DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


GREMLINS 2 : LA NOUVELLE GéNéRATION

Lui écrire Ivenpast

Gremlins 2 : La nouvelle génération DVD sorti le 09/11/2005


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Warner Home Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

0

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3401


   

Le Film : 10/10

Résumé : La ville entière est menacée... Monsieur Wing, le propriétaire de la boutique dans laquelle le père de Billy avait acheté Gizmo, décline une offre intéressante du dénommé Daniel Clamp, un milliardaire qui voudrait raser tout Chinatown pour construire à la place un nouveau centre d'affaires. Mais à la mort du vieux marchand Chinois, plus rien ne peut désormais entraver les projets de Clamp... Alors que des ouvriers commencent à démolir la boutique du vieux Chinois, Gizmo prend la fuite. Capturé par un employé de l'infâme docteur Catheter, le gentil «mogwaï» va servir de cobaye, et le terrible docteur Catheter envisage même de le disséquer... Billy, dont le bureau se trouve dans le même immeuble que le laboratoire du docteur Catheter, entend la mélodie plaintive que chante Gizmo, et réalise que son ancien compagnon se trouve en bien mauvaise posture. Il se fait passer pour un réparateur de photocopieurs, et sort Gizmo du laboratoire, puis le cache dans l'un des tiroirs de son bureau. Mais les malheurs commencent lorsqu'un employé maladroit renverse par inadvertance de l'eau sur le «mogwaï», qui donne immédiatement naissance à une multitude de redoutables rejetons machiavéliques. Ces derniers, qui ont un tempérament plutôt agressifs, ravagent tout d'abord le building dans lequel ils pullulent, puis décident de semer la panique dans la ville toute entière...

Avis : On prend les mêmes, ou presque, et on recommence, avec des petites bêtes venant de terminer leur convalescence à De la Mer, suite à de multiples opérations chez McNamara et Troy.
Qu’est ce qui est passé par la tête de Joe Dante pour nous pondre une auto-paradie aussi mémorable ? Tout est repris du scénario d’origine aux héros du studio (Batman ,Bugs, Daffy, Hulk Hogan et John Wayne entre autre) pour être savamment détournés dans une ultime quête de dénonciation des travers de la société de consommation. Le premier volume mettait en scène de petits démons venus d’on ne sait où (en fait, si,on le sait très bien, comme le fait que Gizmo mange des rondelles de caoutchouc pour faire plaisir au vieux chinois indéracinable de la boutique → dixit la novellisation précédemment citée) afin de démontrer les conséquences de l’irresponsabilité humaine à l’échelle d’un village et plus particulièrement de Billy.
Ici, rebelote, avec sa copine toujours aussi jetée des fêtes de Noël (entre un père mort en habits rouges et un Lincoln un peu space, pas étonnant qu’elle aie une case de moins) et qui n’a pas pris une once de bon sens depuis la dernière fois. Résultat, à travers la tour Clamp, ce sont les USA dans leurs travers qui en prennent plein le poitrail. Que ce soit l’industrie du cinéma avec d’hasardeuses colorations de chefs d’œuvres pour des raisons esthétiques douteuses (Casablanca en couleurs, vous imaginez un peu ?) ou par le biais de la ringardisation de ses séries B (Dracula inoubliable dans le rôle de PPDA) ; le tourisme (avec des plateaux TV visités par des japonais caricaturaux au possible) , le merchandising avec la mise en place de souvenirs en tocs et de promotions décalées du premier film dans le film (attention les méninges), rien l’est épargné à l’oncle Sam. On citera aussi les émissions de Tv grotesques (et le Loft était pourtant encore loin) , telle cette pépite culinaire à base de produits tout ce qu’il y a de plus synthétique (Tricatel a donc laisser Fufu pour s’embarquer aux states !) et autre journalisme à sensation.
L’idée de génie reste tout de même d’avoir transcendé tout cela à travers un dandy iconoclaste et innocent les mains pleines interprété par John Glover, dans une forme olympique.
Glover, sous employé lui aussi (les amerloques n’ont d’yeux que pour les bankables et les petits tourneurs de têtes de midinettes qui ne le sont plus vraiment à force) est pourtant un second rôle récurent sur les écrans américains. De la simple apparition (le vendeur de système de sécurité à 100% de réussite dans Robocop II, c’était lui, le savant fou de Batman IV) à la composition plus soutenue (mémorable bad guy dans Payback) allant jusqu’à jouer le diable dans une récente série malheureusement écourtée après seulement 13 épisodes, on le retrouve actuellement, entre deux pièces de théâtre, dans la série dérivée (au sens propre comme figuré, vu les multiples trahisons par rapport au matériel original, mieux respecté par Loïs et Clark dans ses deux premières saisons) de Superman, Smallville où il détient le rôle le plus digne d’intérêt (pour ne citer que le final de la troisième saison, c’est Luthor’s Life et pas Smallville qu’on aurait du l’appeler).
L’autre idée totalement décalée et imprévisible au vu du premier opus, réside dans les différentes apparences données au mogwaïs et aux gremlins, implicitement (ce qui laisse quelque doute planer encore une fois sur la santé mentale de Phoebe Cates, car pour se planter entre Gizmo et le futur dentiste, y a un coup à faire). L’autre pendant de ce parti pris trouve son paroxysme final dans le labo de recherches génétiques de Christopher Lee. Plus aucune retenue et une faculté d’adaptation surprenante nous délivre les meilleurs gremlins de toute l’histoire (excepté peut être celui qui cours après le bus de Bart dans un très bon épisode d’Halloween des Simpson). Mention spéciale aux spécimens de chauve souris et d’araignée.
Ajoutons à tout cela des scènes à lectures multiples comme celles du restaurant canadien, le clin d’œil final à la comédie musicale ou les moyens totalement starbés usités pour venir à bout des envahisseurs (le coup du décor et de l’horloge qui avance pour faire croire à la tombée de la nuit et le bain final qui transforme le hall en véritable discothèque issue de Flic ou Zombie), le fait que les gremlins agissent aussi dans la réalité en détruisant écrans de cinéma (doit y avoir quelque chose à creuser de ce côté) et de télévision, la reprise du scénario original, péripéties par péripéties ( introduction des persos, arrivée de Gizmo, mise en place des infractions aux lois de base, arrivée des gremlins, peur puis courage des héros, Gizmo qui prend du poil de la bête, les héros en prise avec le chef (rayon bricolage et fontaine dans le n°1, araignée géante dans le n°2), la mort de tous les gremlins par un jeu aqueux et d’énergie (photonique ou électrique) et happy end légèrement différente) et on obtient un véritable incontournable qui a été interminable pour arriver en zone 2.

Pour les fans de relecture et de folie douce, à posséder et à tenir éloigné de l’eau et de la lumière (c’est écrit en toutes lettres sur les notices de DVD vidéo !).


[ Voir le Logo Détourné pour ce DVD ]

L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.85 :1

Avis : Image inespérée pour cette réedition dvd. Tout est vraiment magnifique. Evidemment, on reste assez loin du transfert de Troie ou de Harry Potter mais c'est l'affectif qui parle ici. La compression est encore plus réussie que pour le premier opus et pourtant, les difficultés ne manquaient pas entre les plans sombres et la folie douce de la colorométrie. Du pur bonheur.

[ Voir le Top Image pour ce DVD ]


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en anglais, Dolby Surround 2.0 en Français et en Italien - Sous-titres : anglais, français , ..., deux pistes en anglais et français pour malentendants.

Avis : Les dialogues sont fidèlement retranscrits par les enceintes et la musique de Jerry Goldsmith est un vrai régal. La VO comme la VF se dégustent avec un plaisir non feint. On appréciera la folie douce qui s’est invitée dans le casting vocal français qui a parfaitement compris le voulu parodique de l’entreprise.


L'Interactivité : 2.5/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal est assez réussi, tout en nuance de brume et de présentation des personnages principaux. Le tout est fixe sur le score musical reprenant le thème de l’épisode. l’un des plus laids de l’éditeur . La partie chapitres est claire, sans background musical cette fois avec des vignettes fixes assez bien choisies selon la scène. On s’ retrouve de suite. Warner oblige, sous titres et langues sont sélectionnables à la volée durant le film. Le tout offre donc une plastique simple mais assez belle set surtout efficace, avec une lisibilité sans failles.


Les bonus :

Les bonus sont assez nombreux et plutôt drôles pour une édition simple de fond de catalogue (qui s’est faite longtemps désirer la bougresse !).Ils présentent :

  • Un commentaire audio du réalisateur (Joe Dante) et du producteur Miko Finnel, toujours non sous titré, ce qui pose la question d’un tel bonus dans un pays francophone….
  • 20 mn de scènes coupées à l’intérêt plus ou moins variable mais qui ont le mérite de prolonger l’aventure
  • Un bêtisier assez drôle
  • Un bonus caché
  • Un documentaire sur les coulisses du film dont on retiendra l’hilarante interview de Gizmo (je ne dis rien de plus pour ne pas gâcher la surprise, si ce n’est qu’il devrait arrêter le café….)


  • [ Voir les Bonus Cachés pour ce DVD ]

    Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    La jaquette est assez riche et réussie visuellement avec de nombreuses couleurs juque là inédites dans les vieilles éditions vhs … ce qui rend paradoxalement mineur l’orage en arrière plan. Le comique de situation est très imprégné de l’ambiance « Gizmo …. CACA ! » Le verso offre une lecture aisée du résumée et des bonus . Un travail propret. Le boitier est un simple amaray.



    La sérigraphie

    Belle, riche en détails et en couleurs et tellement plus nette que la vieille jaquette proposée en son temps par Télé K7, cette sérig est exemplaire. Warner nous a gâté .... si ce n'est l'affreux et omniprésent cadre légal de location!
    Excellent.
    Dommage que les mentions légales soient toutefois aussi voyantes, une mauvaise habitude de l’éditeur.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (18/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 09/09/2008 à 18:38 par Ivenpast : MEerci pour le compliment. l'attente avait été longue pour ce titre mais elle valait le coup. On n'en fait plus des comme ça !
    - le 09/09/2008 à 16:34 par tib20011 : L'un de mes films préférés, excellente critique pour un dvd génial (sorti directement à 10 euros, c'était un bonheur de cinéphile).
    - le 09/09/2008 à 15:23 par Ivenpast : bah oui .... le problème risque de se reproduire pour X men 1.5 envoyé à la suite .... Par contre Gremlins 1 et Fusion ont été relu au moins 3 fois pour éviter que ça recommence. Réagissez !
    ...voir tous les commentaires...

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019