artistique, la photographie est très agréable, au niveau des décors, des costumes (en particulier la garde robe souvent minimaliste de Jewell), et du traitement des jeux d'eau et de lumières.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Français

Avis : VO et VF sont très proches, les enceintes arrières étant assez peu sollicitées comme c'est souvent le cas dans les comédies centrées sur les dialogues. La scène finale justifie néanmoins une bande 5.1 avec des effets de spatialisation plus marqués et une utilisation du caisson plus poussée. Les dialogues sont clairs, et la musique de Marc Shaiman est agréable et restituée avec une bonne ampleur.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
Les menus sont animés et sonorisés. Le film est découpé en 14 chapitres, et on peut changer de langue et mettre les sous-titres à la volée


Les bonus :

Bien qu'assez nombreux, ces bonus ne présentent souvent qu'un intérêt moyen, sauf la fin alternative. Sauf mention spécilae, tout est en 4/3 VOst.

  • Bandes annonce VF et VOst du film.
  • Filmographies de Harald Zwart, Liv Tyler, Matt Dillon, Paul Reiser, John Goodman et de Michael Douglas, chacun ayant une ou deux pages de texte illustré en 16/9.
  • Story-boards : Les scènes de début et de fin sont présentées avec une comparaison image du film/ dessin du story-board.
  • Premières lectures : documentaire de 3 minutes montrant de courts extraits du film comparés avec la même scène lors de la première lecture du script par les acteurs.
  • Essais looking de Liv Tyler : court documentaire montrant des essais de costumes et coiffures pour Jewell.
  • Comment a été tué Paul Reiser : explication en 1 minute par le réalisateur du trucage pour la scène où Carl est écrasé par une benne à ordure.
  • Making of et interviews : documentaire de 9 minutes montrant principalement des images du tournage, complétées par quelques interviews. Bien que trop court et limité à quelques scènes, ce petit making of donne un aperçu de l'ambiance qui régnait lors du tournage. A noter une piètre qualité d'image, trop souvent surexposée.
  • Clips vidéo de A-ha "Velvet" et Joan Osborne "Love is alive".
  • Quatre scènes inédites, et une fin alternative, que l'on peut visionner avec ou sans commentaires du réalisateur. La fin alternative donne une vision plus noire du personnage de Jewell que celle retenue en définitive.
  • Repérages commentés : quelques photos pour chacun des différents décors, dotées en sous-titres de commentaires explicatifs. On y apprend qu'il existe un vrai McCool's, mais ce n'est pas le bar utilisé pour le tournage.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray transparent, la liste des chapitres étant imprimée au verso de la jaquette. Le visuel diffère complètement de l'affiche du film, dont on a une petite idée dans la boule de verre tenue par Jewell.



    La sérigraphie

    La sérigraphie reprend la partie du visuel de la jaquette centrée sur Jewell. Il est dommage que le rond central ne soit pas imprimé, ce qui mange une partie du visage de Liv Tyler, par contre les nombreux logos se fondent bien dans l'image et passent assez inaperçus, de même que les textes légaux en pourtour du disque.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (15/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020