DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


SIX FEET UNDER - L'ULTIME INTéGRALE

Lui écrire montana62

Six Feet Under - L'ultime intégrale DVD sorti le 27/05/2009


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Warner Home Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie : 3 juin 2001 - 21 aout 2005
Durée : 56h 32mn 56s

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
1898


   

Le Film : 9/10

Résumé : Los Angeles. Nous sommes à la veille de Thanksgiving. Nathaniel Fisher, propriétaire des pompes funèbres Fisher and Sons, percute un bus au volant de son corbillard flambant neuf. Il meurt sur le coup. La famille habitué à s’occuper de la mort des autres, va devoir faire face à cette tragédie. Ruth , la mère, fragile et réservée, l’apprend violemment. Elle l’annonce au fils cadet, David, le seul à être resté dans l’activité familiale, qui très sereinement apprend la nouvelle à sa soeur Claire, encore au lycée et Nate, le fils aîné qui revenait pour les fêtes. Cette disparition contraint la famille à se réunir pour un long moment. Dans la douleur, ils vont devoir se redécouvrir et apprendre à vivre ensemble. Chacun tente de se trouver et de s’assumer...

Avis : Six feet Under frôle déjà les 15 ans et pourtant, il y a 1 an encore je n’en avais jamais entendu parlé. La découverte s’est faite par hasard, en consultant la filmographie de Michael C Hall après avoir vu « Dexter ».

Il est parfois difficile d’adhérer rapidement à une intrigue, bien souvent il faut quelques épisodes pour s’habituer aux personnages. L’un des atouts de Six Feet Under réside dans une adhésion immédiate des protagonistes, 30 minutes montre en main.

Après une pub vantant un corbillard, nous retrouvons Fisher-père au volant du même corbillard passant les dernières secondes de son existence terrestre. Fisher-mère apprend la nouvelle par téléphone et exprime sa douleur d’une manière peu conventionnelle. En effet elle précise à David, son 2ème fils, que son père est mort et que le rôti est foutu ! Nate, le 1er fils, l’apprend après avoir satisfait un besoin physique avec une des passagères de l’avion. Enfin Claire, le 3ème enfant, reçoit l’info après avoir découvert les premiers effets de drogues douces.

Le ton est donné, l’humour corrosif est bien présent pour faire passer le 1er cadavre d’une longue série. Pour rappel, la famille fisher est une famille s’occupant des obsèques, un univers pas forcément attractif et encore moins télégénique.

C’est ainsi que nous faisons connaissance de cette famille plutôt atypique, surtout qu’après la mort du père, les masques vont tomber ou plutôt se révéler. Nous pénétrons donc rapidement dans la famille Fisher et nous allons devenir le témoin privilégié de pas mal de maux de société abordés, réputés télévisuellement tabous. La mort, l’homosexualité, l’adultère, la drogue, l’adoption, l’inceste, la religion ou l’homophobie font partie des ingrédients qui vont égrener cette série.

Alan Ball tout auréolé de l’oscar du meilleur scénariste pour « American Beauty » cisèle méthodiquement l’introduction de chaque épisode par un décès. Ce procédé se révèle pernicieux à l’usage, l’aspect devenant ludique en nous poussant au jeu du « qui va mourir et comment ? ». La mort affiche différents masques, elle peut-être violente comme cet homicide homophobe ou grotesque pour cet homme se faisant écraser par sa voiture. L’éventail est plus que représentatif et touche tous les âges.

Le décès prononcé, la Famille Fisher prend en général le relais et bien souvent le thème de la mort correspond au sujet de l’épisode. Si les flashbacks et ellipses sont couramment utilisées, l’intimité sous toutes ses formes est partagée afin de mieux faire partie de la fratrie. Les sujets brûlants sont présentés sans détour mais l’intelligence de l’écriture écarte tout voyeurisme malsain ou vulgarité. Même la mort évite l’aspect morbide, la neutralité du ton laissant le choix au spectateur d’utiliser l’information reçue. La thanatopraxie n’a plus beaucoup de secrets pour nous ni la vie en couple de gay, on s’étonne que de telles « barrières » tombent aussi facilement. Mais pour Alan Ball, en dehors de son talent, le fait d’être lui-même gay et ayant perdu sa sœur peut expliquer une telle fluidité narrative.

Si l’écriture et les thèmes contribuent au succès de cette série, les personnages tiennent bien sur une part prépondérante. Il est temps de faire les présentations :

- Nathaniel Fisher Jr, le père, s’offre le prologue du pilote avant de mourir mais reste un personnage récurent en apparaissant souvent pour guider ou répondre à certaines interrogations de sa famille.

- Ruth Fisher, la mère, va se révéler derrière une façade effacée et protectionniste un véritable volcan en éruption. Le veuvage permet de charrier des torrents de lave trop contenus, il est temps pour elle de rattraper le temps perdu et de mettre certaines choses au point.

- Nathaniel JR dit nate, le fils ainé, revient à contrecœur dans l’entreprise, lui qui s’est enfuit très jeune de certaines responsabilités. Il trouvera sa voie en apaisant la souffrance des familles, laissant la partie matérielle à son frère David. Responsabilité reste bien une faille dans son cursus, il est vrai peu aidé par une certaine addiction au sexe.

- David, le second fils, a du mal à assumer au grand jour son homosexualité, il reste cependant aux commandes de l’entreprise le plus compétent et rationnel de la famille.

- Claire, la seule fille, a du mal à trouver sa voie et s’ouvre un peu trop aux artifices interdits. Comme beaucoup d’ados, elle joue sur la provocation et les conflits pour essayer de se trouver et se positionner au sein de la famille.

Rico Diaz, le thanatopracteur de l’entreprise et 3ème fils spirituel, est « l’artiste » de l’entreprise s’évertuant à considérer sa profession comme un art. Cependant tout a un prix, et ses connaissances font naitre ses ambitions.

- Brenda Chenowith, addict du dernier mot et un peu de sexe, est l’intellectuelle de la série, une espèce de souris de laboratoire traumatisée par des parents libertins et bridée par sa seule faille, un frère maniaco-dépressif et envahissant. Elle intervient au moment où Nate apprend la mort de son père et va jouer avec le fils ainé les « je t’aime – moi non plus »

- Keith Dwayne Charles, le conjoint de David, flic et un peu réactif à tout ce qui n’abonde pas dans son sens, reste le talon d’achille de David.

Il y a bien sur les personnages secondaires qui traversent une saison ou furtivement les épisodes, Margareth, la mère de Brenda, étant sans doute l’un des personnages les plus truculents et acides de la série.

Evidemment, les protagonistes vont évoluer en fonction des humeurs ou des situations mais toujours, comme fil conducteur, avec un esprit de famille soudé même s’il est dissimulé en apparence.

La musique est également un sacré atout, Nirvana, Nina Simone, Coldplay, Radiohead, Sia font partie des interprètes avec ne l’oublions pas Thomas Newman et son formidable générique.

Six Feet Under mortel ?

Même si on ne trouve pas de réelles longueurs, l’évolution des personnages s’enlisent parfois dans des redondances. On s’irrite de temps en temps sur les débordements de Ruth, sur les pleurs de nate, sur les problèmes conjugaux de rico ou les aventures de david ou Brenda. Mais après tout, le fait d’intégrer la famille fait partie du deal avec le lot de problèmes inhérents.

Si la majorité des épisodes garde un bon niveau scénaristique, quelques-uns survolent l’ensemble malgré tout. Les n°12 – saison 1, n°13 – saison 2, 13 – saison 3, n°5 et 12 - saison 4 et bien sur n°10 saison 5. Le numéro 5 de la saison 4 (Une nuit de chien) reste pour moi le plus puissant dans sa mise en scène, la terreur à l’état brut dans sa plus confondante banalité.

Après avoir partagé pendant près de 60 heures les joies et les peines de la famille Fisher, le dernier épisode tente de refermer les plaies ou d’effacer certaines cicatrices. La cohésion semble presque trop parfaite, on craint un final légèrement bâclé au vu de la qualité de l’ensemble. Mais que nenni !

Alan Ball va jusqu’au bout de son projet et de sa ligne directrice. Une dernière photo de famille, un dernier regard dans le rétro, le contact est mis ainsi qu’un CD dans le lecteur. Les premières notes de « Breathe Me » de Sia s’envolent dans l’habitacle, la première émotion nous étreint la gorge. 6 minutes 30 de flashforwards titillent furieusement nos glandes lacrymales, le destin inéluctable qui attend tous nos protagonistes ne sert que l’évidence : Profitons de la vie !

Au générique de fin l’émotion reste toujours aussi forte, à la beauté des dernières images vient s’ajouter une réelle tristesse de quitter cette famille qui nous avait recueilli durant 5 saisons. On n’a pas envie d’appuyer sur stop, on désire prolonger jusqu’au bout ces adieux.

Six Feet Under est certes marqué par quelques épisodes creux ou certains personnages sans consistance. Mais l’intelligence de l’écriture et de l’interprétation gomme facilement ces carences et classe sans soucis cette série comme l’une des meilleures et des plus intelligentes des années 2000.

On peut le dire sans détour, Six feet Under est vraiment « mortel » et le plus dur au final est d’en faire son deuil…


L'Image : 2/3

Détails techniques : Format 1.33 - 4/3 saison 1 et 2 - Format 1.78 - 16/9 saison 3 à 5

Avis : Les 2 premières saisons disposent du format 1.33 - 4/3, on a donc droit aux bandes noires verticales des 2 côtés, les 3 dernières saisons passent au format 1.78 - 16/9. On note un grain très présent, pas mal d'artéfacts surtout sur les 2 premières saisons sans doute par le format 1.33. Ce n'est assurément pas l'atout majeur technique.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Saison 1 Langues : Anglais et Français 5.1 Surround 448 Kbps
Sous-Titres : Anglais, Français, Néerlandais, Arabe, Polonais, Norvégien, Suédois, Finlandais, Islandais,
Saison 2 Langues : Anglais DD 5.1 - 384 Kbps et Français 2.0 - 192 Kbps
Sous-Titres : Anglais, Français, Néerlandais, Arabe, Polonais, Norvégien, Suédois, Finlandais, Islandais
Saison 3 et 4Langues : Anglais DD 5.1 - 384 Kbps et Français 2.0 - 192 Kbps, Hongrois 2.0 - 192 Kbps
Sous-Titres : Anglais, Français, Hongrois, Néerlandais, Arabe, Polonais, Norvégien, Suédois, Finnois, Hébreux.
Saison 5Langues : Anglais DD 5.1 - 384 Kbps et Français 2.0 - 192 Kbps
Sous-Titres : Anglais, Français, Néerlandais, Arabe, Polonais, Norvégien, Suédois, Finnois, Hébreux.

Avis : La VO dispose d'un 5.1 très agréable qui doit avant tout être choisi pour son mixage bien plus précis que la VF. Le doublage français présente bizarrement un dynamisme plus important que la VO, se permettant même parfois d'ajouter quelques bruits de fonds supplémentaires. Dans tous les cas avantage du son sur l'image.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Le menu propose Episodes - Langues - et Bonus


Les bonus :

Saison 1 : 12h02mn46s

  • Disque 1 :
  • - Commentaire du 1er épisode par Alan Ball, créateur de la série.
  • Scène coupée du 1er épisode avec commentaires (1'36)
  • Anatomie du générique (15'49) : Une fois n'est pas coutume, le thème a été écrit avant les images. Ainsi plusieurs génériques ont été tournés autour de sa bande originale.
  • Biographies
  • Index de la saison
  • Liens Interactifs
  • Disque 5 :
  • Les coulisses du tournage avec des interviews des acteurs et producteurs (21'42) : les personnages principaux donnent un avis sur leurs rôles, mais également des anecdotes et la vision qu'ils se font sur la mort.
  • Commentaire du 13ème épisode par Alan Ball
  • Nominations et récompenses
  • 2 morceaux, comprenant un remix inédit de la musique du générique signé Kid Loco
  • Episodes
  • Disque 1
  • 1 - La mort - Pilote (1'02'51)
  • 2 - Le Testament (52'00)

  • Disque 2
  • 3 - Le pied (52'50)
  • 4 - La famille (51'26)
  • 5 - A livre ouvert (54'09)

  • Disque 3
  • 6 - La chambre (57'05)
  • 7 - Fraternité (50'52)
  • 8 - Départs et Rencontres (56'18)

  • Disque 4
  • 9 - La vie est trop courte (55'05)
  • 10 - Pas d'intrus dans la famille (58'54)
  • 11 - Au coeur de la nuit (54'58)

  • Disque 5
  • 12 - Vies privées (56'57)
  • 13 - Délivrance (59'21)

  • Saison 2 : 12h06mn54s
  • Bonus
  • Disque 1
  • Commentaires Audio du réalisateur Rodrigo Garcia pour l'épisode 1 (VO non sous-titrée)
  • Index de la série
  • Disque 3
  • Commentaires Audio du réalisateur Dan Attias pour l'épisode 7 (VO non sous-titrée)
  • Disque 4
  • Commentaires Audio du réalisateur Alan Poul pour l'épisode 10 (VO non sous-titrée)
  • Disque 5
  • Commentaires Audio du scénariste Jill Sloway pour l'épisode 12 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio d'Alan Ball pour l'épisode 13 (VO non sous-titrée)

  • "Anatomie d'un mort très actif : la vie d'un cadavre" (19'51) : On visite les coulisses et les effets spéciaux de la morgue Fisher. On assiste aux préparatifs des moulages pour la reconstitution des têtes le plus souvent. En parallèle Alan Ball et quelques scénaristes précisent l'utilisation de ces morts dans les épisodes où on apprend que la plupart des décès proviennent d'histoires vraies comme cette pensionnaire étouffée par sa voisine avec un Hot-dog. Un sujet passionnant ne serait-ce que par l'explication très détaillée sur les moulages.
  • Episodes
  • Disque 1
  • 1 - Echec et mat (57'28)
  • 2 - La vie ne tient qu'à un fil (56'57)

  • Disque 2
  • 3 - Le Plan (56'35)
  • 4 - Le rapatriement de M. MOSSBBACK (57'39)
  • 5 - La Femme invisible (55'30)

  • Disque 3
  • 6 - Exaspération (55'18)
  • 7 - Retour aux sources (56'15)
  • 8 - Les obsèques du Père Noël (54'10)

  • Disque 4
  • 9 - Un Autre regard (56'12)
  • 10 - Le Secret (56'41)
  • 11 - Le Menteur et la prostituée (49'24)

  • Disque 5
  • 12 - Fiction ou réalité (55'40)
  • 13 - L'Opération (59'05)

  • Saison 3 : 11h13mn38s
  • Bonus :
  • Disque 1
  • Index de la série
  • Disque 2
  • Commentaires Audio du réalisateur Michael Engler pour l'épisode 3 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio du réalisateur Alan Poul pour l'épisode 4 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio du scénariste Bruce Eric Kaplan pour l'épisode 5 (VO non sous-titrée)
  • Disque 4
  • Commentaires Audio du scénariste Rick Cleveland pour l'épisode 11 (VO non sous-titrée)
  • Disque 5
  • Commentaires Audio "La vie ne tient qu'à un fil : vue d'ensemble de la 3ème saison
  • Scènes inédites
  • Episode 4 : David et Keith se retrouvent à la maison (0'51)
  • Episode 10 : Nate et Rico discutent à coeur ouvert en s'occupant d'un client (1'52)
  • Episode 11 : Rico et Arthur parlent des ficelles du métier pendant que Nate décompresse (1'25)

  • Episodes
  • Disque 1
  • 1 - Chacun cherche sa voie (48'09)
  • 2 - Coup du destin (50'28)

  • Disque 2
  • 3 - L'oeil intérieur (51'12)
  • 4 - L'art d'aimer (51'16)
  • 5 - Le piège (55'03)

  • Disque 3
  • 6 - Amour, mode d'emploi ? (49'43)
  • 7 - Retrouvailles (47'56)
  • 8 - La partie de paintball (55'11)

  • Disque 4
  • 9 - Vernissage (53'07)
  • 10 - Querelles et séparations (50'28)
  • 11 - La mort fait des heures supplémentaires (49'01)

  • Disque 5
  • 12 - Le Crépuscule (52'38)
  • 13 - Dévoré par l'angoisse (59'26)

  • Saison 4 : 10h38mn24s
  • Bonus
  • Disque 1
  • Commentaires Audio du scénariste Craig Wright pour l'épisode 1 (VO non sous-titrée)
  • Disque 2
  • Commentaires Audio du réalisateur Jeremy Podeswa pour l'épisode 3 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio du réalisateur Alan Poul pour l'épisode 5 (VO non sous-titrée)
  • Disque 3
  • Commentaires Audio du réalisateur Kate Robin pour l'épisode 6 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio du réalisateur Peter Webber pour l'épisode 7 (VO non sous-titrée)
  • Disque 5
  • Commentaires Audio du scénariste Scott Buck pour l'épisode 11 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio du réalisateur Alan Ball pour l'épisode 12 (VO non sous-titrée)
  • Plan par plan - le montage de six feet under (18'37) : les amoureux de la technique seront aux anges, on a droit à un cours très élaboré de l'art du montage.
  • Costas et les interviews des acteurs de la série (15'45) : On retrouve un animateur faisant le show face aux 4 principaux personnages de la série. La promotion survole bien sur l'ensemble, mais les acteurs évitent d'en faire des tonnes, chacun se regardant pour savoir qui va répondre.
  • Musique inédite de la nouvelle bande originale de six feet under (4'26)
  • Episodes
  • Disque 1
  • 1 - Des voeux exaucés (57'20)
  • 2 - Rejoindre les anges (49'16)

  • Disque 2
  • 3 - Chacun son jeu (55'20)
  • 4 - Secrets intimes (56'30)
  • 5 - Une nuit de chien (56'27)

  • Disque 3
  • 6 - La terreur s'installe (53'43)
  • 7 - Une photo bouleversante (56'25)
  • 8 - Solitudes ( 52'40)

  • Disque 4
  • 9 - Le tour de ronde (54'42)
  • 10- Rendez-vous à Black Forest (48'09)

  • Disque 5
  • 11 - Tout le monde aux abris (48'55)
  • 12 - La vérité (58'57)

  • Saison 5 : 10h31mn14s
  • Bonus :
  • Disque 2
  • Commentaires Audio du scénariste Craig Wright et du réalisateur Alan Poul pour l'épisode 4 (VO non sous-titrée)
  • Disque 3
  • Commentaires Audio de l'actrice Frances Conroy et du scénariste Jill Soloway pour l'épisode 6 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio du scénariste Bruce Eric Kaplan et le réalisateur Joshua Marston pour l'épisode 7 (VO non sous-titrée)
  • Disque 4
  • Commentaires Audio du réalisateur Daniel Minahan pour l'épisode 9 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio des acteurs Michael C. Hall et Lauren Ambrose pour l'épisode 11 (VO non sous-titrée)
  • Disque 5
  • Commentaires Audio d'Alan Ball pour l'épisode 12 (VO non sous-titrée)
  • Commentaires Audio de six feet under : 2001 - 2005 (VOSTF)
  • - 1ère partie (20'11)
  • - 2ème partie (25'52)
  • Vie et mort - l'influence de six feet under (27'58)
  • Musique inédite de "six feet under Everything Ends" BO (4'26)
  • Episodes :
  • Disque 1
  • 1 - Une couche d'apprêt (52'21)
  • 2 - Je danse pour moi (50'44)

  • Disque 2
  • 3 - Prends ma main (48'02)
  • 4 - Comme le temps passe (49'21)
  • 5 - Désir d'enfant (47'27)

  • Disque 3
  • 6 - Donne-moi la main (52'43)
  • 7 - Le silence (54'24)
  • 8 - Chantons pour nos vies (53'20)

  • Disque 4
  • 9 - L'ecosystème (46'53)
  • 10 - Tout le monde est seul (54'47)
  • 11 - L'accouchement (52'06)

  • Disque 5
  • 12 - Le monde attend (1'09'06)

  • Ce qui frappe avant tout, ce sont les commentaires originaux privés d'un doublage français. Comme ils constituent la majorité des bonus, sans de solides connaissances anglaises, on passe forcément à côté de pas mal de détails. Les derniers commentaires en 2 parties sur la saison 5 jouent une petite séance de rattrapage heureusement. 3 sujets méritent malgré tout le détour, l'anatomie du génerique ainsi que les reportages sur le maquillage et le montage.


    Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Un très joli coffret enveloppe les 5 boitiers de cette série. Pour le recto, juste une rose blanche et un texte doré et précis avec son titre dans les 2 langues et un épitaphe cernant immédiatement le sujet : "Reposez en paix". Le verso reste très sobre, reprenant le visuel des 5 boitiers et indiquant le nombre d'épisodes par saison. En ouvrant par le dessus ce coffret on retrouve tous les détails techniques nécessaires, Langues - Sous titres - Bonus - Durée - Format. Sur les 5 boitiers, 2 (saison 2 et 3) présentent à l'intérieur de leur jaquette un récapitulatif des épisodes avec les titres. Le verso des jaquettes détaillent sans soucis et avec une bonne lisibilité tous les éléments techniques illustrés majoritairement d'une seule photo. Un packaging dans l'ensemble très sobre mais superbe.



    La sérigraphie

    La sérigraphie présente systématiquement pour chaque saison (de 1 à 4) tous les principaux personnages, la saison 5 reprenant l'arbre du générique. La définition globale est plutôt bonne, on distingue sans soucis l'ordre numérique. L'inconvénient majeur pour les 3 premières saisons réside dans un visuel trop chargé entre les logos, la photo et les mentions légales. Les 2 dernières saisons s'allègent heureusement un peu.


    Note Finale : (16/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 21/01/2015 à 07:14 par montana62 : Merci pour ton commentaire nicofeel, effectivement il y a pas mal de boulot (+ de 10 heures), petite anecdote, la durée totale des 5 saisons est précise à la seconde près :)
    - le 20/01/2015 à 21:17 par nicofeel : Une sacrée analyse tant que sur la série que d'un point de vue technique. Chapeau l'artiste.

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019