DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


MASTER OF SEX : SAISONS 1 & 2 (BLU-RAY)

Lui écrire montana62

Master of sex : Saisons 1 & 2 (Blu-ray) DVD sorti le 05/10/2015


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Sony pictures
Distributeur :
Sony Pictures Home Entertainment - TF1 Vidéo

Date de sortie : 29 septembre 2013 Durée : 22h26mn45s

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
1166


   

Le Film : 8.5/10

Résumé : La vie et les amours de William Masters et Virginia Johnson, deux chercheurs spécialisés dans l'étude des comportements sexuels...

Avis : On suit pendant ces 2 saisons la véritable trajectoire du Docteur William Masters. Cet obstétricien de renom va révolutionner la société en faisant une étude majeure sur le comportement sexuel.

En cette fin des années 50 et dans une Amérique puritaine et ultra conservatrice, son étude est plus associée à de la pornographie qu’à des recherches sérieuses. Pour l’aider dans ce qui va contribuer à faire évoluer les mœurs et les patients, le médecin s’attache les services d’une assistante, Virginia Johnson, qui va elle-même révolutionner sa propre vie.

Beaucoup de sujets brulants sont traités au cours des 2 x 12 épisodes, l’homophobie, le racisme, la prostitution, la difficulté des femmes à s’insérer dans la société.

Tantôt drôle ou dramatique, on suit les « pérégrinations sexologiques » observées ou vécues du tandem/couple Masters et Johnson. Sur un sujet pouvant tomber très vite dans le graveleux ou le voyeurisme facile, Michelle Ashford réussit à évacuer avec beaucoup de grâce et de classe toute vulgarité. Certes la nudité est courante, le langage scientifique ne souffre d’aucune ambigüité mais jamais les scènes de sexes sont gratuites ou inutiles ce qui est loin d’être la cas pour certaines productions récentes.

Si l’étude de la sexologie reste la colonne vertébrale de ces 2 saisons, c’est avant tout le couple Masters/Johnson qui rythme les intrigues. Encore que le terme couple est plutôt mal employé. Car derrière une association à but médicale, les chercheurs/cobayes jouent sur l’ambiguïté de leur relation, pour notre plus grand plaisir. Sans cesse à la limite de ce qui aurait pu être un soap opera, la mise en scène flamboyante déjoue les pièges tendus en maintenant un équilibre narratif toujours intéressant.

La grande force de cette série réside avant tout dans l’alchimie flagrante du couple. Dès le quart d’heure du 1er épisode, notre adhésion est déjà acquise, chose suffisamment rare pour le signaler.

Si les premiers épisodes se consacrent à l’univers de la sexologie, très vite afin de ne pas lasser, l’intrigue dévie sur cette alchimie particulière du couple où vont graviter également des seconds rôles consistants.

La 1ère saison se place plus sous le signe de l’humour, peut-être pour éviter justement toute vulgarité où une éventuelle gêne sur le sexe aussi librement développé. La seconde plus grave, se penche plus sur les problèmes de cette Amérique conservatrice où l’homosexualité est traitée comme une maladie et le racisme comme une normalité.
Pour le Dr Masters, cette science du comportement sexuel est loin d’emporter toutes les adhésions et le chemin va comporter pas mal d’embûches et de désillusions.
Derrière un univers qui semble avant tout privilégier les hommes, la femme malgré ses asservissements de façade et tâches peu reluisantes démontrent qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Le sexe fort n’est peut-être pas celui qu’on pense avec une dépendance toute relative.
Pour rythmer ces combats obscurs et bien moins démonstratifs qu’un Walking Dead ou Game of throne, la série repose sur un casting étincelant.

Le Dr Masters (Michael Sheen) incarne avec délectation un personnage alternant le cynisme, l’égocentrisme, l’intelligence et l’humanité. Tordu par un manque évident de repères et d’amour familial, ce personnage tourmenté qui a des comptes à régler sur sa jeunesse use et abuse du mensonge. Détestable par son ego démesuré, il sait cependant être attachant dans ses moments faibles. S’il doit découvrir le comportement sexuel humain, cela passe avant tout par une auto-formation sur l’amour, un sentiment qu’il est très loin de maitriser.

Virginia Johnson (Lizzy Caplan) assistante dévouée pour son patron et pour la cause bouscule largement les habitudes d’un médecin quelque peu rigide. Cette femme est l’émancipation même, et si le Dr Masters est le cerveau de l’étude, Virginia en est le moteur. Très, (trop ?) impliquée dans les recherches, sa fougue et son inépuisable soif de connaissances bousculent quelque peu l’ordre bien établi d’une femme et de ses devoirs à l’époque. Mais ses choix professionnels ont aussi hélas des conséquences sur sa propre famille. Totalement libérée dans l’approche de l’amour, elle maitrise ses relations avec une facilité déconcertante qui en frustre plus d’un après coup. Cette alchimie avec le Dr Masters résulte bien de cet antagonisme.

Les seconds rôles sont également attachants. Libby masters (Caitlin Fitzerald) femme très compréhensive mais loin d’être bête, marque au fil des épisodes son territoire. Convaincue que les enfants sont indissociables dans une famille, cette femme au foyer profitera de certains moyens pour arriver à ses fins, en occultant peut-être que pour vouloir des enfants, il faut être 2.

Plus présent dans la saison 1, le Dr Haas (Nicholas d’Agosto) qui partage les mêmes » passions » que Masters symbolise la fougueuse jeunesse mais aussi la crédulité qui en découle. Son altruisme n’est pas toujours perçu comme il le désire, il a même tendance à se retourner contre lui.

Betty DiMello (Annaleigh Ashford) prostituée et cobaye de service à ses heures perdues va malmener quelque peu Masters. Disparaissant trop vite de la 1ère saison, elle revient durablement pour notre plus grand plaisir dans la seconde. Hilarante lors de sa première apparition dans une position qui ne la met pas forcément en valeur, son caractère bien trempé et sa détermination à s’en sortir lui vaut notre pleine adhésion. Annaleigh Ashford est tout simplement formidable, alternant à merveille la dérision et la fragilité. Après le couple vedette, c’est sans nul doute le personnage le plus attachant.

Pour compléter le tableau des personnages secondaires sur ces 2 saisons, on retrouve notamment Barton et Margaret Scully (Beau Bridges etAllison Janney) tourmentés par une sexualité incompatible. Le Dr langham (Teddy Sears) arrive à coupler l’aide à la recherche et son infidélité chronique. Enfin pour matérialiser la solitude féminine professionnelle dans ce monde qui ne regarde que les hommes, on découvre le Dr Lillian Depaul (Julianne Nicholson) qui va devoir mener plusieurs combats.

Jonglant sans cesse entre la dérision et des moments plus dramatiques, ces 2 saisons arrivent grâce à une grande pudeur, à nous faire partager leur intimité sans pour autant jouer les grands voyeurs. Les ellipses jouent pleinement leurs rôles, comblant de larges périodes sans doute vide d’intérêt au niveau des recherches ou tout simplement pour éviter une certaine répétition de situations. On note exceptionnellement quelques petits creux, 1 à 2 épisodes sur les 24 s’avèrent peut-être dispensables.

Masters of sex doit se priver d’un jeune public par son contenu quelque peu licencieux, même si jamais la vulgarité ne vient s’inviter au menu. La série retraçant le parcours historique de ces avant-gardistes en matière de sexe vaut largement le détour, il reste juste une question : la saison 3 sera-t-elle à la hauteur ?


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format 1.78

Avis : On ne peut rien reprocher au master proposé, la restitution de l’époque bénéficie de couleurs chaudes, certes la plupart du temps on dépasse rarement le cadre d’un hôpital, mais on apprécie un contraste exempt de reproches et une très bonne gestion des noirs.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Français et Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres :Français, Anglais et Anglais pour sourds et malentendants, Arabe, Danois, Finnois, Norvégien, Suédois

Avis : Sony comme souvent respecte la HD en la proposant aussi bien pour la VF que pour la VO. L’encodage est identique avec une moyenne de 2 Mbps. Sinon pas la peine de s’éterniser sur les différents effets proposés, ça se passe plutôt dans les détails du mixage plus précis dans sa VO. Pour la bande son, c’est bien souvent sur le générique de fin qu’on apprécie pleinement notre installation.


L'Interactivité : 0/3

L'ergonomie des menus :
Sur l'image fixe identique à la jaquette du boitier, le menu propose Envoi de tous les épisodes - Choix des épisodes - Langues - On peut choisir l'envoi des épisodes avec ou non le résumé


Les bonus :

C'est la grosse fausse note de ce coffret, puisqu'on se retrouve complètement orphelin du moindre bonus.

  • Saison 1 11h01mn36s

  • Disque 1 :
  • 1.Un nouveau monde (Pilot) 1'01'21
  • 2.Course à l'espace (Race to Space) 53'23
  • 3.Déviance standard (Standard Deviation) 51'43

  • Disque 2 :
  • 4.Mieux vaut tard que jamais (Thank You For Coming) 52'08
  • 5.Catherine (Catherine) 56'58
  • 6.Le Meilleur des mondes (Brave New World) 55'26

  • Disque 3 :
  • 7.Nouveaux sujets (All Together Now) 52'51
  • 8.Mariage, mensonge et thérapie (Love and Marriage) 57'41
  • 9.Réflexes (Involuntary) 55'27

  • Disque 4 :
  • 10.Explosions (Fallout) 54'11
  • 11.Question de taille (Phallic Victories) 52'57
  • 12.De Nouveaux horizons (Manhigh) 57'30

  • Saison 2 :11h25mn09s

  • Disque 1 :
  • 1.Parallaxe (Parallax) 57'04
  • 2.Des choix cornéliens (Kyrie Eleison) 56'38
  • 3.Le combat (Fight) 58'07

  • Disque 2 :
  • 4.Coups tordus (Dirty Jobs) 56'55
  • 5.Retrouvailles (Giants) 57'31
  • 6.Révolution (Blackbird) 57'30

  • Disque 3 :
  • 7.Astérion (Asterion) 57'51
  • 8.Observer, mais aussi soigner (Mirror, Mirror) 54'48
  • 9.La vie de l'autre (Story of My Life) 57'35

  • Disque 4 :
  • 10.Sous la ceinture (Below the Belt) 57'48
  • 11.La fin justifie-t-elle les moyens ? (One for the Money, Two for the Show) 55'40
  • 12.La révolution ne sera pas retransmise (The Revolution Will Not Be Televised) 57'42


  • Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    On dispose d'un sur-étui très esthétique avec un petit clin d'oeil sur le titre du recto. Sur le verso un seul visuel, mais résumant très bien l'atmosphère avec un brin d'ironie. La partie technique est plutôt bien renseignée sauf pour sa durée farfelue indiquant 21h13 alors qu'elle est de 22h26. Concernant les 2 boitiers, on apprécie un panel de photos plus étoffé rendant hommage au casting. On frise le sans-faute en dehors des éléments techniques sur le boitier 2 avec une couleur rendant presque la lecture impossible. A l'intérieur, avec les volets, aucun soucis pour retirer les galettes. Sur le verso des jaquettes on retrouve un résumé de chaque épisode. On dispose enfin d'un code pour une version numérique et sur le 2ème boitier on dispose également d'un petit livret aux photos très classes enrichies d'une réplique des acteurs.



    La sérigraphie

    Le moins que l'on puisse dire est que l'ensemble des visuels se consacre exclusivement au tandem vedette de la série, exit le reste du casting. Sinon la définition est excellente, la couleur de fond différencie les saisons avec une préférence pour l'étude au bureau pour la saison 1 et une étude plus intime pour la 2. Les logos sont assez regroupés pour ne pas trop nuire à l'ensemble et les mentions légales ne sont pas trop envahissantes.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (14.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 17/02/2016 à 13:29 par c2302t : Certe, mais personnellement on peut très bien aimer les 3 que tu as cité (c'est mon cas). Mais une série exigeante demande parfois du temps à apprivoiser(bien que celle ci s'apprivoise très vite. Lol)
    - le 13/02/2016 à 22:42 par montana62 : Merci pour ton commentaire c2302t, je déplore hélas une audience Tv qui relève de l'anecdotique face à des mastodontes comme Walking Dead ou GOT alors que leur valeur est loin d'être aussi supérieure. Certes, c'est moins saignant et ça bouge moins...
    - le 13/02/2016 à 17:50 par c2302t : Tout a fait d'accord avec ta critique, sur tous les points. C'est une série qui mérite vraiment d'être découverte, et qui brasse beaucoup de sujets de société, de façon très intelligente.un de mes coup de cœur de ce début d'année.
    ...voir tous les commentaires...

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2018