DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LITTLE MISS SUNSHINE

Lui écrire surfeur51

Little Miss Sunshine DVD sorti le 21/03/2007


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : 20th Century Fox
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle : 6 septembre 2006
Nombre d'entrées : 1 096 000

Durée du film : 1 h 38 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2936


   

Le Film : 7.5/10

Résumé : Olive Hoover est la petite dernière d'une famille typiquement américaine... Le jour où elle est sélectionnée pour le concours de beauté Little Miss Sunshine, toute la famille l'accompagne pour un voyage aussi chaotique qu'insolite à travers les Etats-Unis...

Avis : "Little Miss Sunshine", issu du cinéma indépendant américain et réalisé par le couple Jonathan Dayton et Valerie Faris dont c'est le premier long métrage après de nombreux vidéo-clips, est une étonnante petite comédie qui dresse un portrait cocasse et déjanté de la famille américaine moyenne. Sorte de road movie qui voit les Hoover traverser les Etats-Unis à bord d'un vieux minibus Volkswagen, ce film se penche avant tout sur les rapports internes à cette famille, à la fois unie et déchirée par les inévitables petits conflits générés par les difficultés du quotidien. Bénéficiant d'une critique officielle élogieuse, le succès en salles a été significatif, mais si ce film laisse une impression immédiate assez flatteuse, il s'oublie assez vite et ne donne pas forcément envie de le revoir rapidement.

Les Hoover, Richard (Greg Kinnear) et Sheryl (Toni Collette) abritent chez eux, en plus de leur fils Dwayne (Paul Dano) et leur fille Olive (Abigail Breslin), Grandpa, le père de Richard (Alan Arkin), porté sur la drogue et les jolies pépées sur papier glacé, et Franck (Steve Carell), le frère de Sheryl, un homosexuel aux tendances suicidaires. Richard professe la philosophie que tout le monde est capable d'atteindre ses objectifs s'il le veut vraiment, et a écrit un livre sur le sujet, mais il a bien du mal à le vendre. Dwayne, un ado solitaire, rêve d'être pilote de chasse et a fait le vœu de ne plus parler en attendant d'y arriver, et Olive, à sept ans, rêve de gagner un concours de beauté. Quant à Sheryl, elle tente tant bien que mal de faire marcher tout ce petit monde au même rythme. Aussi, au moment de la sélection finale pour le concours de Little Miss Sunshine, toute la famille décide de traverser les Etats-Unis en camping car pour accompagner Olive en Californie, personne n'osant lui avouer qu'elle est un peu trop boulotte pour avoir la moindre chance de gagner. Le trajet va être ponctué de coups du sort tragico-comiques, le temps étant compté avant la fermeture définitive des inscriptions et ne leur laissant que trois jours de voyage. Les pannes de la Volkswagen ne vont pas faciliter un périple qui verra chacun faire face à ses propres contradictions, le film caricaturant avec justesse les rapports, souvent conflictuels, au sein d'une famille par ailleurs unie.

La force du scénario réside dans une bonne identification aux personnages, malgré le caractère peu réaliste des situations, poussées jusqu'à la caricature. Par contre, on regrette une trame assez simpliste, et une fin un peu décevante. Le fait que quatre autres fins aient été tournées montre d'ailleurs la difficulté qu'ont eue les réalisateurs pour trouver un épilogue adéquat à tout ce périple. La philosophie sur la vie de Grandpa, assez spéciale, est à l'origine d'une bonne partie des gags du scénario, même si certains évitent de justesse le mauvais goût, et malgré quelques moments émouvants ou même poignants, le film garde tout le temps une connotation comique, avec de franches incursions dans le domaine de l'humour noir.

Tous les acteurs jouent juste, y compris la jeune Abigail Breslin assez craquante dans le rôle d'Olive, et il est assez difficile de faire ressortir un acteur prépondérant parmi les six personnages principaux. Les seconds rôles viennent très loin derrière en terme d'importance dans le scénario, et ne servent que de faire valoir lors des aventures des Hoover. Par contre un septième "personnage" s'invite à la fête, le minibus Volkswagen type 2 "Transporter", ce modèle mythique qui sillonne les routes du monde depuis l'année 1950 jouant un rôle essentiel dans le scénario.

"Little Miss Sunshine" cherche à lutter contre la tyrannie des canons de la beauté et du succès obligé, et il y réussi de manière assez sympathique et plaisante. Le rythme du film est cependant loin d'être trépidant et entre deux gags réussis, on se surprend à attendre que le fameux concours finisse par commencer. Or ce morceau de bravoure, satirique à souhaits, tombe malgré tout un peu à plat, et on a le sentiment que le scénariste ne voyait pas trop comment finir une histoire qui reste de fait essentiellement un road-movie. Un film à découvrir, réalisé avec talent compte tenu d'un faible budget, mais qui déçoit peut-être simplement parce qu'un peu trop porté aux nues.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.40:1

Avis : Couleurs naturelles, lumineuses, et bien soulignées par des contrastes parfaitement gérés. Les noirs sont denses, la définition excellente, et la compression ne se fait pas sentir. Un sans faute technique qui met en relief les incontestables qualités artistiques de la photographie.


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Français, Anglais, Arabe, Hollandais

Avis : La bande son a été soignée au même niveau que l'image, avec une utilisation optimale des enceintes pour donner relief et volume à des bruitages subtils. Le caisson de basses n'a pas beaucoup l'occasion de se manifester, peu d'effets spectaculaires étant présents sur ce genre de film. L'excellente musique de Mychael Dana, qui ajoute une dimension supplémentaire au film, est parfaitement restituée. VO et VF sont équivalentes sur le plan technique.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
Au démarrage, bandes annonces (format 4/3) de "Le diable s'habille en Prada" (VF), "The namesake" (VOst) et "Les mots retrouvés" (VOst). Le menu principal est animé et sonorisé, les autres sont fixes et muets. Le film est découpé en 24 chapitres, et l'on peut changer de langue et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Manque un petit making of, même si les commentaires sont intéressants et permettent d'appréhender les conditions du tournage.

  • Commentaires de Jonathan Dayton et Valerie Faris. Le couple de réalisateurs se focalise essentiellement sur ce qui se passe à l'écran pour nous décrire, avec un certain enthousiasme, leur travail, les détails techniques, et les anecdotes de tournage. Le ton est assez libre, informatif, et sans recherche promotionnelle.
  • Quatre fins alternatives, avec ou sans les commentaires des réalisateurs (5 minutes au total, 4/3 VOst). Ce module, surtout avec les commentaires associés, montre la difficulté rencontrée par le scénariste et les réalisateurs pour trouver une fin satisfaisante à cette histoire un peu déjantée, mais qui se veut néanmoins réaliste.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray transparent, sans que soit utilisée la possibilité d'imprimer la liste des chapitres au verso de la jaquette. Le visuel utilise l'image du film, illustrant une scène du film qui revient de manière répétitive dans l'histoire.



    La sérigraphie

    La sérigraphie reprend également l'affiche du film, avec un bon positionnement par rapport au trou de centrage. L'impression est très fine, et inclut le rond central. Les textes légaux sont extrêmement discrets et passent inaperçus, ce qui est loin d'être le cas pour les logos, bien rangés en rang d'oignons sur la diagonale horizontale.


    Note Finale : (15.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 30/03/2009 à 10:57 par Bridoli : Merci surfeur 51 pour cette loupe très fouillée comme à ton Habitude. Je partage totalement ta conclusion à savoir que le principal enneni de ce film est l'excés de pub qui en a été faite. Merci ... et à la prochaine !

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020