DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


PRINCESSE CHANG PING

Lui écrire ninnin4

Princesse Chang Ping DVD sorti le 15/03/2007


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : HK Vidéo (Seven7)
Distributeur :
Seven7 / Metropolitan Filmexport

Durée du film: 1 h 39


Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2194


   

Le Film : 5/10

Résumé : Le jour des fiancailles de la Princesse Chang Ping, le royaume de son père est assiégé par des rebelles. Pris au piège, sommé de renoncer, le vieux seigneur ordonne à ses deux épouses de se donner la mort, tue ses enfants et se suicide par pendaison. Alors que le royaume est en flammes et que les insurgés célèbrent la victoire, la princesse, grièvement blessée mais miraculeusement vivante, la princesse est conduite dans un couvent où son fiancé parvient à la retrouver bientôt poursuivi par ses ennemis mortels…

Avis : Avant de commencer ma critique, je voudrais au préalable situer mon point de vue général. Tout d’abord, je suis un fan inconditionnel de John Woo. Si inconditionnel que j’ai même réussi à mettre des notes relativement bonne (entre 7 et 8 quoi) à des œuvres mineures comme « Broken Arrow » ou « Chasse à l’homme dans des loupes précédentes ce qui à l’époque, m’avait valu les foudres de certains, critiquant ma approche viscérale et non raisonnée de ces oeuvres. Ces notes, aussi discutables soient elles correspondent au capital sympathie que ces films me procurent mais aussi à la qualité de la mise en scène qui est, rappelons le virtuose. Par contre, il est un genre de film que j’exècre par-dessus tout et dont seul « 8 femmes » a réussi à me procurer un certain plaisir, c’est la ‘comédie’ musical en général. Des Disney aux comédies musicales de Fred Astaire, de l’exécrable « Moulin Rouge » en passant par le passable « Chicago », je déteste ce genre de film qui est pour moi le plus souvent un sommet de niaiserie parfois benêt, parfois pleurnichard (« Dance in the dark ») et dont l’ennui général que me procurent ces œuvres m’obligent le plus souvent à arrêter en cours de visionnage dans le meilleur des cas. Enfin, même si je m’estime être un mélomane averti et hétéroclite puisque autant amateur de Jazz que de variété, de classique de que musiques plus contemporaine voire traditionnelle, j’ai toujours eu une aversion certaine pour l’opéra. Que ce soit bien claire entre nous, cet avis ne partage que moi, il se situe plus dans l’appréciation des genres qu’autre chose mais en tout cas, ceci est la base du dilemme que me pose « Princesse Chang Ping ». Car, certes il s’agit d’un film de John Woo, une de ses œuvres de jeunesse puisque réalisée en 1976, la même année que « Hand of death » qui figurait en bonus sur le dvd HK video de « Last Hurrah for chevalery » du même Woo et où Jackie Chan voyait se confier son premier rôle à l’écran en tant qu’acteur, mais il s’agit dans le même temps d’un opéra classique Chinois adapté en film musical.

En soi, le scénario est suffisamment original pour susciter un intérêt particulier : le jour des fiançailles d’une princesse royale, le château de son empereur de père est assiégé. Celui-ci tue ses propres filles et demande à ses deux épouses de se suicider. C’est du rarement vu dans notre monde occidental si bercé par les tragédie de Racine, Corneille et autres Shakespeare même si cela fait relativement maigre pour un film de près d’1h40. heureusement, les personnages sont fort bien développés et on échappe au manichéisme d’habitude souverain ce qui rend l’intrigue et la recherche de l’amour par le jeune amant fort captivante. Malheureusement, il faut pour cela se taper (excuser moi du terme) de longs monologues, plus ou moins chantés, plus ou moins déclamés dans une langue aux accents difficilement compréhensibles, même dans les intonations puisque fort éloigné des nôtres. Il faut par contre reconnaître que le casting est rigoureusement choisi et que du jeune amant presque éphèbe en passant par la princesses desespérée et un chef rebelle relativement repoussant, chaque acteur trouve sa place dans son personnage aux physiques généralement attirant.
Le merveilleux du film tient dans la direction artistique, à savoir principalement les décors et les costumes. Dignes des plus beaux films de la Shaw Brother (« La rage du tigre » par exemple), ils sont véritablement le point fort de cette œuvre et sont là pour rappeler aussi que la beauté plastique de ses films, John Woo la tient à son maître et mentor Chang Cheh pour lequel il a été pendant de longues années le premier assistant.
La principale déception vient par contre de la réalisation. « Princesse Chang Ping » est pour Woo son meilleur film anté « Syndicat du crime ». De par son style hyper chorégraphie même dans les affrontements les plus violent, de par ses élans lyriques qu’il a su intégrer au sein même de ses polars urbains, je m’attendais à un véritable renouveau du genre. Je n’ai certes pas de références comparatives mais même s’il ne s’agit pas d’une banale caméra statique filmant une pièce de théatre, l’ensemble manque quand même singulièrement de panache. On lui reconnaîtra quand même uen caméra suffisamment souple pour donner corps à des mouvements de travelling harmonieux qui permmettent au spectauer de profiter encore plus des décors et qui dynamise un peu l’action ce qui au final augmente la qualité esthétique déjà aprfaite mais qui ne suffit pas à dynamiser vraiment le film

En conclusion, ce film s’adressera donc aux inconditionnels du maîtres qui veulent tout connaître de sa filmographie d’autant qu’on attend toujours une parution de ses chef d’œuvre « Le syndicat du crime ». D’une beauté globale égalant les chef d’œuvre des studios Shaw, J.W a voulu à l’époque relancer( la mode des films/opéra. Alors jeune réalisateur débutant, il se fit la main sur ce film et a réussi le pari de bouger légèrement les codes du genre. Mais l’ensemble reste bien trop statique et il faut vraiment aimer l’opéra et la musique asiatique pour apprécier pleinement ce film qui n’en demeure pas moins une très belle histoire d’amour, à l’intrigue et aux ressorts parfois originaux et qui par moment est traversée de moments de pure féérie (Le final), bien plus ‘dansant’


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Video : 16/9 – Ratio : 2.35:1

Avis : Le film a maintenant plus de 30 ans, les conditions de conservations asiatiques ne sont pas des plus recommandables et pourtant le master est impeccable. Les couleurs sont vives, il n’y a aucun défauts et la compression fait des merveilles…ce qui met encore plus en valeur la beauté des costumes et des décors. Il suffit de voir les extraits du film brut dans l’interview bonus pour constater l’effort de remasterisation fourni


Le Son : 2/3

Détails techniques : Dolby Digital 1.0 en cantonais– Sous titres : Français, anglais

Avis : Un mono irréprochable aussi. Il ne grésille jamais, il est dynamique….un 5.1 aurait dénaturer la partition et de toute façon aurait été complètement inutile


L'Interactivité : 1/3

L'ergonomie des menus :
Classiqque de chez classique chez HK video, les pages de menus sont illsutrés par des rapide scènes du film et sonorisé par des morceaux de la B.O.F. Ils sont bien sur en 16/9ème et la lisibilité est excellente puisque les titres de pages se situent dans la partie inférieure


Les bonus :

  • 8 bandes annonces de la collection HK
  • Excellente interview d’un des membres de l’opéra de l’époque
  • Bande annonce du film
  • Si ce n’est un packaging exceptionnel et une remasterisation exemplaire, l’appelation collector est quand même pas mal usurpée.


    Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    HK video innove une fois de plus et une fois encore, c’est pour le meilleur. Certes, à force, l’effet collection est un peu cassé mais il faut avouer que ce produit a tout pour nous séduire : solide surétui cartonné rouge qui met en valeur le couple maudit avec juste le titre, le logo et le nom du réalisateur….extrêmement sobre ! Ce surétui est ouvert sur la face supérieur dans lequel se glisse un livret au format à l’italienne et au bout duquel on trouve le disque magnifiquement sérigraphié.

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    Très belle sérigraphie qui comprend le rond central met en valeur l’héroïne du film dans une position ‘dansante’ et toute parée d’or. Ce portrait se trouve dans la partie droite de la galette, de l’autre côté se trouvent discrètement les mentions légales.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (12/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 02/04/2007 à 14:51 par ninnin4 : Merci à toi Niko et surtout, n'hésites pas à me faire part de ton avis après ton visionnage du film.
    - le 01/04/2007 à 08:29 par Niko06 : Merci pour ta critique ninnin4 ;) Je me laisserai peut-être tenter par ce film un de ces jours car j'aime beaucoup l'opéra chinois ET john woo. En tout cas ta loupe est excellente!

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020