DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


GUET-APENS

Lui écrire surfeur51

Guet-apens DVD sorti le 25/11/1998


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Warner Home Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie en salle : Février 1973
Nombre d'entrées : 1 294 253

Durée du film : 1 h 58 min.
Acteurs: David Morse

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2022


   

Le Film : 8.5/10

Résumé : Le prisonnier Doc McCoy a accepté le marché que lui a proposé son avocat, commettre un hold-up en échange de sa remise en liberté. Il réussit le coup avec l'aide de sa jeune femme Carol. Mais il découvre vite qu'il a conclu un marché de dupes et que son arrêt de mort est signé.

Avis : Réalisé par Sam Peckinpah à partir du roman "Le lien conjugal", de Jim Thompson, "Guet-apens" est le type même du film de gangster des années 60-70 où le spectateur se met volontiers du côté du héros hors-la-loi, non parce que la police apparaît corrompue ou injuste, mais parce qu'il se mesure à encore plus truand que lui. Le fait qu'il soit accompagné d'une épouse assez craquante et forme avec elle un couple plutôt sympathique achève le tour de passe-passe qui va nous permettre de vibrer sans remord à toutes ses actions, aussi illégales qu'elles puissent être. Ce film, malgré sa violence dénoncée par la critique de l'époque, avec un nombre considérable de coups de feu tirés, connut un succès certain, en tous cas l'un des plus notables du réalisateur.

Voyant sa demande de remise en liberté rejetée, Carter 'Doc' McCoy (Steve McQueen) qui ne peut plus supporter les années de prison, demande à sa femme Carol (Ali MacGraw) d'intercéder auprès du puissant Jack Benyon (Ben Johnson) pour obtenir sa liberté, celui-ci acceptant à condition que Doc dévalise une banque. Le hold up va réussir, avec plusieurs gros grains de sable, quand Doc s'aperçoit d'une part que Benyon a demandé à son complice Rudy Butler (Al Lietteri) de le tuer, et d'autre part que Carol a du céder aux avances de Benyon pour obtenir le marché. Il va s'ensuivre une longue course poursuite entre Doc et Carol, porteurs du butin, et leurs poursuivants, la police et les complices de Benyon. Courses en voiture spectaculaires, mitraillages déments comme celui dans l'hôtel d'El Paso vers la fin du film, et quelques passages originaux comme la fameuse scène du camion poubelle, alternent avec des passages plus intimistes montrant les tensions entre Doc et Carol et les démêlés entre Rudy et un couple qu'il a pris en otage pour retrouver les McCoy. En plus d'une violence omniprésente, la tonalité du film est plutôt noire, Doc apparaissant comme un homme dur, aveuglé par une rancœur injuste envers Carol qui n'a agi que par amour pour lui. Malgré les dissensions au sein du couple, leur amour est palpable et souligné par l'alchimie entre les deux acteurs, et le moteur du suspense est autant l'attente de leur réconciliation que la poursuite elle-même.

Si la marque du réalisateur est incontestable, avec son sens des cadrages, des ralentis et des enchaînements audacieux, le tournage fut néanmoins mouvementé entre le réalisateur et l'acteur vedette qui, ayant les droits de production, imposait de nombreux choix techniques. Parmi ceux-ci, on notera le changement au dernier moment de la musique de Jerry Fielding, avec qui Peckinpah travaillait régulièrement, par celle de Quincy Jones, trouvée plus moderne par McQueen, et le remontage final par Robert Wolfe, provoquant la fureur du réalisateur lors de l'avant-première du film. En outre, le roman de Thompson avait été un peu affadi lorsqu'il avait été réécrit par le scénariste Walter Hill, et Peckinpah ne retrouvait pas la noirceur initiale qui lui avait fait accepter le projet. Enfin, l'idylle entre Steve McQueen et Ali McGraw, qui allaient se marier après le tournage, alimentait les chroniques des paparazzi et compliquait le tournage, même si les rapports entre leurs personnages y gagneront grandement en crédibilité à l'écran. Mais toutes ces péripéties n'empêchent pas le film d'avoir une certaine unité, un rythme trépidant, le dénouement, là aussi fort différent du roman initial, étant considéré par beaucoup comme le point faible du scénario. Steve McQueen crève l'écran, alos qu'Ali MacGraw, bien que son personnage soit le plus sympathique du film, manque un peu d'épaisseur pour ce rôle.

Ce film, qui servira d'inspiration à de nombreux autres sortis dans les années suivantes, fera l'objet d'un remake très fidèle par Roger Donaldson, en 1994, avec Alec Balwin et Kim Basinger, cette dernière ayant justement la présence qui manquait un peu à Ali MacGraw, et un excellent James Wood. Malgré toutes les critiques reçues, ce remake n'a pas à rougir devant l'original, mais son intérêt cinématographique est restreint car il n'a rien apporté de plus par rapport au film de Peckinpah.


L'Image : 1.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : Image plutôt décevante, avec un master pas très propre laissant voir de nombreux défauts de pellicule, et une définition moyenne avec beaucoup de grain. La compression est loin d'être optimale, les couleurs manquent de vivacité et les contrastes manquent de profondeur. Pas de quoi rendre l'hommage que mériterait la photographie très soignée de Lucien Ballard.


Le Son : 1.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 1.0 en Français, Anglais et Italien- Sous-titres : Français, Anglais, Italien, Néerlandais, Arabe…

Avis : La bande son mono est forcément décevante pour un film avec beaucoup d'action et de scènes spectaculaires. Les explosions et les mitraillages manquent de relief, même s'il n'y a pas grand chose à reprocher au rendu des dialogues et de la musique de Quincy Jones, un peu datée. Peu de différences de qualité entre VO et VF.


L'Interactivité : 0.5/3

L'ergonomie des menus :
Le film se lance directement à l'insertion du disque. Les menus, accessibles à la télécommande, sont fixes, muets, et d'un niveau artistique très pauvre.


Les bonus :

Cinq bonus qui n'en sont pas, il n'y a pratiquement rien à tirer de ces pages de texte plutôt rébarbatives.

  • Casting et équipe technique : deux pages de générique simplifié, en 16/9
  • La préparation d'un acteur : deux pages de texte en 16/9 citant quelques anecdotes concernant la préparation de Steve McQueen avant de tourner le film. Sommaire…
  • Deux premières pour Ali MacGraw : trois pages de texte parlant des cours de conduite et de tir au fusil que du prendre l'actrice avant le film… pas bien passionnant
  • Sur les lieux de tournage : trois pages de texte, la seule info vraiment intéressante est que le début du film au pénitencier de Huntsville a été tourné avec les vrais détenus et les vrais gardiens.
  • Autres films à voir : liste de films Warner, classés soit par acteur, soit par genre, qui doivent plaire à ceux qui ont aimé "Guet-apens"

  • Les Visuels : 0/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir qui remplace le boîtier cartonné Warner initialement utilisé. Le visuel spécifique à cette édition ne reprend pas du tout l'affiche agressive du film, et suggère un scénario policier qui ne correspond pas vraiment au film.



    La sérigraphie

    Pas de sérigraphie ni d'impression , le titre (dans les trois langues disponibles en audio), les logos (trop gros) et les textes légaux apparaissant en jouant sur la texture du fond argenté (brillant sur brossé).


    Note Finale : (12/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 04/07/2007 à 10:54 par Niko06 : superbe film qui bénéficie de "deluxe editions" un peu partout dans le monde avec trailers et commentaires audios ;)

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019