DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LA DéCHIRURE - EDITION 2002

Lui écrire surfeur51

La déchirure - Edition 2002 DVD sorti le 04/09/2002


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Opening
Distributeur :
GCTHV (Gaumont/Columbia/Tristar Home Video)

Date de sortie en salle : 13 février 1985
Nombre d'entrées : 2 793 000 env.

Durée du film : 2 h 16 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2733


   

Le Film : 9/10

Résumé : Cambodge, avril 1975. Les troupes Khmers Rouges approchent de Phnom Penh. Sydney Schanberg, correspondant du New York Times, fait partir aux Etats-Unis la famille de son assistant cambodgien, Dith Pran. Sydney doit quitter le pays, comme tous les occidentaux, mais il ne peut sauver Dith, qui est arrêté par les Khmers Rouges et envoyé dans un camp de travail.

Avis : Réalisé par le britannique Roland Joffé, "La déchirure" est un film sans concession qui nous plonge au cœur d'un des drames les plus atroces qu'ait eu à vivre une population soumise à la folie meurtrière d'une dictature aveugle, celle du Cambodge sous la tyrannie de Pol Pot et de ses Khmers Rouges. Le nom du dictateur sanguinaire ne sera d'ailleurs jamais prononcé au cours de ce film qui laisse de côté l'histoire politique pour raconter les drames vécus par une population terrorisée. En faisant prendre conscience au monde entier de cette tragédie, le film eut un succès certain et fut justement récompensé par trois Oscars, car malgré quelques longueurs, on est forcément happé par l'histoire de ce journaliste cambodgien qui ne va réussir à survivre pendant quatre ans à un enfer quotidien que par l'espoir de revoir un jour sa famille.

Le film s'ouvre par une bavure de l'aviation américaine qui, lors d'un bombardement au Vietnam, détruit par erreur un village cambodgien. Le sentiment anti-américain qui en résulte va favoriser l'arrivée au pouvoir des Khmers Rouges, dont les troupes sont essentiellement constituées de tous jeunes soldats fanatisés. Très vite les occidentaux vont être expulsés, et les cambodgiens les plus cultivés exécutés sans aucune forme de procès ou envoyés dans des camps de travaux forcés. Parmi eux, il y a le journaliste Dith Pran (Haing S.Ngor), qui a couvert les évènements en tant qu'assistant photographe-traducteur au correspondant du New York Times, Sydney Schanberg (Sam Waterston). Dans la précipitation des évacuations des occidentaux, Schanberg a réussi a faire évacuer vers les Etats-Unis la famille de Pran, mais toutes les tentatives pour faire aussi partir son ami vont échouer. Le scénario de Bruce Robinson se concentre alors sur le calvaire vécu par cet homme qui doit cacher sa personnalité derrière celle d'un paysan inculte pour ne pas subir le sort de la plupart des intellectuels du pays, exécutés sommairement. On assiste à des scènes horribles ou des enfants aveuglés par le fanatisme tuent sans la moindre émotion des femmes et des hommes dont le seul tort est d'avoir été là au mauvais moment. Quand Dith réussira enfin à s'évader du camp où il allait laisser toutes ses forces, on le suivra dans sa longue marche vers la frontière du Laos, trouvant sur sa route d'immenses charniers résultant du massacre de milliers d'innocents. Pendant ce temps, Schanberg essaie d'alerter la population des Etats-Unis sur l'horreur de la situation, mais les politiques, à peine sortis du bourbier vietnamien, n'ont guère envie de se refourrer dans une autre nasse en Asie du Sud-Est. Et si Schanberg reçoit le prix Pulitzer pour son livre qui relate le drame cambodgien, personne ne lève vraiment le petit doigt pour aider Dith Pran, dont la famille va finir par croire à la mort.

Le film joue sur les contrastes entre la beauté d'un pays attachant et la terreur que subit sa population. La réalisation est rigoureuse, avec un travail sur les cadrages et les angles de vue soigné et une utilisation poussée de la lumière naturelle pour des effets très réussis. Les décors naturels (le film a été tourné en Thaïlande) sont somptueux, et la reconstitution de lieux tels que l'ambassade de France où la plupart des occidentaux se sont réfugiés est remarquable. Le jeu des acteurs est aussi excellent, la vraie tête d'affiche étant Haing S.Ngor qui pourtant n'a reçu l'Oscar que du meilleur second rôle, et on notera aussi la présence de John Malkovitch dans sa première apparition marquante sur grand écran.

"La déchirure" est une œuvre très forte dont les images vont hanter le spectateur longtemps après le visionnage. Le cinéma de Joffé est un cinéma engagé qui préfère dénoncer que divertir, et par moments son film ressemble presque à un reportage. La force émotionnelle vient aussi du fait que l'on s'attache au personnage de Dith Pran, duquel on se sent beaucoup plus proche que de Schanberg. Mais alors que le Cambodge est enfin sorti de cette horreur, il n'est pas inutile que des films-témoignage de cette qualité nous rappellent jusqu'où la folie des hommes peut les mener.


L'Image : 2/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.85:1

Avis : Malgré quelques petits défauts de pellicule, l'image est belle grâce à des couleurs soutenues et des contrastes bien marqués. La définition est bonne, et la compression ne laisse pas apparaître de gros défauts. Sur le plan artistique, on appréciera les paysages de tournage et le soin apporté à la photographie, avec des jeux sur les cadrages et sur la lumière (le directeur de la photographie, Chris Menges, ayant aussi reçu un Oscar pour ce film).


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 et DTS en Français et en Anglais - Sous-titres : Français, imposés sur la VO.

Avis : Les cinq voies sont utilisées à bon escient pour des effets de spatialisation très marqués (les scènes avec les hélicoptères lors de l'évacuation…) et pour donner relief et ampleur à l'excellente partition musicale de Mike Oldfield qui colle parfaitement aux différentes séquences du film, et à l'air d'"Imagine" de John Lennon . VO et VF se distinguent assez peu l'une de l'autre, avec une bonne dynamique et une bonne séparation des dialogues.


L'Interactivité : 0.5/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal est animé et sonorisé, les autres sont fixes et muets. Le film est découpé en 22 chapitres, et l'on peut changer de langue et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Le strict minimum, pour un film qui mérite beaucoup mieux.


Les Visuels : 0.5/1



La pochette / Le packaging

Boîtier amaray noir. Le visuel se démarque nettement de l'affiche du film qui était plus illustrative de la violence des khmers rouges. Cette dernière apparaît cependant nettement dans les photos incluses sur la page des caractéristiques techniques



La sérigraphie

La sérigraphie reprend le visuel de la jaquette, avec une impression glacée, très fine et incluant le rond central. Les textes légaux en pourtour sont discrets, les logos un peu moins, mais cela reste acceptable.

[ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


Note Finale : (14.5/20)

Commentaires concernant cette critique

- le 17/12/2007 à 21:38 par flo001fg : Pour les bonus, il faut prendre la version collector 2 dvd qui contient des documentaires sur le contexte historique.

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


Achat du DVD :

Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019