DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


HEAT

Lui écrire surfeur51

Heat DVD sorti le 03/11/1999


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Warner Home Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie en salle : 21 Février 1996
Nombre d'entrées : 1 434 000 env.

Durée du film : 2 h 44 min.
Acteurs: Robert De Niro Al Pacino Natalie Portman

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
6807


   

Le Film : 9/10

Résumé : Après la violente attaque d'un fourgon blindé, un lieutenant de police opiniâtre et obsédé par son métier se lance sur les traces d'un gang dirigé par un professionnel endurci et solitaire. Commence alors entre les deux hommes un étonnant jeu d'observation et de défi. De leur affrontement naîtra une estime et un respect mutuel...

Avis : A la fois polar noir et film de braquage, "Heat" est un des films majeurs du réalisateur Michael Mann, qui a su trouver ici un équilibre quasi parfait entre des scènes spectaculaires et violentes, et la peinture de personnalités complexes, en évitant tout manichéisme au niveau des personnages principaux. Le policier, Vincent Hanna (Al Pacino), est du côté de la loi, mais sa passion pour son métier et un certain égoïsme mettent à mal son ménage. Le gangster, Neil McCauley (inspiré d'un personnage réel et incarné ici par Robert De Niro) est doté d'un certain sens de l'honneur, et s'il n'hésite pas tuer pour sauver sa vie ou sa liberté, il refuse la violence gratuite. C'est d'ailleurs un conflit avec un complice, Waingro (Kevin Gage), après qu'il ait tué sans raison des convoyeurs de fond, qui va constituer le ressort de l'intrigue, permettant à Hanna de remonter jusqu'à lui. Seulement dix ans après sa sortie sur les écrans, ce film, dont l'action se déroule à Los Angeles est déjà devenu un grand classique du cinéma.

Avec ses deux complices de longue date, Chris Shiherlis (Val Kilmer) et Michael Cerrito (Tom Sizemore), Neil McCauley organise l'attaque d'un fourgon blindé qui va tourner au drame quand Waingro, un nouveau venu dans la bande, tire sans raison sur les gardes désarmés. Vincent Hanna est chargé de l'enquête et la trahison de Waingro, qui s'est échappé avant que McCauley ne lui fasse la peau, va l'aider dans son enquête. Une attaque de banque ratée qui se termine par une fusillade dantesque en pleine rue va précipiter l'affrontement qui se termine de façon dramatique lors d'un duel nocturne sur les pistes d'un aéroport en plein trafic aérien. Cette trame suffirait à elle seule à réaliser un bon film d'action, mais Mann s'attache à décortiquer la vie des protagonistes, leur donnant une présence et une épaisseur qui nous feront regarder le film non comme un pur divertissement, mais aussi un drame profondément humain. On fait donc la connaissance de Justine Hanna (Diane Venora), et de sa fille Lauren qu'elle a eu d'un précédent mariage (Natalie Portman, un tout petit peu plus âgée que dans "Léon"). Justine n'en peut plus de voir Vincent toujours absent du foyer alors que Lauren est une adolescente mal dans sa peau et suicidaire, et qui aurait besoin de plus stabilité au sein de la famille. Du côté des gangters, les affaires de cœur ne sont guère plus simples, la charmante épouse de Chris, Charlene Shiherlis (Ashley Judd, émouvante) s'inquiétant du dangereux métier du père de leur enfant, le jeune Dominick, et la petite amie de Neil, Eady (Amy Brenneman) ignorant tout des activités crapuleuses de l'homme dont elle est tombée amoureuse. Le film montrera comment les évènements, plutôt tragiques, se chargeront d'éloigner définitivement ou de rapprocher ces couples.

Le charisme des deux vedettes, Pacino et De Niro, entourés de seconds rôles solides, est une des forces de ce film, parce que l'on s'attache à ces deux personnages (et d'ailleurs aussi à leurs proches, Waingro étant le seul à être vraiment détestable). Ce qui fait que lors des affrontements sanglants, tournés avec virtuosité par le réalisateur, on a du mal à se placer d'un côté ou de l'autre, l'intensité dramatique du duel final n'en étant que plus grande. La scène d'anthologie où Hanna et McCauley se rencontrent dans un café, chacun avertissant calmement l'autre qu'il ira jusqu'au bout, soit pour le mettre en prison, soit pour ne jamais y retourner, est un autre grand moment du film, dans un registre très différent des scènes les plus violentes. Malgré sa longueur conséquente, le film passe très vite car les intrigues secondaires et quelques rebondissements dramatiques entretiennent un suspense quasi constant sans jamais entamer le réalisme des situations ( à l'exception peut-être de la fusillade du milieu du film). L'atmosphère noire du film est soutenue par une colorimétrie froide, tirant sur les bleus sombres, et une partition musicale exceptionnelle de Elliot Goldenthal qui mêle avec bonheur orchestration symphonique et musique électronique.

"Heat" avait connu un accueil plutôt mitigé lors de sa sortie, mais il fait partie des films qu'il faut revoir pour vraiment les apprécier, car plus on devient familier avec les personnages, plus on vit personnellement leur lutte, et plus on comprend l'estime et la sorte d'admiration qu'ils peuvent ressentir l'un pour l'autre.


L'Image : 1.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : L'image a un rendu assez flatteur, mais on pourra remarquer des défauts de pellicule, du grain et une compression quelquefois aléatoire lors des scènes les plus sombres. Les couleurs tirées vers le bleu par des filtres sont bien rendues, mais les noirs manquent souvent de profondeur. Il s'agit donc d'une déception pour un film assez récent. La photographie de Dante Spinotti, habitué à collaborer avec Michael Mann est quant à elle, comme d'habitude, somptueuse.


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Français, Anglais, Allemand, Néerlandais, Arabe…

Avis : La bande son, exceptionnelle de richesse, est parfaitement restituée par les cinq enceintes et le caisson qui créent une ambiance allant du subtil au pétaradant. La fusillade en pleine rue en met plein les oreilles, alors que des scènes plus calmes fourmillent de détails sonores. La musique est aussi parfaitement mise en valeur, et les morceaux symphoniques sont rendus avec emphase. VO et VF sont très proches sur le plan technique.

[ Voir le Top Son pour ce DVD ]


L'Interactivité : 0/3

L'ergonomie des menus :
Le film se lance directement à l'insertion du disque. Les menus, fixes et muets, doivent être appelés à la télécommande. Le film est découpé en 23 chapitres, mais les vignettes du menu correspondant ne permettent d'atteindre qu'un chapitre sur quatre. On peut changer de langue et sous-titres à la volée.


Les bonus :

En plus d'une ergonomie minimale des menus, on n'a droit à strictement aucun bonus. Le film, rien que le film, heureusement qu'il vaut largement le détour...


Les Visuels : 0/1



La pochette / Le packaging

Boîtier cartonné Warner, avec la liste des chapitres imprimée sur le rabat intérieur. Le visuel reprend l'affiche, une composition "nocturne" où les personnages principaux sont rassemblés sur fond de la première scène du film.



La sérigraphie

Le disque n'est pas sérigraphié, on a juste droit au titre et une forêt de logos énormes et disgracieux, ressortant en noir sur le fond argenté du disque.


Note Finale : (13.5/20)

Commentaires concernant cette critique

il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


Achat du DVD :

Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019