DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


RAIPONCE (BLU-RAY)

Lui écrire montana62

Raiponce (Blu-ray) DVD sorti le 01/04/2011


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Disney
Distributeur :
Buena Vista

Date de sortie en salle : 1 décembre 2010

Nombre d'entrées : 3 986 757
Durée du film : 1 h 40 min

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
8712


   

Le Film : 7.5/10

Résumé : Lorsque Flynn Rider, le bandit le plus recherché du royaume, se réfugie dans une mystérieuse tour, il se retrouve pris en otage par Raiponce, une belle et téméraire jeune fille à l’impressionnante chevelure de 20 mètres de long, gardée prisonnière par Mère Gothel. L’étonnante geôlière de Flynn cherche un moyen de sortir de cette tour où elle est enfermée depuis des années. Elle passe alors un accord avec le séduisant brigand… C’est le début d’une aventure délirante bourrée d’action, d’humour et d'émotion, au cours de laquelle l’improbable duo va rencontrer un cheval super-flic, un caméléon à l’instinct de protection surdéveloppé, et une drôle de bande de malfaiteurs.

Fiche technique : Film américain réalisé par : Byron Howard et Nathan Greno, Scénario : Dan Fogelman, Producteur : Roy Conli, Producteurs exécutifs : Glen Keane, John Lasseter et Philip Lofaro, Musique : Alan Menken, monteur : Tim Mertens, Superviseur des effets visuels : Steve Goldberg, Directeur artistique : David Goetz

Distribution : (Voix originales) Mandy Moore : Raiponce (adulte et chant), Erin Fitzgerald : Raiponce (jeune), Zachary Levi : Flynn Rider, Donna Murphy : Mère Gothel, Brad Garrett : Hook-Hand Thug, Ron Perlman : Les Frères Stabbington, Jeffrey Tambor : Big Nose Thug, Richard Kiel : Vladamir, M. C. Gainey : Capitaine des gardes, Paul F. Tompkins : Shorty Thug.

(Voix françaises) - Maeva Méline : Raiponce (adulte et chant), Coralie Thuilier : Raiponce (jeune), Romain Duris : Flynn Rider, Emmanuel Dahl : Flynn Rider (chant), Isabelle Adjani : Mère Gothel, Sophie Delmas : Mère Gothel (chant), Philippe Dumond : La main froide (Hook-Hand Thug), Pierre Margot et Serge Biavan : Les Frères Stabbington, Raphaël Cimolino : Vladamir, Alexandre Cross : Capitaine des gardes.

Avis : Pour ce 50ème long métrage d'animation, Disney a décidé de ne pas faire les choses à moitié, en injectant un budget pharaonique la maison mère sort, phénomène de mode oblige, son premier film en 3D, la magie est-elle au rendez-vous ?
On découvre cette jeune fille, Raiponce, prisonnière dans cette immense tour à l'abri des regards. Sa geôlière, Gothel, se faisant passer pour sa mère, la garde jalousement pour les pouvoirs extraordinaires contenus dans sa longue chevelure avec notamment celui de faire garder une jeunesse éternelle.
Les première minutes s'inspirent déjà des grandes références du catalogue Disney avec dans le désordre, cendrillon, la belle au bois dormant ou Blanche neige et les 7 nains. La rencontre avec ce brigand sympathique Flynn, permet d'ouvrir à la princesse un regard neuf sur le monde extérieur et surtout d'accélérer le rythme de l'intrigue. Si les premières chansons, figure imposée et dispensable du cahier des charges de la firme, ne laissent pas un souvenir impérissable surtout dans sa version française, on est véritablement subjugué par la beauté des images et surtout sa précision.
Si le caméléon Pascal joue les jiminy cricket avec beaucoup de discrétion mais avec un charisme ravageur pour nos jeunes bambins, le cheval Maximus assure le spectacle dans la dérision avec ses allures de chien renifleur. Flynn avec ses faux airs de robin des bois est parfaitement dans l'air du temps laissant loin derrière son sillage les proprets princes charmants. La méchante de service Gothel, obsédée par son physique, encore un signe des temps, affiche un look plutôt avantageux et loin de la dynastie des sorcières qui ont jalonné les décennies Disneyennes.
Dans ce gros coup de dépoussiérage, l'émancipation fait une incursion significative bousculant les codes de conduite et les règles clairement établies dans l'éducation. En clair, le message fait passer aux enfants de ne pas toujours écouter ce que disent les parents et de voler de leurs propres ailes. Aussitôt mis à exécution, les remords de cette jeune fille devant l'audace à outrepasser les consignes vaut une jubilatoire crise de conscience, alternant l'exaltation à la contrition. Derrière ce rêve bien légitime de découvrir le monde, Disney enfonce le clou sur la volonté et l’importance de réaliser ses rêves. C’est dans ce repère de coupe-gorge avec ces brutes sanguinaires que la paraphrase prend tout son sens d’une manière assez inattendue, mais n’occultons pas ce faiseur de rêves qu’est Disney, la machine parfaitement huilée fait encore une fois son office. Les scènes spectaculaires ne sont pas oubliées comme la rupture de ce barrage ou la lancée des lanternes, l’intrigue s’adresse bien sûr aux enfants mais ne laisse pas pour autant les parents sur le bord de la route, amenant par moment de belles scènes d’émotion. Une fois de plus la faiblesse provient de ces scènes chantées avec le manque d’une vraie mélodie référence qui marquait jadis les autres œuvres.
Le doublage français est une bonne réussite dans l’ensemble, le casting s’offre tout de même Isabelle Adjani (difficilement reconnaissable) et Romain Duris, il est à noter que ce ne sont pas eux qui interprètent les chansons.
On peut s’interroger encore une fois de l’utilisation de la 3D, faisant gonfler énormément la facture et n’amenant pas au final une plus value à la hauteur de l’engagement financier. Avec ses 576 millions de dollars de recette mondiale, les compteurs sont forcément au vert mais derrière ces chiffres flatteurs, se cache une rentabilité moins évidente. Si on s’amuse à faire une petite comparaison, La princesse et la grenouille avec 2 fois moins de recettes fait malgré tout mieux en terme de rentabilité, comme quoi le fond reste toujours plus important que la forme. Malgré un gros succès avec près de 4 millions de spectateurs en France, le fim reste très loin de ses ainés qui ont largement dépassé les 10 millions comme le roi Lion.
S'inspirant très largement des contes des frères Grimm, Raiponce s’avère au final un bon cru sans être exceptionnel, mélangeant avec réussite la part des rêves tout en s’adaptant au monde contemporain. Comme souvent le film émerveillera les enfants et ravira les parents.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format du cinéma respecté : 1.78:1 - 16/9 incompatible 4/3

Avis : La copie est tout simplement splendide avec une palette colorimétrique parfaitement saturée et d'une grande richesse qu'elle soit dans les pastels où sombre. La définition est d'une précision chirurgicale avec une profondeur abyssale, il suffit de regarder chaque cheveu qui peut se compter. L’animation est magnifique notamment dans cette scène de barrage et la vision de ces lanternes qui s’envolent est tout simplement magique.


Le Son : 3/3

Détails techniques : DTS-HD 7.1 Master Audio - Anglais, DTS-HD High-Résolution 7.1 2046Kbps - Français, DTS 5.1 - 1509Kbps - Néerlandais, DD 5.1 - 640Kbps - Néerlandais
Sous-Titrage : Anglais, Français, Néerlandais.

Avis : La Version française possède une solide piste HD High Résolution «bridée»  à 2046Kbps mais en 7.1. autant dire de quoi satisfaire l’exigence de tout home-cinéma qui se respecte. Le mixage est d’une redoutable précision, les effets et le doublage cohabitent sans aucun soucis dans un dynamisme exemplaire et une spatialité omniprésente. Néanmoins pour les puristes, la VO délivre l’ensemble dans une limpidité fantastique avec des pointes à plus de 6Mbps, difficile dans ces conditions de pouvoir faire une comparaison.


L'Interactivité : 1/3

L'ergonomie des menus :
A l'ouverture, on a une première invitation pour choisir la langue, démarre ensuite une série de bandes annonces (le roi lion, Winnie l'ourson, Clochette et le tournoi des fées). Le menu principal propose l’envoi du Film, Sélection des chapitres au nombre de 12, Bonus, Configuration avec la sélection des langues et sous-titres et Bandes-annonces. L’interface magnifique se fond dans cette vallée au pied de la tour, avec comme animation la chute d'eau et de feuilles. Il est possible de changer à la volée la version audio et les sous-titres


Les bonus :

L’ensemble du menu bonus se découpe en 7 volets :

  • On démarre le premier volet avec les « Scènes coupées au nombre de 3:
  • - A la taverne (6’51) La scène présente beaucoup moins d’intérêt car il faut se contenter ici de croquis au crayon et de plus pour une jeune fille fraichement lâchée dans la nature, sa confrontation avec la crème de brigands dans cette taverne tourne un peu trop facilement à son avantage.
  • - Le début d’une attirance (1’44) Toujours à base de croquis, on retrouve notre couple batifolant dans une diligence, scène sans grand intérêt
  • - Vigore le visionnaire (3’43)On découvre un singe diseur de bonne aventure, au final la scène la plus intéressante même si l’ensemble est assez frustrant d’un point de vue graphique


  • Le second volet propose 2 versions alternatives du prologue (7’59) toujours dans un graphisme rudimentaire. Sur la seconde version, il y a une explication donnée sur la larme qui donne ce pouvoir de guérison, mais dans l’ensemble il y a peu de variante avec l’original.


  • Le 3ème volet Le 50ème long métrage d’animation (2’03) n’est qu’un rapide coup d’oeil en fait de l’ensemble des créations Disney, purement promotionnel et sans intérêt pour Raiponce.


  • Le 4ème volet concerne les chansons (versions longues), on retrouve Où est la vraie vie (3’35) et N’écoute que moi (4’17). Il n’est pas difficile de comparer les ajouts, le montage final n’étant pas fait.


  • Le 5ème volet «Un cheval des chevaux : le making-of de Raiponce (12’28) devait être la pièce essentielle des sujets, mais au final il n’y a pas grand chose à se mettre sous le cheveu ou plutôt sous la dent. Présenté sous forme de mini-quizz, les premières minutes dressent une fois de plus le catalogue de Disney. Mandy Moore et Zachary Levi tentent bien de donner du rythme et d’apporter un peu d’humour, mais tout cela ne respire qu’au final de la bonne promotion. Les quelques rares informations distillées nous permettent d’apprendre que pour la fameuse scène des lanternes, près de 45 000 apparaissent à l’écran. La longueur de chevelure de Raiponce (20 mètres) correspond en fait à la hauteur de la tour et représente 100 000 cheveux. Enfin le visage de Flynn a été retenu sur le critère féminin du personnel devant oeuvrer pour le film. Voilà c’est à peu près tout ce qu’il y a à retenir de ce squelettique Making-of.


  • Le 6ème volet Découvrez le Blu-ray avec Timon et Pumbaa (4’25) est du déjà vu


  • Le 7ème et dernier volet n’est en fait qu’un leurre ou plus exactement une mention légale sur les opinions exprimées


  • L’ensemble est au final bien tristounet et aurait mérité au moins un making-of digne de ce nom

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    La jaquette permet déjà d’avoir un aperçu de ce qui nous attend aussi bien d’un point de vue technique qu’artistique. On regrettera juste cette pastille Disney rouge et disgracieuse en bas et à gauche venant polluer l’ensemble. Le verso est un exemple d’ergonomie et de lisibilité, chaque partie technique, bonus, synopsis et mentions légales est vite identifiable, le tout parsemé de quelques dessins du film.



    La sérigraphie

    La sérigraphie reprend la jaquette, du moins les principaux personnages. Car sur une demi-face, bien difficile de pouvoir reproduire l’ensemble, l’autre partie faisant la part belle au support Blu-ray. On ne sait jamais, certains clients ne sont peut-être pas au courant de leur achat. Dommage, car en dehors de quelques logos, la galette s’était débarrassée de pratiquement toutes ses mentions légales


    Note Finale : (15/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020