DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LES OUBLIéES DE JUAREZ - RééDITION

Lui écrire surfeur51

Les oubliées de Juarez - Réédition DVD sorti le 09/07/2008


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : M6 Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie en salle : 25 avril 2007
Nombre d'entrées : 165 000

Durée du film : 1 h 48 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2462


   

Le Film : 8/10

Résumé : Une journaliste enquête sur une série de meurtres commis aux abords d'usines américaines situées à la frontière de Juarez et d'El Paso. Entre les intérêts américains, les pots-de-vin et la collusion des notables mexicains locaux, les pistes vont s'avérer dangereuses pour la journaliste téméraire...

Avis : "Les oubliées de Juarez" rentre dans la catégorie des films de fiction basés sur des faits réels qu'il cherche à dénoncer. Après "Les larmes du soleil" (les guerres tribales en Afrique), "Lord of War" (les trafics d'armes), "Blood Diamond" (les trafics de diamants), on touche ici à des faits plus ponctuels mais guère moins dérangeants, les meurtres et les disparitions encore non élucidées de centaines de jeunes femmes dans la région de Ciudad-Juarez, au Mexique près de la frontière américaine. Le film dénonce la collusion de tous ceux que cela dérange que la vérité soit faite, essentiellement pour des raisons économiques, politiques ou de corruption. Et ceux qui cherchent à alerter le monde sur cette horrible réalité s'exposent de fait à un danger mortel. Soutenu par "Amnesty International", ce film réalisé par Gregory Nava n'est pas vraiment un chef d'œuvre sur le plan strictement cinématographique, mais il ne manque pas de courage en jetant le pavé dans la marre, et il est porteur d'une charge émotionnelle incontestable. Ayant eu un succès très confidentiel en salles, il fait partie de ces oeuvres qui méritent largement d'être découvertes en DVD.

Lauren Adrian (Jennifer Lopez, qui est également co-productrice du film) mène une enquête au Mexique pour le compte d'un journal de Chicago, son rédacteur en chef (Martin Sheen), ayant entendu parler de meurtres mystérieux de jeunes femmes à Juarez au Mexique. Lauren se rapproche d'une ancienne relation, un journaliste local, Alfonso Diaz (Antonio Banderas), qui cherche, lui, à dénoncer la chape de plomb mise par les autorités locales sur ces faits dérangeants. Leur enquête journalistique va prendre une tout autre tournure quand une jeune femme, Eva Jimenez (Maya Zapata), enlevée par des violeurs et laissée pour morte, réussi à s'échapper et retrouver sa famille. Cela va être l'occasion pour les deux journalistes de remonter jusqu'à l'un des meurtriers, et découvrir tous les mécanismes qui ont conduit à laisser ces faits dans l'ombre. Les autorités locales, les industriels, les politiques américains et mexicains, et même les médias sont sévèrement dénoncés par un scénario, écrit par le réalisateur, qui, s'il ne fait pas trop dans la nuance, a au moins l'avantage d'être efficace pour illustrer une situation où ceux qui ne veulent pas voir paraissent presque aussi criminels que ceux qui violent et torturent leurs malheureuses victimes. Mais en protégeant Eva et en fourrant leur nez là où l'on ne veut pas les voir, Lauren et Alfonso vont risquer bien plus que leur carrière…

La force du film résulte dans son ancrage sur la réalité, racontant sans fioritures les atrocités qui se déroulent depuis des années dans l'indifférence générale. On voit comment les mécanismes économiques ont conduit à concentrer dans cette zone un millier d'usines travaillant souvent 24h/24, avec une main d'œuvre essentiellement féminine, mal payée, surexploitée mais docile, et vivant dans la peur quand il faut rentrer seule chez soi dans la nuit. Ces jeunes femmes sont alors des proies faciles pour des prédateurs qui les tueront après les avoir torturées, les familles retrouvant plus tard leurs cadavres sommairement enterrés. Le jeu des acteurs est plutôt bon, avec une mention particulière pour la jeune Maria Zapata, bouleversante de sensibilité, le scénario souffrant par contre de quelques longueurs et faisant appel à quelques clichés hollywoodiens (les flash-back sur la jeunesse de Lauren), qui pourraient mettre en doute son caractère véridique. D'une certaine manière, le reportage en bonus aide à mieux comprendre ce qu'il y a derrière une histoire qui aurait gagnée à être un tout petit peu mieux ficelée. Sur le plan de l'image, le film est assez réussi avec une recherche esthétique évidente.

Ce film se laisse regarder comme un thriller, avec un suspense correct sans être haletant, mais c'est surtout au niveau de l'émotion qu'il touche le spectateur, en évitant toutefois le pathétique larmoyant. Tout en revendiquant clairement un but humanitaire, il constitue un spectacle appréciable et mérite plus que la reconnaissance en salles, plombée par une critique officielle assez dure.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.85:1

Avis : Image de qualité, restituant bien les couleurs chaudes du film. Les contrastes sont bons, la définition sans reproche, on pourra juste noter quelques limites dans la compression des scènes nocturnes. Les aspects artistiques sont flatteurs, avec de beaux paysages, et une peinture réaliste d'une ville où règne avant tout la pauvreté.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Français

Avis : Les deux pistes VO et VF se valent, avec une bonne dynamique et une utilisation de toutes les enceintes pour un rendu sonore bien spatialisé. Quelques passages d'action permettent au caisson de basses de se manifester. Les dialogues sont clairs, et la musique de Graeme Revell bien mise en valeur, avec une bonne ampleur.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
Les menus sont animés et sonorisés. Le film est découpé en 12 chapitres, et on peut changer de langue et mettre ou ôter les sous-titres à la volée.


Les bonus :

Pas de making of, mais une excellent aperçu sur le contexte réel à l'origine du film.

  • Interviews de Jennifer Lopez et Antonio Banderas ( 8 + 6 minutes, 4/3 VOst). Les deux acteurs insistent sur la volonté de toute l'équipe de produire un film utile, en espérant faire changer les choses, et surtout sauver des vies.
  • "La ville qui tue les femmes, enquête à Ciudad Juarez". Documentaire de 54 minutes en 4/3 VF, qui montre la vie de cette ville frontière, concentration d'usines de multinationales, où des centaines de femmes, en général jeunes et jolies, ont disparu ou sont retrouvées mortes depuis une quinzaine d'années, sans que rien n'ait vraiment été fait pour mettre fin à ces atrocités, quelques arrestations ponctuelles n'ayant rien changé à la situation. Le parallèle qu'il permet entre le film et la réalité donne encore plus de poids à l'œuvre militante de Gregory Nava.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray transparent, la liste des bonus étant imprimée au verso de la jaquette. Le visuel reprend l'idée de l'affiche du film mais s'en démarque nettement par la composition de l'image, en lui donnant une tonalité plus sombre.



    La sérigraphie

    Sérigraphie minimaliste, avec seulement le titre du film, qui garde le graphisme de l'affiche, sur un fond rouge uni. La qualité d'impression est excellente, y compris le rond central, les textes et logos, minuscules, ressortent néanmoins sur le fond uni. On aurait quand même préféré un peu plus de recherche artistique.


    Note Finale : (15/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 23/09/2008 à 18:51 par jean-michel : Du très beau travail!! même si ce film ne ma pas convaincu.

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020