DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


FIREWALL

Lui écrire surfeur51

Firewall DVD sorti le 11/10/2006


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Warner Home Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie en salle : 05 Avril 2006
Nombre d'entrées : 102 000 env.

Durée du film : 1 h 50 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2947


   

Le Film : 5.5/10

Résumé : Un jour de semaine ordinaire à la Landrock Pacific Bank… mais pas pour le spécialiste en informatique, Jack Stanfield. Sa femme et ses enfants ont été pris en otages dans leur propre maison. Les ravisseurs exigent de l'expert en informatique qu'il neutralise son lourd dispositif de sécurité pour leur fournir 100 millions de dollars. Sûr qu'ils ne vont pas le lâcher des yeux, ne serait-ce qu'une seconde.

Avis : Avec son titre, "Firewall" laissait présager un thriller qui aurait renouvelé le genre en introduisant une intrigue basée sur les systèmes informatiques et leurs protections. Mais si les nouvelles technologies sont effectivement présentes en arrière-plan, la trame générale de l'intrigue reste bien classique, et Harrison Ford nous ressert ici les ficelles déjà vues dans des films comme "Air Force One" ou "Jeux de guerre" (sa famille prise en otage), et "Le fugitif" (obligé d'enfreindre la loi pour sauver sa mise). Réalisé avec sérieux mais sans génie par Richard Loncraine, ce film permet de passer une soirée agréable, pour s'apercevoir quelques jours plus tard qu'on a pratiquement tout oublié du déroulement de l'action. Boudé par la critique et les spectateurs en salle, ce film est à réserver aux inconditionnels de suspense ou aux fans d'Harrison Ford.

Le propre des thrillers n'est pas vraiment de présenter une intrigue réaliste, mais de trouver les ingrédients qui vont scotcher les spectateurs à leur fauteuil en se demandant avec angoisse comment le héros va s'en sortir. On ne s'étonnera donc pas trop du nombre d'invraisemblances qui parsèment le film, principalement liées aux incohérences de comportement des "méchants". Ceux-ci, sous la conduite de l'ingénieur Bill Cox (Paul Bettany), ont pris en otage la famille de Jack Stanfield (Harrison Ford), le responsable de la sécurité informatique d'une grande banque d'affaire. Celui-ci va devoir pénétrer les bases de données dont il connaît toutes les protections pour verser 100 millions de dollars aux ravisseurs s'il veut sauver la vie de sa femme Beth (Virginia Madsen) et de ses deux enfants, Sarah et Andy. Pris dans un engrenage infernal, devant passer outre les ordres de ses patrons Arlin Forester (Alan Arkin) et Gary Mitchell (Robert Patrick), il ne pourra compter que sur lui-même et sa secrétaire Janet Stone (Mary Lynn Rajskub), et sur le chien de la maison (!) pour venir à bout des malfrats. La première partie joue sur la tension existant entre les preneurs d'otages et une famille ordinaire, la deuxième est plus spectaculaire avec un final réservant quelques belles bagarres et autres explosions.

Harrison Ford serait parfait dans un rôle qu'il connaît par cœur pour l'avoir déjà joué plusieurs fois, mais l'âge de l'acteur rend moins vraisemblable son personnage quand on le voit se battre contre des gangsters deux fois plus jeunes que lui et qui sont sensés être plus entraînés au close-combat. Il faut néanmoins souligner la performance de l'acteur qui a lui-même effectué toutes les cascades du film, à 63 ans, et qui a sans doute voulu démontrer ici qu'il était encore capable de tenir une fois de plus le rôle d'Indiana Jones. Paul Bettany fait un méchant crédible et assez glaçant, et reste le personnage le plus juste de ce thriller, même si Virginia Madsen se sort très bien d'un rôle ingrat en évitant la mièvrerie et le mélo.

La réalisation a cherché a donner une ambiance lourde aux évènements, avec beaucoup de scènes sombres et de scènes se déroulant sous une pluie battante (l'action est sensée se dérouler à Seattle, mais le film a en fait été tourné à Vancouver). Seule la toute dernière partie sort du milieu urbain pour rassembler les principaux protagonistes dans un chalet au bord d'un lac, isolé au milieu de nulle-part. Les décors sont plutôt réussis (la maison des Stanfield, la banque, ses salles informatiques et ses coffres…), et les aspects artistiques sont assez soignés, aussi bien dans la réalisation (cadrages) que la photographie (jeux de lumière, naturelle ou artificielle) et la partition musicale, réussie, d'Alexandre Desplat. Enfin les effets spéciaux sont bien intégrés à l'image, rendant le final assez prenant. Tout ceci donne un certain cachet visuel et sonore qui rend le visionnage attrayant, mais trop de petits détails qui clochent dans le scénario font que la mayonnaise ne prend pas vraiment, empêchant le film d'être un tant soit peu marquant.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : Le film étant récent, et le transfert réalisé avec soin, on obtient une image pratiquement irréprochable, que ce soit au niveau des couleurs, bien saturées, des contrastes, et de la définition. Les scènes les plus sombres présentent un léger grain, mais la compression ne se remarque pratiquement pas. Un bon point pour la photographie soignée de Marco Pontecrovo.


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Français, Anglais, Arabe, Hollandais

Avis : Les deux pistes 5.1, assez proches techniquement et dotées d'une bonne dynamique, restituent parfaitement des effets sonores bien spatialisés, les enceintes arrières étant souvent sollicitées. Le caisson de basses sait aussi s'animer lors des scènes spectaculaires, et la musique d'Alexandre Desplat est diffusée avec une bonne ampleur, les dialogues restant toujours bien détachés.


L'Interactivité : 1/3

L'ergonomie des menus :
Au lancement du disque, on a les bandes annonces de "Superman Returns" et "Poséidon". Les menus sont animés et musicaux. Le film est découpé en 28 chapitres, et on peut changer de langue et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Peu de bonus, et pas particulièrement intéressants.

  • Entretien avec Harrison Ford et Richard Loncraine (15 minutes en 4/3 VOst): discussion entre quatre yeux où le réalisateur et l'acteur principal reviennent sur l'histoire et le tournage du film, en explicitant certains choix de scénario et quelques séquences particulières, le tout restant quand même assez superficiel.
  • Firewall : l’écriture d’un thriller. Intervention du scénariste Joe Forte, qui fait un parallèle, pas évident a priori, entre le scénario du film et les évènements du 11 septembre 2001 (3 minutes en 4/3 VOst).
  • Bande annonce en 16/9 VO.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir. Le visuel reprend exactement l'affiche du film, un montage avec les visages de Stanfield et Cox, avec en arrière plan une scène du film où le côté ordinateurs est nettement suggéré.



    La sérigraphie

    La sérigraphie ne reprend qu'une partie du visuel principal, celle de la scène en arrière plan, donnant une image assez petite et déséquilibrée vers la droite. La partie gauche contient les logos qui passent assez bien, mais l'ensemble aurait pu être plus percutant. L'impression est très fine et comprend le rond central.


    Note Finale : (13/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019