DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LE GRAND MCLINTOCK - EDITION SPéCIALE

Lui écrire surfeur51

Le grand McLintock - Edition spéciale DVD sorti le 05/06/2007


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Paramount
Distributeur :
Paramount

Année de sortie en salle : 1963
Durée du film : 2 h 02 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
5399


   

Le Film : 7.5/10

Résumé : George Washington McLintock, propriétaire du plus grand ranch de la région, est riche, respecté et craint par tout le monde sauf par sa femme Katherine qui revient après deux ans d'absence pour demander le divorce et obtenir la garde de leur fille Rebecca. Mais aucun des deux n'entend capituler au profit de l'autre.

Avis : Trouvant son inspiration dans la pièce de Shakespeare "La mégère apprivoisée", et reprenant le couple vedette de "L'homme tranquille" de John Ford, qui rassemblait déjà John Wayne et Maureen O'Hara, "Le grand McLintock" est une comédie de mœurs satirique avec en toile de fond la plupart des grands thèmes de la conquête de l'ouest : la colonisation par les blancs des territoires des indiens, les grands éleveurs de bétail, les villes-champignons aux confins du désert, la loi des shérifs avec des pendaisons expéditives, le chemin de fer et les bagarres entre ivrognes dans les saloons. Si ce film, réalisé par Andrew V. McLaglen, n'a pas l'aura des grands westerns de John Wayne, il est pourtant représentatif du personnage, jusqu'à l'auto caricature, et il réserve plusieurs scènes devenues cultes que l'on a toujours plaisir à revoir.

George Washington McLintock, GW pour tous ses amis, possède pratiquement tout ce qui visible jusqu'à l'horizon autour de la ville qui porte d'ailleurs aussi son nom. Apprécié pour son honnêteté et sa générosité, il sait reconnaître le travail de ses employés, qu'il paye bien, et met un point d'honneur à donner leur chance à ceux qui n'ont pas été épargnés par la vie. Il s'est lié d'amitié avec les indiens après les avoir combattus des années auparavant, et, là également, il est avant tout guidé par un souci de justice. Ici, John Wayne apporte sa stature immense (au propre comme au figuré) à un personnage idéalisé qui véhicule tout ce qu'il y a de plus noble dans l'Amérique triomphante de la fin du XIXème. Mais, en contrepoint, la vie privée de GW est bien bancale, depuis que sa femme Katherine (Maureen O'Hara) est partie, sans doute lassée par ses infidélités. Et GW, inconsolable sans l'admettre, noie chaque soir son chagrin dans l'alcool avant de regagner seul la chambre conjugale, jusqu'au jour où la nouvelle se répand dans tout McLintock : Katherine est de retour. En fait celle-ci revient pour demander le divorce, et emmener avec elle leur fille Becky (Stefanie Powers), qui vient de terminer ses études. Sur fond de rébellion indienne et de magouilles politiciennes de la part du gouverneur, le film va montrer l'affrontement au sein du couple, alors qu'un nouvel employé de GW, Devlin Warren (Patrick Wayne, le fils de John), tombe amoureux d'une Becky qui va d'abord le prendre de haut. Maureen O'Hara forme avec John Wayne un couple dont l'alchimie est évidente, d'autant plus que les deux acteurs ont tourné ensemble à cinq reprises. Si le "Duke" est un mélange de force tranquille et de truculence, O'Hara est époustouflante de vérité, son physique d'irlandaise rousse et sexy se mariant parfaitement au caractère volcanique de Katherine. Celle-ci n'a en effet rien d'une femme soumise, c'est même tout le contraire, n'étant pas prête à plier devant GW, et faisant preuve d'un caractère exécrable. Devlin, tout amoureux qu'il est de Becky, n'est pas non plus prêt à passer tous ses caprices à cette ravissante petite peste. Les scènes qui mettent aux prises GW et Katherine d'une part, Devlin et Becky d'autre part, sont chargées d'humour, quelquefois teintées d'une certaine émotion, mais les féministes d'aujourd'hui diront qu'elles relèvent d'une conception machiste des rapports au sein d'un couple, représentative d'une époque où il n'était pas politiquement incorrect pour un homme de régler un conflit conjugal en couchant sa femme en travers de ses genoux. Ainsi, les deux actrices ont du, au cours du tournage, payer chacune de leur personne pour deux scènes cuisantes et cocasses qui passent d'autant mieux qu'on se dit qu'elles l'ont bien mérité. Mais alors que ces passages pourront choquer certains, le discours concernant les indiens est au contraire plutôt avant-gardiste, les désignant comme des victimes et non comme les brutes sanguinaires souvent présentées dans les westerns. La scène mémorable où on les voit, impassibles, en train de regarder les blancs se battre comme des chiffonniers dans une marre de boue, est très symbolique…

L'ensemble du casting est très réussi, et autour des quatre protagonistes principaux, on a toute une brochette de personnages hauts en couleur, depuis Drago (Chill Wills), le fidèle second de GW, Louise (Yvonne De Carlo), la mère de Devlin dont Katherine est à tort jalouse, le gouverneur Humphrey (Robert Lowery), Agard (Strother Martin), l'agent des affaires indiennes, passablement obtus, Puma (Michael Pate), le chef Comanche qui s'est lié d'amitié avec GW, et Matt Douglas Jr (Jerry Van Dyke), un soupirant de Becky assez benêt.

La réalisation est luxueuse, digne d'un film à grand spectacle, avec des décors soignés, des hordes de bétail, des costumes recherchés, surtout pour ces dames, et si l'on ne tire que peu de coups de feu, on a droit à de belles bagarres. "Le grand McLintock" n'est pas un très grand moment de cinéma, mais c'est un divertissement frais et agréable, superbement bien joué, que l'on peut regarder en famille, et qui nous est présenté ici dans une édition de grande qualité.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : L'image a entièrement été restaurée, nettoyée de pratiquement tous les défauts de pellicule, et se présente avec des couleurs vives et lumineuses. Les contrastes sont parfaits, la définition très bonne, et la compression ne souffre d'aucun reproche. C'est le jour et la nuit si l'on compare avec l'édition de Bach Film, en pan&scan et aux couleurs délavées et baveuses (voir top image pour ce DVD), qui, elle, est à éviter absolument. Les aspects artistiques sont assez flatteurs, la photographie de William Clothier alternant des scènes lumineuses au soleil et des scènes nocturnes ou en intérieur, dans des tons plutôt chauds.

[ Voir le Top Image pour ce DVD ]


Le Son : 2/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français, Anglais et Espagnol- Sous-titres : Français, Anglais, Espagnol, Néerlandais

Avis : Les pistes ont été remasterisées en 5.1 et bénéficient de quelques effets de spatialisation, donnant un effet d'ambiance plus que du spectaculaire. La musique se Franck de Vol, très dans le style des westerns de l'époque est bien rendue, et les dialogues se détachent bien. Il y a peu de différence technique entre VO et VF. A noter que John Wayne n'est pas doublé par la voix qu'on lui connaît le plus, mais on s'y habitue vite.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal est animé et sonorisé, les autres sont fixes et muets. Le film n'est découpé qu'en 15 chapitres, un peu juste pour un film de deux heures, mais on peut changer de langue et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Une édition assez riche en bonus, avec des documents d'époque et des témoignages plus récents (tous en 4/3 VOst).

  • En introduction du film, on a pendant deux minutes une présentation du contexte par Leonard Maltin qui insiste sur le côté comédie de ce western qui se veut un divertissement pour le grand public.
  • Commentaires de Leonard Maltin, Franck Thomson,Maureen O'Hara, Stefanie Powers, Michael Pate, Michael Wayne, et Andrew McLaglen. Comme souvent quand il y a autant de commentateurs, l'ensemble est un peu décousu, et on ne sait pas toujours qui intervient. Par contre on en apprend beaucoup sur le tournage, et on sent une certaine nostalgie dans ces propos recueillis assez récemment. Stefanie Powers parle de ses déboires lors des scènes à cheval, et O'Hara nous apprend que la scène de la bagarre dans la boue (en fait de la bentonite) a été tournée par un froid glacial. Elle précise également que si Stefanie Powers avait bénéficié d'un rembourrage sous sa jupe lors de sa fessée, ce n'avait pas été le cas pour elle, qui ne portait pour la circonstance que des sous-vêtements.
  • Le Grand McLintock : le making of. En fait, il ne s'agit pas d'un vrai making of, mais de trois documentaires de 40 minutes au total resituant le film dans son contexte. On a d'abord la deuxième partie de l'histoire de la Batjac, la compagnie de production fondée par John Wayne (la première partie est présentée sur le DVD du film "Hondo", dans la même collection chez Paramount), cette fois-ci consacrée à Michael Wayne, le fils de John. On y trouve de nombreuses interviews de producteurs, dont Andrew McLaglen , et tous ceux qui ont bien connu Michael Wayne. La deuxième partie du making of est constituée d'interviews des deux actrices principales, Maureen O'Hara et Stefanie Powers, qui nous font part de leurs souvenirs de tournage, et reviennent toutes deux sur les grandes qualités du grand John. Enfin, on a un documentaire intitulé "Une vraie bagarre à l'ancienne", les cascadeurs Tom Morga et Wayne Bauer nous montrent les techniques utilisées pour rendre les bagarres crédibles.
  • Le corset : ne sortez pas sans. Documentaire de 8 minutes qui nous dit tout sur cet accessoire féminin indissociable des tenues des belles de l'ouest.
  • Apprendre à se battre. Documentaire de 3 minutes où l'on retrouve les cascadeurs Tom Morga et Wayne Bauer pour une séance simulée de combat à mains nues. Très redondant avec la dernière partie du making of.
  • Galerie de 34 photos N&B et affiches du film, celles-ci reprenant presque toutes la scène finale entre GW et Katherine.
  • Bande annonce du film.
  • Spot Batjac, rassemblant des bandes annonces pour les films de la société de production, parmi lesquels "Island in the Sky", "Hondo", "The High and the Mighty", "McLintock!", "Track of the Cat", "Man in the Vault" et "Plunder of the Sun".

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir. Le visuel est un montage centré sur le Duke et figurant deux scènes du film, et se démarque totalement de l'affiche originale du film. La page des caractéristiques techniques est illustrée avec la fameuse scène de bagarre dans la boue.



    La sérigraphie

    La sérigraphie est un à-plat gris mat faisant ressortir en brillant le titre (c'est le titre original), et les textes et logos. Beaucoup plus esthétique qu'une impression en noir sur fondargenté, mais on aurait quand même préféré une photo bien choisie.


    Note Finale : (15/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020