DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LA TUNIQUE

Lui écrire surfeur51

La tunique DVD sorti le 06/02/2002


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : 20th Century Fox
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle : 1 Décembre 1953

Durée du film : 2 h 08 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4529


   

Le Film : 7.5/10

Résumé : A Rome, le tribun Marcellus a gravement offensé Caligula, maître de la cité, en osant soutenir les enchères contre lui pour l'achat de l'esclave Demetrius. Pour punir cet affront, Caligula envoie Marcellus à Jerusalem. Il se débarrasse ainsi de son rival auprès de la belle Diane. Arrivé à Jerusalem, Marcellus fait crucifier Jésus, gagne sa tunique aux dés et perd la raison ...

Avis :  "La tunique" restera toujours dans l’histoire du cinéma comme le premier film sorti en cinémascope, et il connu un immense succès populaire, renouvelé lors d’une ressortie en 1963. Il reçut deux oscars et le Golden Globe du meilleur film. Aujourd'hui, même si le genre du peplum a été remis au goût du jour grâce à "Gladiator" de Ridley Scott, ce film apparaît comme un peu daté et il n'a pas aussi bien vieilli que "Ben Hur", "Les dix Commandements" ou "Cléopâtre". Il reste néanmoins un spécimen typique des épopées tragiques hollywoodiennes des années 50 et mérite d'être redécouvert, même si cette édition DVD ne lui rend pas entièrement hommage. Il est à noter que si l'histoire semble se terminer définitivement sur une note tragique, elle connaîtra une suite avec les aventures de Demetrius dans "Les Gladiateurs", tourné dans la foulée avec l'essentiel de l'équipe technique, Delmer Daves remplaçant Henry Koster à la réalisation (l'image dans l'arène juste après l'ouverture du rideau de "La tunique" est d'ailleurs extraite du tournage de "Les Gladiateurs").

Tous les ingrédients des grandes tragédies antiques se retrouvent dans le scénario, l'histoire de Marcellus, tirée du roman de Lloyd C. Douglas, qui ne repose sur aucun texte évangélique, étant le prétexte à nous montrer la naissance du christianisme lorsque les disciples de Jésus porteront sa parole dans tout l'empire romain après sa crucifixion. Fourberie, lâcheté et cruauté d'un côté, grandeur d'âme, abnégation, pardon et amour de l'autre permettent au spectateur de rentrer dans une histoire dont la trame est néanmoins assez simpliste. Le casting est dominé par Richard Burton (Marcellus), Victor Mature (Demetrius), Jean Simmons (Diane) et Jay Robinson (Caligula), entourés d'une pléïade de seconds rôles, parmi lesquels Donald C. Klune, l'assistant de Henry Koster (Jésus, plus suggéré que montré), Ernest Thesiger (l'empereur Tibère), Richard Boone (Ponce Pilate) et Betta St John (Miriam, la chrétienne infirme). Tous les acteurs interprètent à la perfection leurs personnages, et si Demetrius (illuminé par l'esprit du Christ) et Caligula, pas encore empereur mais déjà abject, sont un peu manichéens, les caractères de Marcellus et Diane apparaissent comme nettement plus nuancés. En particulier Marcellus, jeune tribun plutôt superficiel au début du film, évolue vers un personnage beaucoup plus responsable après sa conversion au christianisme. Quant à l'intelligente et gracieuse Diane, écartelée entre les avances de Caligula et son amour pour Marcellus, elle fait preuve de courage et de détermination et évite le rôle de potiche souvent dévolu aux personnages féminins des peplums. Sans qu'il y ait de grandes scènes spectaculaires (on notera néanmoins la mort du Christ et un beau combat à l'épée), le rythme est assez soutenu, avec assez peu de longueurs pour ce genre de film et un suspense certain dans la dernière partie, le final allégorique étant un peu grandiloquent mais ne manquant pas d'émotion. La mise en scène est très classique, le réalisateur Henry Koster se révélant un bon professionnel, mais l'ensemble manque d'une petite touche de génie qui aurait permis à ce film de plus marquer l'histoire du cinéma, même si pour l'époque, les costumes, les décors et la photographie de Leon Shamroy pouvaient être considérés comme remarquables.

"La tunique" pourra ne pas plaire à ceux qui, habitués aux standards du cinéma moderne, recherchent une action trépidante soutenue par des effets spectaculaires, mais il serait dommage pour un vrai cinéphile de n'avoir jamais l'occasion de visionner une œuvre qui porte en elle les germes des épopées antiques qui seront réalisées dans les dix années qui suivront sa sortie.


L'Image : 1.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.55:1

Avis : L’image est techniquement décevante. Le master n’a pas été restauré et de très nombreux défauts de pellicule sont apparents. La définition est vraiment moyenne, avec beaucoup de grain, et la compression très perfectible. Par contre les couleurs sont restées assez vives, avec de beaux contrastes. Sur le plan artistique les costumes sont soignés, mais les décors en studio paraissent aujourd’hui assez artificiels, ainsi que les quelques effets spéciaux (lors de la mort du Christ, en particulier).


Le Son : 2/3

Détails techniques : Dolby Digital 4.0 en Anglais, 2.0 en Français et Italien - Sous-titres : Français, Anglais, Italien…

Avis : La VO qui bénéficie d'une voie arrière a plus d'ampleur que la VF, mais cela joue surtout pour la musique car il n'y a pas d'effets de spatialisation. Les dialogues sont clairs dans les deux versions. On soulignera la partition musicale tout à fait réussie d'Alfred Newman, prenante et qui a la solennité de circonstance, sans être pompeuse, et qui a assez peu vieilli.


L'Interactivité : 0.5/3

L'ergonomie des menus :
Menus fixes et muets. Le film est découpé en 20 chapitres, et il faut repasser par le menu pour changer de langue ou de sous-titres, le point de lecture étant conservé.


Les bonus :

Edition malheureusement pratiquement exempte de suppléments.

  • Bande annonce en 4/3, format cinéma légèrement recadré (2.10:1). La qualité technique de l'image est médiocre, ce qui est compréhensible avec l'âge du film.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray transparent, la liste des chapitres étant imprimée au verso de la jaquette. Le visuel ne reprend pas l'affiche originale, fort datée et qui figure en vignette sur la page des caractéristiques, et cette composition nouvelle est assez bien dans le ton du film.



    La sérigraphie

    Si la qualité d'impression est excellente, le niveau artistique est décevant, avec le titre affiché dans les trois langues disponibles en audio, sur fond d'un drapé rouge figurant la tunique de Jésus. Les textes légaux sont très discrets, les logos un peu moins. Le rond central n'est pas imprimé, mais cela n'a aucune conséquence, vue la simplicité de l'image


    Note Finale : (12/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020