DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


L'OEIL DU MAL (BLU-RAY)

Lui écrire montana62

L'oeil du mal (Blu-ray) DVD sorti le 24/06/2009


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Paramount
Distributeur :
Paramount

Date de sortie en salle : 24 décembre 2008

Nombre d'entrées : 323 623
Durée : 1 h 57 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3264


   

Le Film : 8/10

Résumé : 
Jerry, un jeune homme, découvre en rentrant chez lui du matériel de guerre. Juste après, il se retrouve embarqué par des agents du FBI auxquels il échappe quelques heures plus tard. Plus loin, Rachel, mère de famille célibataire, est contactée par une femme qui lui dit de monter dans une voiture dans laquelle elle retrouve Jerry. Tous les deux sont alors obligés d'intégrer une cellule spéciale et de suivre à la lettre les directives qu'on leur donne.
Fiche technique : Film américain de D.J. Caruso, Scénario : Dan McDermott, John Glenn, Travis Wright, Hillary Seitz, Décors : Cindy Carr, Costumes : Marie-Sylvie Deveau, Photographie : Dariusz Wolski, Montage : Jim Page, Musique : Brian Tyler, Production : Steven Spielberg, Alex Kurtzman, Roberto Orci, Pat Crowley, Ed McDonnell

Distribution : Shia LaBeouf : Jerry Shaw, Michelle Monaghan : Rachel Holloman, Rosario Dawson : Zoe Perez, Billy Bob Thornton : Thomas Morgan, Ethan Embry : Toby Grant, William Sadler : William Shaw, Eric Christian Olsen : Crai, Cameron Boyce : Sam Holloman, Michael Chiklis : George Callister, Madylin Sweeten : Becky, Anthony Mackie : Major Bowman.

Avis : Souriez... vous êtes filmé ! Voilà la Cinquième œuvre de DJ Caruso qui met à mal les moyens de télécommunication et surtout leurs utilisations. Face à ce thriller de surveillo-communication et de paranoïa aigue, la question était de savoir si le réseau passe bien ?
DJ Caruso s’attaque à Big Brother, la scène du prologue démontre les moyens impressionnants de surveillance et d’actions dont disposent nos amis d’outre-Atlantique et nos deux jeunes protagonistes vont indirectement en faire les frais. Ici la remise en question des moyens de télécommunication rappelle forcément « Ennemi d’Etat ». Cela risque d’effrayer quelque peu les accros d’Ipod ou de blackberry, mais avant tout, mieux vaut se laisser aller à ces montagnes russes qui faute d’asticoter nos neurones, procurent de sacrées secousses visuelles.
Les rares temps morts nous permettent de prendre quelques inspirations afin de mieux nous replonger dans cette course poursuite effrénée. Difficile de résumer sans toucher directement à l’intrigue, on peut préciser que Jerry et Rachel n’ont au départ rien en commun et n’ont aucune raison de se rencontrer. Pourtant des faits extraordinaires vont bouleverser leur vie de manière radicale les poussant à commettre une multitude de délits bien malgré eux. Le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne vont pas être à la fête, et leur survie se tiendra plus d’une fois à un simple coup de fil.
Les cascades sont impressionnantes, on reprochera malgré tout une caméra un peu trop épileptique, les mouvements saccadés fatiguant à force notre acuité visuelle. Cette succession de plans convulsifs dessert au final la lisibilité de certaines scènes, cette mode incontournable de caméra volante n‘a pas que du bon. Il est à noter que la vision s’est faite sur Vidéoprojecteur, la sensation sera sans doute amoindrie sur LCD. L’enchainement des situations explosives permet donc de sauter quelques invraisemblances de circonstance, surtout la dernière partie à la limite du risible. La mise en scène nerveuse rappelle au spectateur son but principal voir unique, divertir.
Shia Labeouf continue avec réussite sa mutation post-ado, laissant loin derrière lui ses cubiques transformers pour un ennemi plus insidieux mais diaboliquement redoutable, son carnet de commande n’est pas près de désemplir. Michelle Monaghan s’en sort également plutôt bien avec un jeu mesuré, on frôle souvent la caricature par les symboles indécrottables de ces chers américains, mais pour une fois le rythme éponge quelques épanchements inutiles. Pour l’anecdote « la voix » dans la version originale est interprétée par Julianne Moore qui n’a pas désiré être créditée dans le générique.
Le film n’a pas connu un franc succès en France, atteignant tout juste les 300 000 spectateurs. Mais il reste un film largement rentable doublant sa mise en recettes.
Au final, DJ Caruso nous propose un thriller survitaminé et efficace, Il n’est pas sûr que son message outrancier soit bien capté, mais le divertissement bénéficie lui d’un réseau sans faille et c’est bien là l’essentiel.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format : 2.35 - encodage MPEG-4 AVC

Avis : Si on prend beaucoup de plaisir à suivre nos deux jeunes héros, l'image en est pour beaucoup responsable. Le piqué est superbe avec des contours par moment d'une précision chirurgicale. Le contraste est aussi musclé que l'action, la gestion des noirs est irréprochable et la palette colorimétrique s'amuse au gré des ambiances avec une bonne saturation. La compression est discrète, le grain n'est pas trop visible sur vidéoprojecteur, un peu plus sur LCD. Il faut trouver un défaut et j'en tiens un, ce plan large aérien complètement flou (23'39). Insuffisant pour lui enlever la note maximale méritée.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : True HD Anglais - DD 5.1 Français, Allemand, Anglais, Italien 640Kbps
Sous-Titrage : Anglais, français, Allemand, Italien, danois, espagnol, finnois, néerlandais, norvégien, suédois, anglais pour les malentendants

Avis : On découvre une fois de plus que la piste HD en français est du domaine de la science-fiction.Ici il faut se contenter du DD encodé à 640Kbps, on note heureusement un bon dynamisme avec un mixage assez bien maitrisé. Il faut parfois tendre l’oreille pour bien capter les effets sur les surrounds peu utilisés en dehors de certaines cascades. Pour profiter pleinement de son home-cinéma, une fois de plus mieux vaut opter pour la VO qui joue dans un tout autre registre tant en terme de dynamisme que de fluidité.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal est superbe, il profite des effets d’éclatement numériques pour jouer sur les fondus entres les différentes scènes du film. Le menu nous propose l’envoi du film, Réglages permettant de choisir la langue ou le sous-titre, Accès aux scènes avec ses 24 chapitres, et enfin les bonus. Il est possible de changer à la volée la version audio et les sous-titres.


Les bonus :

Les bonus se décomposent en 9 volets, ils présentent :

  • - Scènes inédites : On retrouve 3 scènes + 1 fin alternative
  • - (1) La veillée d'Ethan (0'36) Scène insignifiante de 30 secondes où on a juste droit à quelques regards appuyés
  • - (2) Soldat (1'12) On en apprend un peu plus sur la vie du frère jumeau, mais vraiment pas de quoi bouleverser l'intrigue
  • - (3)Jumeaux (1'43) Jerry se confie à Rachel sur son frère, encore une fois rien d'étourdissant comme annonce.
  • - fin alternative (1'07) On retombe dans la paranoia, mais visiblement ce n'était qu'une esquisse puisque le sujet ne va même pas jusqu'au bout./li>
  • - Le second volet s'attaque au making-of Guerre asymétrique (25'32) On apprend qu'à l'origine, c'était un projet de Steven Spielberg qu'il avait en tête depuis 10 ans, Dj Caruso nous parle de sa grande complicité avec Shia, et du plaisir à réaliser de vrais effets spéciaux, on peut suivre la scène de la grue détruisant un vrai décor où les préparations des cascades comme cette scène impressionnante du semi remorque dans le tunnel, la caméra a vraiment eu chaud. Le tournage a demandé 77 jours et s'est déroulé à peu près dans 100 endroits différents, essentiellement axé sur la partie technique des effets spéciaux, le reportage se suit sans ennui, même si on devine un fond de promotion bien ancré et les sempiternelles flatteries d'usage.

  • - Le troisième volet Focus sur le lieu de tournage : Washington, D.C. (5'58) on a droit à une petite visite guidée très officiel de la bibliothèque du capitole ainsi que ses galeries, on fait également une petite visite au pentagone mais même à l'intérieur d'un bureau, les tableaux sont flouttés. Encore une fois, le reportage sent bon la promotion.
  • - Le quatrième volet Mon telephone portable m'espionne-t-il ? (9'14) on rentre un peu plus dans la parano avec tous les moyens de surveillance et la vie privée qui vole en éclat, rien de bien neuf avec Big brother.

  • - Le cinquième volet Et si on jouait ? (9'22) propose un face à face entre DJ Caruso et John Badham, cette fois, on sort la pommade par pallette, aucun intérêt

  • - Le sixième volet Virée en voiture (3'05) n'est ni plus ni moins qu'un condensé du making-of qu'on retrouve dans la version SD.

  • - Le septième volet Betisier (7'00) : Comme souvent ce type de reportage n'amuse que les principaux protagonistes.
  • - Le huitième volet propose une galerie de photos plutôt réussie
  • - On termine par la bande annonce (2'28)
  • Au final l'ensemble des bonus n'échappe pas à la promotion, seul le making-of apporte quelques informations et éléments techniques intéressants.


  • Les Visuels : 0/1



    La pochette / Le packaging

    La jaquette affiche la couleur de sa trame, mais mise trop sur le spectaculaire et pollue inutilement le visuel avec cette complaisance de la presse. La logique du matraquage promotionnel, déjà aperçu dans les bonus se confirme ici. Le verso retrouve une certaine clarté et surtout humilité et découpe soigneusement les différentes parties. Tous les bonus ne sont pas annoncés et les caractères bleus sur fond noir n'offrent pas une grande lisibilité.



    La sérigraphie

    Dreamworks juge inutile de s'encombrer d'image pour sa sérigraphie et même si cela avait été le cas, elle aurait bien eu du mal à se frayer un chemin dans cette batterie de logos.


    Note Finale : (15/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020