DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


100 DOLLARS POUR UN SHéRIF - EDITION 2002

Lui écrire surfeur51

100 dollars pour un shérif - Edition 2002 DVD sorti le 15/04/2002


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Paramount
Distributeur :
Paramount

Date de sortie en salle : 18 Février 1970
Nombre d'entrées : 800 000 env.br>
Durée du film : 2 h 03 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2959


   

Le Film : 8.5/10

Résumé : Le sherif Rooster Cogburn est engagé par une jeune femme au caractère bien trempé, déterminée à retrouver l'homme qui après avoir tué son père, s'est enfui avec leurs économies. Le Texas Ranger La Bœuf participe à la traque pour toucher la prime.

Avis : John Wayne avait 62 ans au moment du tournage de "100 dollars pour un shérif", ce western étant ponctué par le seul Oscar sa prolifique carrière. Sur les thèmes de la vengeance et de la recherche de justice, le scénario, très fidèlement adapté d'un roman de Charles Portis, nous offre un délicieux mélange d'action, d'humour et d'émotions à travers la relation entre un vieux baroudeur borgne, buveur et grognon et une jeune femme décidée et impétueuse que rien ne réussit à détourner de sa volonté de venger la mort de son père. Henry Hattaway réalise là une œuvre enlevée, servie par son casting, de magnifiques décors naturels, et par des dialogues qui sonnent toujours justes. Si le succès en salle a été relativement modeste en France lors de sa sortie, les nombreux passages à la télévision ont popularisé ce film au point qu'il est devenu désormais un grand classique, l'édition DVD lui restituant toutes ses qualités visuelles et sonores.

Si Mattie Ross (Kim Darby) jette son dévolu sur le vieux sherif Rooster Cogburn (John Wayne) pour l'aider à retrouver Tom Chaney, l'assassin de son père, c'est parce qu'il a la réputation d'être un dur. Et de fait l'homme est un gaillard qui ne s'en laisse pas compter, peu disposé dans un premier temps à aider la jeune femme, mais quand même attiré par la promesse d'un magot de 100 dollars en cas de réussite. John Wayne est taillé pour ce rôle, son physique imposant contrastant avec celui de Mattie, une fille style garçon manqué qui sait ce qu'elle veut, mélange de force et de fragilité, courageuse et opiniâtre, tellement casse-pieds qu'elle en recevra même une bonne fessée. Ils sont tous deux accompagnés par La Bœuf (Glen Campbell), qui recherche également Chaney pour le meurtre d'un sénateur texan, celui-ci s'étant réfugié dans le territoire indien au sein de la bande de voleurs de Ned Pepper (Robert Duvall) et Moon Garrett (Dennis Hopper). Le film est découpé en deux parties bien distinctes, la première montrant les mœurs de l'ouest, avec les saloons, l'hôtel-pension de famille, les séances de pendaison qui attiraient tout le village comme à une fête, et on fait connaissance avec les personnages principaux, Cogburn n'ayant pour seuls amis qu'un vieux marchand chinois et un chat. C'est aussi l'occasion pour Mattie de montrer ses talents de négociatrice avisée lors de deux scènes succulentes de marchandage avec un vendeur de chevaux. La deuxième partie se déroule tambour battant dans les paysages de l'Oklahoma (en fait le tournage a eu lieu en Californie et dans le Colorado), avec ses rivières, ses forêts et ses montagnes où se cachent Pepper et ses sbires. Action et scènes chocs, parfois violentes, (le crotale, le duel à cheval dans la clairière, la chevauchée éperdue contre la mort) caractérisent la deuxième heure du film, au cours de laquelle les rapports des deux héros principaux vont évoluer vers une sorte de relation où Mattie retrouve un père de substitution et Cogburn une fille qu'il n'a jamais eue.

John Wayne, qui n'a pas hésité à grossir et s'enlaidir avec son bandeau sur un oeil, mérite son Oscar, même si à l'époque certains considérèrent qu'il l'avait reçu surtout pour couronner l'ensemble de sa carrière, et Kim Darby est parfaite dans le rôle de Mattie, mais on ne reverra plus l'actrice dans d'autres rôles vraiment marquants. Robert Duvall campe avec justesse un brigand peu recommandable, mais qui a un certain sens de l'honneur, par contre Glen Campbell, ex chanteur des Beach Boys, ne brille pas particulièrement dans le rôle de La Bœuf, la seule petite fausse note du casting. On ne s'ennuie à aucun moment, les scènes lentes du début étant pleines d'humour et d'émotion, et les scènes d'actions ménageant un bon suspense et une bonne dose de drame sans jamais verser dans le pathétique larmoyant. Au total un excellent western, qui verra une suite beaucoup moins réussie quelques années plus tard lorsque John Wayne reprendra le rôle de Rooster Cogburn dans " Une bible et un fusil", avec Katharine Hepburn à ses côtés.


L'Image : 2/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.78:1

Avis : Malgré quelques légers défauts de pellicule le master est propre, et les couleurs vives des tons d'automne du film sont bien restituées, avec de beaux contrastes, sauf lors de rares passages où les tons sont plus délavés. La définition est bonne, et la compression très correcte malgré un peu de fourmillement dans les arrières plans uniformes. Les aspects artistiques sont soignés grâce à la photographie recherchée de Lucien Ballard, et de beaux cadrages du réalisateur avec un travail aussi bien sur les gros plans que sur les longs travellings latéraux.


Le Son : 1.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 2.0 en Français, Anglais, Allemand, Espagnol, Italien - Sous-titres : Français, Anglais, Allemand, Italien, Danois, Hollandais…

Avis : La bande son est monophonique d'origine, répartie sur les deux voies latérales. Elle manque un peu d'ampleur, mais sa qualité est bonne avec des dialogues clairs et un bon rendu de la partition musicale très variée d’Elmer Bernstein. VO et VF sont proches techniquement, mais la doublure de Kim Darby donne à Mattie un côté insupportable qu'on ne remarque pas en VO.


L'Interactivité : 0.5/3

L'ergonomie des menus :
Le film se lance directement après le choix de la langue. Les menus sont accessibles à la télécommande


Les bonus :

On n'a malheureusement droit à aucun vrai bonus.

  • Bande annonce en 16/9 VO, format cinéma respecté.

  • Les Visuels : 0/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir. Le visuel est assez simpliste, avec juste la trogne de Rooster Cogburn avec un entourage façon bois d'un effet artistique assez pauvre, sans parler de la couleur mauve du titre qui jure largement.



    La sérigraphie

    Il n'y a pas de sérigraphie, seul le titre original (True Grit) bénéficie d'un graphisme élaboré. Le reste est envahi par des logos démesurés et des inscriptions légales et techniques surabondantes.


    Note Finale : (12.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 10/03/2008 à 09:24 par jean-michel : Excellente critique!! très bien écrite!

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020