DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LE PARRAIN 3

Lui écrire surfeur51

Le parrain 3 DVD sorti le 18/11/2004


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Paramount
Distributeur :
Paramount

Date de sortie en salle : 27 Mars 1991
Durée du film : 2 h 43 min.
Acteurs: Andy Garcia

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4263


   

Le Film : 9/10

Résumé : New York, 1979. A cinquante ans passés, Michael, patriarche du clan Corleone, souhaite prendre ses distances à l'égard de la pègre. Il a réinvesti sa fortune, malhonnêtement acquise, dans des activités légales comme la banque ou l'immobilier et multiplie les donations aux bonnes oeuvres. Il accepte même, à la demande de son ex-épouse Kay, que leur fils Anthony, au lieu de prendre sa succession, devienne chanteur d'opéra...

Avis : Tourné un quinzaine d'années après "Le Parrain 1 & 2", tout en conservant le style graphique de ces deux premiers épisodes qui eux étaient sortis à deux ans d'intervalle, "Le Parrain 3" est souvent considéré comme le moins réussi de la série. Il se révèle en fait comme un complément majeur permettant de boucler la saga, avec la fin de la vie de Michael qui prend une forme de rédemption, pendant qu'un nouveau Parrain apparaît, sous les traits de Vincent Mancini, le fils illégitime de Sonny, le frère de Michael. Francis Ford Coppola retrouve son style empreint de lenteur et de grandeur, avec des décors et des costumes somptueux, et toujours cette opposition entre le bien et le mal au sein de la famille Corleone.

Le film peut être découpé en deux parties, la première montrant un Michael cherchant à effacer le côté noir de son passé en se rapprochant de l'Eglise qu'il aide financièrement, la deuxième étant plus violente et couronnée par une soirée à l'opéra, une scène intense et dramatique qui clôt la saga sur une touche absolument grandiose. Al Pacino retrouve bien évidemment son rôle, avec toujours la même justesse dans l'interprétation, et une très grande sobriété, au contraire d'autres films où il en rajoute un peu. Diane Keaton interprète à nouveau Kay, plus apaisée que dans "Le Parrain 2" après s'être séparée de Michael, et Talia Shire est toujours Connie, la sœur de Michael. Tous les autres personnages sont nouveaux, les caractères les plus marquants du film étant les deux enfants de Kay et Michael, Mary (Sofia Coppola), et Anthony (Frank d'Ambrosio), et surtout Vincent (Andy Garcia), qui, amoureux de Mary et adopté par Michael, va reprendre les activités mafieuses de la famille Corleone. Les liens familiaux sont ici encore plus décortiqués que dans les autres films, avec moins de violence et une analyse intéressante des rapports père-fille à travers les personnages de Michael et Mary. Le fait que cette dernière soit jouée par la fille du réalisateur, qui par ailleurs n'hésite pas à faire des parallèles entre sa propre vie et celle des Corleone, n'est probablement pas étranger à ce choix scénaristique (on notera que Sofia Coppola aura "joué" dans les trois films, étant le bébé baptisé dans le premier et un jeune enfant anonyme dans le second). Enfin, on retrouve ici la structure en parallèle des trois films où l'on voit un Parrain en place (Vito dans le 1, Michael dans le 2 et le 3) et un Parrain en devenir (Michael dans le 1, Vito dans le 2 (en flash back) et Vincent dans le 3). L'ensemble de la saga apparaît alors essentiellement comme la vie de Michael, a priori opposé à la violence mais qui n'a pas su lui résister dans le but de protéger sa famille. En retour, il n'obtiendra pour celle-ci que le malheur, le tout sur fond d'une Amérique du 20ème siècle dont la société s'est construite souvent en dehors des lois en intégrant des émigrants d'origines diverses. La tonalité est encore plus noire que dans les films précédents, car ce sont des innocents qui payent pour des crimes qu'ils n'ont pas commis, le responsable principal ne pouvant se réfugier que dans une solitude écrasante.

Gordon Willis est toujours responsable de la photographie, avec les tons jaunes et noirs qui donnent son unité à toute la saga. La musique est maintenant de Carmine Coppola, mais il y a une grande unité avec les thèmes développés par Nino Rota dans les films précédents. Au total, cette saga extraordinaire, qui a marqué à jamais l'histoire du cinéma, peut se voir dans la continuité sans que l'on prenne conscience du temps qui en a séparé la réalisation.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.78:1

Avis : Si quelques défauts de pellicule sont quelquefois apparents, l'image est la meilleure des trois films de la série, surtout grâce à une définition beaucoup plus précise, le film étant aussi le plus récent. Les couleurs très caractéristiques sont bien restituées, les contrastes sont très bons. La compression, sans être totalement irréprochable, sait se faire oublier. On notera juste un très léger pan & scan de l'image puisque le format d'origine est 1.85 et non 1.77 comme ce DVD.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Anglais et Surround en Français - Sous-titres : Anglais, Français

Avis : Le film ayant été tourné en stéréo, le remixage 5.1 de la VO, et également le surround de la VF ont nettement plus d'ampleur que les bandes son des deux films précédents, tournés initialement en mono. La dynamique est excellente, et une spatialisation certaine se fait entendre lors des fusillades, par exemple, et la scène de l'opéra est très prenante avec une forte présence de la musique sur les enceintes arrières.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
Le film se lance directement après l'insertion. Le menu principal, très légèrement animé et sonorisé (avec trois fonds d'image différents), doit être appelés à la télécommande. Le film est découpé en 25 chapitres. On peut changer de langue (y compris les commentaires) et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Edition simple avec les commentaires pour seul bonus. Des bonus existent pour ce film dans l'édition coffret qui rassemble les trois opus de la saga, mais qui ne bénéficie malheureusement pas de boîtier individualisé par film.

  • Commentaires du réalisateur Francis Ford Coppola, en VOst. Comme pour les deux films précédents le réalisateur fournit des informations nombreuses et intéressantes. Coppola n'hésite pas à faire de nombreux parallèles entre la vie des personnages et la sienne, d'autant plus que des membres de sa famille, et en particulier sa fille Sofia, tiennent des rôles significatifs dans le film. Il évoque également une fin alternative où Michael et Kay sont assassinés, et qui a été remplacée par la scène grandiose de l'opéra.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir contenant le disque édité précédemment pour ce film dans le coffret de la trilogie. La présente édition ravira ceux qui regrettaient, avec le coffret, de ne pas pouvoir individualiser ces films dans leur collection. Il faut donc saluer cette initiative de l'éditeur, même si c'est au détriment des bonus. Le visuel est centré sur Michael Corleone, avec des couleurs noire et jaune en parfaite harmonie avec le ton du film. L'ensemble de la jaquette est basé sur un graphisme commun aux trois films qui forment ainsi un tout cohérent d'une esthétique globale largement supérieure à celle du coffret.



    La sérigraphie

    La sérigraphie reprend le visuel de la jaquette, avec la même photo et le même titre stylisé, mais en anglais alors qu'il est en français sur la jaquette. Le rond central est imprimé, et les logos sont très discrets à l'exception d'un logo d'âge rouge et blanc qui gâche toute l'harmonie de l'image.


    Note Finale : (16/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 10/01/2007 à 11:40 par surfeur51 : Tout cela est une affaire de goût, mais je ne considère pas les digipacks rachitiques de ce coffret (tout comme ceux des Indiana Jones) comme des boîtiers individuels que l'on peut mettre sur des rayonnages à coté des autres DVD. L'exemple le plus réussi pour moi est la série des 007 ou les deux trilogies Star Wars.
    - le 10/01/2007 à 10:51 par ROLLO TOMASI : Etrange ta remarque sur l'absence de boitier individualisé pour chaque film composant la saga dans le coffret ! Le coffret collector est composé de fins boitiers pour chaque film + un spécialement dédié aux bonus ?!!!

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020