DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


RENCONTRES DU TROISIèME TYPE - EDITION ULTIMATE / 3 DVD

Lui écrire surfeur51

Rencontres du troisième type - Edition ultimate / 3 DVD DVD sorti le 05/12/2007


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Columbia / Tristar
Distributeur :
GCTHV (Gaumont/Columbia/Tristar Home Video)

Date de sortie en salle : 24 Février 1978
Nombre d'entrées : 3 116 000 env.

Durée du film : 2 h 11 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3801


   

Le Film : 9/10

Résumé : De mystérieux événements laissent perplexes les savants du monde entier et notamment une commission scientifique, dirigée par Claude Lacombe, un français : des vaisseaux spatiaux lumineux se livrent à un étrange ballet dans le désert du Nouveau-Mexique, les extraterrestres envoient un message aux Terriens...

Avis : Premier des trois films de Steven Spielberg mettant en scène des extraterrestres, "Rencontres du troisième type" est à la fois un drame intimiste et une aventure de science fiction à forte composante humaniste, ce dernier aspect étant nouveau dans la filmographie du réalisateur qui s'était alors fait connaître par deux films assez durs, "Duel" et "Les dents de la mer". Les extraterrestres sont ici très évolués et pacifiques, et le film est très typé scientifique, alors que "E.T." apparaîtra comme une fable plus enfantine, et "La guerre des Mondes" montrera des extraterrestres belliqueux constituant un péril mortel pour l'humanité. Le film montre aussi comment la quête d'un homme peut ruiner sa vie familiale, et le réalisateur-scénariste profite des circonstances pour égratigner un peu les médias et beaucoup les militaires, à travers le personnage d'un commandant borné.

Alors que des OVNI apparaissent dans le ciel de l'Indiana aux Etats-Unis, on retrouve dans le désert du Nouveau-Mexique des avions disparus en patrouille en 1945, en parfait état de marche, et un bateau au milieu du désert de Gobi. Des scientifiques, dirigés par le français Claude Lacombe (François Truffaut), essaient de décoder des messages mystérieux venant du ciel et acquièrent la certitude que des extraterrestres cherchent à entrer en contact avec l'humanité. Des gens ordinaires, qui ont assisté aux apparitions d'OVNI, sont soumis à d'étranges visions et sont obsédés par une mélodie de quelques notes caractéristiques. Parmi eux, il y a Roy Neary (Richard Dreyfuss), un réparateur électricien, Barry Guiler, un enfant de quatre ans, et sa mère Jillian (Melinda Dillon). Alors que Roy se comporte de manière de plus en plus bizarre au désespoir de sa femme Ronnie (Teri Garr) et de ses trois enfants, Jillan assiste impuissante à l'enlèvement de Barry par des extraterrestres dans des circonstances dramatiques et quasi surnaturelles. Roy et Jillian, comme attirés par une force mystérieuse, vont unir leurs efforts pour aller au bout de leur quête, bravant les interdictions de passage dressées par les militaires autour du lieu présumé de la rencontre…

Le film bénéficie d'extraordinaires effets spéciaux, réalisés de manière traditionnelle par Douglas Trumbull, le directeur des effets visuels qui réussit, sans effets numériques, à rendre réalistes des scènes qui ne dépareraient pas dans des films d'aujourd'hui, seuls les extraterrestres apparaissant comme un peu sommaires sur le plan artistique. L'impact du film aurait d'ailleurs peut-être été encore plus fort si ces extraterrestres n'avaient pas été montrés. La photographie est très soignée, avec de beaux effets de lumières lors des nombreuses scènes nocturnes du film, des décors réussis et une mise en scène qui laisse augurer du génie du jeune réalisateur. Le rythme est plutôt lent, mais le suspense est maintenu jusqu'à la scène finale, où la poésie et l'émotion prennent le relais pour entretenir l'intérêt du spectateur. Le message de paix du film ouvre sur la perspective que la science peut faire le bonheur de l'humanité, mais Spielberg nous montrera dans la suite de son œuvre une vision beaucoup plus pessimiste des choses.

"Rencontres du troisième type" est devenu un des plus grands classiques de la science fiction, dont certains thèmes ont été repris dans de nombreux autres films. Il existe en trois versions, toutes présentées dans cette édition après avoir été restaurées pour l'image et le son. On en trouvera ci-dessous les principales différences (attention aux spoilers pour ceux qui n'auraient jamais vu le film).

La version originale de 1977 - Disque 1
Pressé par les studios qui avaient besoin de rentrées rapides d'argent, Spielberg avait été obligé de boucler le tournage de son film sans avoir pu y insérer certaines scènes imaginées lors de l'écriture du script original. La sortie en salles connut néanmoins un très grand succès, conduisant Spielberg à proposer à Columbia Pictures de réaliser une version modifiée qui fut alors considérée comme la vraie version du film et l’originale de 1977, éditée seulement en laserdisc, disparut pratiquement des circuits de distribution avant de réapparaître pour cette édition DVD.

La version Edition Spéciale de 1981 - Disque 2
Les studios suivirent Spielberg dans sa réécriture du film à condition qu’il y rajoute une scène dans le vaisseau des extraterrestres, permettant une campagne promotionnelle basée sur la découverte de ce lieu mystérieux (la bande annonce de cette version joue beaucoup là-dessus). Mais si cet ajout est le plus notable, il est loin d’être la seule modification, puisque le nouveau montage supprime seize minutes du montage initial, inclut pour sept minutes de scènes tournées à l’origine mais non utilisées, et ajoute six minutes de scènes tournées spécialement avec un complément de budget conséquent, et reprenant la plupart des acteurs (sauf Truffaut retenu sur un autre tournage). De plus, les enchaînement entre plusieurs scènes subissent des changements notables. Ces modifications renforcent certains aspects dramatiques du film, principalement dans le conflit familial qui oppose Roy à sa femme. En effet, la suppression de la scène où Roy balance dans la cuisine familiale des matériaux destinés à matérialiser ses visions, rend le départ de Ronnie et des enfants moins compréhensible.

La version Director’s cut de 1998 - Disque 3
Plus de quinze ans après son Edition Spéciale, Spielberg se repenche sur son film et sort un nouveau montage qui se présente comme une synthèse des deux versions précédentes. Cette director’s cut reprend en fait le montage initial, en y ajoutant quelques unes des scènes de l’Edition Spéciale (mais pas la fameuse scène dans le vaisseau extraterrestre, il est vrai un peu longuette et qui n'apportait rien sur le plan de l'histoire). En revenant en arrière sur la dramatisation des rapports au sein de la famille Neary, et en laissant l’imagination des spectateurs plus libre, cette dernière version est celle qui présente indiscutablement le meilleur équilibre.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : L'image est excellente, avec une colorimétrie et des contrastes qui frisent la perfection, comme le démontrent les scènes nocturnes sous des cieux étoilés. La définition est très bonne malgré un grain assez présent mais qui ne gène pas et donne de la douceur à l'image. Il n'y a pas le moindre défaut de pellicule et la compression est pratiquement invisible. Les effets spéciaux, en général à base de maquettes et marionnettes, sont bien intégrés à une image dont la qualité artistique, due essentiellement à Vilmos Zsigmond, est souvent exceptionnelle (Spielberg a travaillé avec plusieurs directeurs de la photo, suivant les lieux de tournage, et pour les scènes tournées pour l'édition spéciale).


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais, DTS en Français - Sous-titres : Français, Anglais, Arabe, Grec.

Avis : La restauration sonore est aussi excellente, et les cinq enceintes distillent de nombreux effets spatialisés donnant beaucoup de relief aux scènes. Le caisson de basses est aussi utilisé judicieusement, la scène de l'arrivée du vaisseau extraterrestre principal étant aussi un grand moment sur le plan sonore. La musique de John Williams, parfaite, est restituée avec une bonne ampleur. Les dialogues sont très clairs, et la VF est globalement du même niveau que la VO, mais ne permet pas d'apprécier les différences de langages du film, puisque Claude Lacombe s'exprime en français dans la VO.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal est animé et sonorisé, les autres sont fixes et muets, tous utilisant un graphisme assez simple basé sur l'appareil qui sert dans le film à communiquer avec les extraterrestres. Le film est découpé en 28 chapitres, et on peut changer de langues et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Les trois versions du film occupant chacun un disque, les bonus sont répartis sur la place restante de chaque disque.

  • Making of en 4/3 VOst, de 1h40 au total. Ce documentaire est scindé en trois parties, chacune d'elles étant sur l'un des trois disques. Ce choix, sans doute dicté par des considérations de place disponible, est peu pratique quand on a envie de regarder ce seul bonus, et un quatrième disque eut été bien préférable. Par ailleurs ce making of est très intéressant, laisse souvent la parole au réalisateur, et nous permet d’apprendre beaucoup de détails sur le casting, le tournage, les effets spéciaux et les différences entre la version originale du film et l'édition spéciale. On explique aussi ce que sont les différents types de rencontres auxquels le titre fait allusion.
  • Bandes annonce en 16/9 VOst, format cinéma respecté, sur le même disque que la version du film correspondante.
  • "Steven Spielberg : trentième anniversaire du film". Interview récente du réalisateur (20 minutes en 16/9 VOst). Spielberg revient sur son film en faisant référence à d’autres de ses œuvres. Il parle des différentes versions du film, beaucoup de choses dites ici étant déjà présentes dans le making of.
  • "Surveillez le ciel". Mini documentaire promotionnel de 6 minutes en 16/9 VOst, réalisé lors de la première sortie du film.

  • Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    Digipack à trois volets inséré dans un étui cartonné. Le visuel est fort différent de l'affiche originale du film (dont on peut avoir une idée en introduction du making of), et constitue, malheureusement, un spoiler manifeste, malgré ses réelles qualités artistiques. Le titre est imprimé en couleur métallisée argent.



    La sérigraphie

    Les trois disques sont sérigraphiés sur le même modèle, basé, comme les menus, sur l'appareil de communication avec les extraterrestres. C'est globalement très (trop) sobre, mais l'impression en mat est très soignée, et les logos sont réalisés avec beaucoup de finesse.


    Note Finale : (18/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020