DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


Z NATION: SAISON 1 ET 2 (BLU-RAY)

Lui écrire montana62

Z Nation: Saison 1 et 2 (Blu-ray) DVD sorti le 16/03/2016


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : M6 Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie : Saison 1 - 12 septembre 2014 au 5 décembre 2014
Date de sortie : Saison 2 - 11 septembre au 18 décembre 2015
Durée : Saison 1 et 2 - 19h 15mn 56s

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
957


   

Le Film : 6.5/10

Résumé : L'intrigue se déroule dans un monde post-apocalyptique envahi par des zombies et où les rares survivants humains tentent tant bien que mal de rester en vie. L'unique espoir de l'humanité est Murphy, un ancien prisonnier. Un prototype de vaccin lui a été injecté contre sa volonté afin de contrer le « virus zombie » et est devenu la seule personne vivante connue à avoir survécu à des morsures de morts-vivants. Il est donc impératif de le garder en vie afin de produire d'autres antidotes à partir de son sang. Aidé bon gré mal gré de plusieurs compagnons tel que Garret, ancien membre de la garde nationale, Warren, Doc, 10 Mille, Addy et Mack ou encore la mystérieuse Cassandra, il fait route vers un laboratoire de Californie. Mais le temps presse et beaucoup de questions restent sans réponses. Sans oublier que l'antidote fait subir à Murphy une bien étrange évolution...

Avis : Walking dead qui cannibalise actuellement le petit écran fait forcément des émules, c’est ainsi que Karl Schaefer et Craig Engler ont créé Z Nation.

Si l’adaptation BD de Frank Darabont et Robert Kirkman s’attache à décrier le comportement humain comme nauséabond pour lui-même, Z Nation lui se cantonne à rester au rang et à la lettre toute trouvée : série Z.

Le pitch invoque un sérum injecté à des prisonniers pour tester un antidote contre l’invasion Zombie. Et oui, Z nation est en fait la contraction de Zombie nation. Et miracle, un receveur survit aux morsures des mort-vivants, ce prisonnier devient ainsi l’humain le plus important de la planète. Le gouvernement met en place une mission pour amener « le vaccin ambulant » dans un laboratoire, afin de générer en grosse quantité un sérum pouvant combattre la Zombiephoïde.

L’histoire va donc s’intéresser à un petit groupe chargé de traverser les Etats-Unis pour amener « la mission » à bon port. On s’en doute, avec ce tsunami de Z, la tâche va s’avérer délicate, et quand on parle de tâche, très vite, ce mot va se décliner dans une pluralité de sens.

Il faut dans un premier temps faire preuve de grande tolérance, car la première demi-heure fait tout ce qui est en son pouvoir pour nous dissuader de poursuivre. La mise en scène est catastrophique, les acteurs sont au diapason du script et pour donner une touche finale à l’ensemble, le doublage est exécrable.

Et là on se dit soit on accepte le concept et ses délires, soit on peste sur l’économie perdue d’un tel achat. En fait la lettre Z n’est pas là par hasard. Passée cette demi-heure et perdu tous les fans de Walking Dead en route, les plus curieux et courageux, qui auront pris le temps de lire le synopsis, vont voir leur patience quelque peu récompensée.

Sans trop spoiler, un évènement inattendu va interpeller le spectateur. Un fait nous appelle à la réflexion (sans doute la seule de la série) et si après tout on faisait fausse route ?

Car si Walking dead s’évertue lourdement à décliner l’humain comme son propre danger, ici le danger serait de trouver la moindre allusion philosophique au sauvetage de l’humanité.

Zombie… série Z… contre toute attente, ce cauchemar éveillé a résolument choisi le chemin du « Zhumour ». Murphy, notre unique espoir de survie, s’il est bien immunisé contre les morsures, n’en voit pas moins son état physique se détériorer pour devenir un mutant. Et c’est ainsi que notre « Stroumph-Zombie », pas très courageux au demeurant, va devoir lutter contre l’appât du gain qu’il représente.

Si les dialogues sont consternants de bêtises, avouons le, certaines situations deviennent cocasses voir hilarantes. Le bar à strip-tease, le papy-junkie dans l’aérateur, la meule de fromage ou la cloche sont de grands moments télévisuels pour peu qu’on ait envie de participer à leur trip.

Ici les personnages ayant un intérêt très limité tout comme leur durée de vie, on se surprend à attendre le prochain gag. Les protagonistes constituant le groupe ont un cursus quelque peu décalé des héros de séries traditionnelles. A situation scabreuse - intervention scabreuse, cela résume assez bien le comportement de nos Zhéros.
br>On emmagasine du bourrin au kilomètre, l’idée étant d’étaler un maximum de viscères et de litre de sang. Si un de nos jeunes participants se surnomme « Dix mille », ce n’est pas pour rien, Il a tout simplement comme objectif de descendre 10 000 Z, et chaque fois que ce doué de la gâchette en dégomme un, c’est d’un air satisfait qu’il affiche son score.

Curieusement, la première saison aurait pu s’arrêter là et aurait réalisé avec son final jouissif l’un des meilleurs qu’on n’ait jamais vu dans une série. Mais le cliffhanger suffisamment alléchant permet de lancer une seconde saison.

Le rythme des gags s’essoufflant parfois, le script ose « muscler » de temps en temps sa narration par des flash-backs ou consacre entièrement un épisode sur une seule scène ou un acteur. Les ficelles sont grossières, prévisibles, mais ce côté bancale et déstructuré garde la ligne conductrice d’une série qui prend à rebrousse poil nos habitudes.

Exit tout suspens, toute empathie, tout attachement au sort de nos Zonards qui manquent cruellement de biens vitaux comme la nourriture ou l’eau, mais dont l’arsenal de munitions semble inépuisable.

Il est difficile de retenir parmi le casting un acteur qui sort du lot, c’est plus dans le capital physique que notre attention s’égare. Mais reconnaissons pour certains comme Ketih Allan (incroyable sosie du Dr House) une grande faculté à la dérision.

Ce grand doigt d’honneur à la série culte « Walking Dead » n’a bien su pas convaincu ses fans, et l’indice d’écoute est loin d’atteindre les mêmes chiffres. La première saison dépassant rarement le 1,5 million de téléspectateurs, la seconde n’arrive même pas à atteindre le million.

Z’êtes prévenus

Si vous en avez assez des messages philosophiques, du 1er degré de Walking Dead ou tout simplement de venir grossir sa marée de fans, alors Z Nation est peut-être fait pour vous.

Si vous êtes peu regardant sur un casting interchangeable au charisme de mort-vivant, peu à l’écoute de dialogues débiles ou peu critique sur des situations déconcertantes, alors Z nation est sans doute fait pour vous.

Si vous aimez l’humour trash, le Ball-Trap Zomboïde, les références foireuses de films cultes et des fou-rires mal maitrisés, alors Z Nation est vraiment fait pour vous.

Z’au final, Ze pense, pour avoir Zuivi Zusqu’au bout ces 2 ZaisZons, m’être fait mordre à mon inZu (Za rassure). Ze ne Zais pas si Ze Zuis ZimmuniZé, mais Z’est Zertain par moment, Za fait du bien !


[ Voir le Logo Détourné pour ce DVD ]

L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format 1.77 – 16/9 couleur

Avis : L’ambiance post apocalyptique est bien rendue avec ces couleurs désaturées oscillant du grisâtre au verdâtre. Le piqué s’apprécie sur quelques gros plans, on note un grain omniprésent voir même très présent par moment, le contraste reste solide. Le moins que l’on puisse dire c’est que la HD n’est pas totalement mise à l’honneur, de là à se demander si la HD s’impose pour cette série ?

[ Voir le Top Image pour ce DVD ]


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Français et Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 - Français et Anglais DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-Titres : Français

Avis : Les 2 versions proposent une double piste HD en 5.1 et 2.0 en fonction de votre installation. On apprécie les effets pyrotechniques et sifflements de balles, pour le reste la VO est à privilégier pour la précision du mixage et surtout à cause d’un doublage français qui sent bon la série Z.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
Les 3 premiers disques de chaque saison présentent comme menu Tout voirEpisodesLangues et le 4ème Tout voirEpisodesLanguesSuppléments


Les bonus :

Saison 1 – 8h 56mn 12s

  • Disque 1 : 35,83 Go
  • 1 - Chiens et Chats (Puppies and Kittens) (41’39)
  • 2 - Foutus zombies (Fracking Zombies) (41’09)
  • 3 - La Fête à Philadelphie(Philly Feast) (39’43)
  • 4 - Full métal zombie (Full Metal Zombie) (41’41)

  • Disque 2 : 22,72 Go
  • 5 - Un doux foyer de zombies (Home Sweet Zombie) (40’12)
  • 6 - Résurrection Z (Resurrection Z) (41’38)
  • 7 - Bienvenue au Fu-Bar (Welcome to the Fu-Bar) (41’35)

  • Disque 3 : 23,06 Go
  • 8 - Zunami (Zunami) (41’36)
  • 9 - Meurs zombie, meurs… encore (Die Zombie, Die… Again) (40’37)
  • 10 - Centrale nucléaire activée (Going Nuclear) (41’32)

  • Disque 4 : 33,48 Go
  • 11 - Les Sœurs de la miséricorde (Sisters of Mercy) (41’36)
  • 12 - La Loi de Murphy (Murphy's Law) (41’37)
  • 13 - Le Docteur de la mort (Doctor of the Dead) (41’37)

  • Bonus :

  • Bande annonce (2’14)

  • Making of (12’46) : Cette série n’a pas la possibilité de tourner 20 fois une scène si elle ne plait pas au réalisateur, 3 au maximum 4 prises et tant pis si elle est ratée. C’est frustrant pour les acteurs, d’autant que certains doivent apprendre des pages et des pages du jour au lendemain, et c’est forcément là que la différence se fait. Alexander Yellen le directeur de la photo coiffe d’autres casquettes comme celle de cadreur principal et nous parle du “easy rig” un harnais surmonté d’une perche permettant de mieux porter sa Red Epic (caméra). On l’a bien compris, l’équipe ne dispose pas d’un budget digne des super-productions et doit composer et surtout s’adapter aux temps très restreints de tournage. Du reste, ce making of est un résumé efficace, pas le temps de s’attarder vraiment sur un département mais il n’en demeure pas moins intéressant et n’oublie pas au passage la dérision.

  • Au Coeur des effets gore de Z Nation (7’51) : Joe Cornell et Josh Foster de Synapse FX sont les responsables des effets mécaniques et physiques de la série. Là encore le temps est donné et le reportage très intéressant reste cependant frustrant dans sa durée. Pour le maquillage, ils nous expliquent leur frustration sur la couleur verte voulue par le réalisateur, car elle ne rend pas vraiment au naturel. Mais c’est une fois visible sur écran, qu’ils réalisent vraiment l’impact visuel. On assiste ensuite aux nombreux essais pyrotechniques avec en point d’orgue cette explosion de camion citerne.

  • Synapse FX : plongée dans les effets spéciaux de Z Nation (4’19) : Jason Mckee tout aussi rapidement nous explique son implication dans les effets visuels comme cette tornade tournée dans un tube en plexiglass d’1 mètre de haut rempli de neige carbonique et d’eau. La centrale nucléaire n’est en fait qu’une piscine en plastique, les scènes défilent à la vitesse de l’éclair, il semble que ces bonus à l’image de la production ne bénéficient pas beaucoup de temps.

  • La musique de l’apocalypse (2’58) : A la vitesse éclair Jason Gallagher le compositeur nous explique le matériel utilisé pour le rendu voulu de la série. Créer les partitions en 1 semaine pour chaque épisode, tel était son challenge comme les 2’40 sans générique pour ce bonus

  • Bêtisier (5’10) : Bizarrement pour le reportage le moins intéressant, il bénéficie d’un temps anormalement élevé. Pas grand chose à retenir dans le sujet en dehors d’un bouton poussoir oublié effectivement drôle

  • Un peu plus de 30 minutes consacrées aux bonus, c’est plutôt léger et dommageable d’autant qu’ils sont loin d’être inintéressants. En se consacrant essentiellement sur la partie technique et en oubliant la partie promotion, on ne s’ennuie pas un instant en dehors du Bêtisier sans grand intérêt.

  • Saison 2 – 10h 19mn 44s

  • Disque 1 : 40,63 Go
  • 1 - Le Murphy (The Murphy) (41’34)
  • 2 - La Lumière blanche (White Light) (41’06)
  • 3 - La Route des zombies (Zombie Road) (41’34)
  • 4 - Lot 47 (Batch 47) (41’34)

  • Disque 2 : 40, 42 Go
  • 5 - Le Bébé zombie (Zombaby) (41’06)
  • 6 - Le Père du bébé zombie (Zombie Baby Daddy) (41’34)
  • 7 - Sur le Mississippi (Down the Mississippi) (41’35)
  • 8 - Le Collectionneur (The Collector) (41’06)

  • Disque 3 : 40,32 Go
  • 9 - Rozwell (Rozwell) (41’05)
  • 10 - Nous étions loin du Grand Canyon (We Were Nowhere Near the Grand Canyon) (41’35)
  • 11 - L'entreprise bat en retraite (Corporate Retreat) (40’06)
  • 12 - Fête avec les zéros (Party With the Zeros) (41’35)

  • Disque 4 : 32,69 Go
  • 13 - Adieux, garçons (Adiós, Muchachos) (41’34)
  • 14 - Jour un (Day one) (41’06)
  • 15 - Toutes les bonnes choses ont une fin (All Good Things Must Come to an End) (41’34)

  • Bonus

  • Making of (6’15) : Comme tout a été dit d’un point de vue technique sur la 1ère saison, ce mini making-of se consacre à son casting et les délires du tournage. Hélas, tout ceci sent un peu trop la promo.

  • Dans les coulisses du tournage (3’49) : le bonus se consacre essentiellement sur le maquillage, tourné en dérision, cela masque un peu l’effet promo.

  • Zombies scènes (2’56) : on revoit en détail les multiples armes et moyens utilisés pour dégommer du zombie. En dehors de son aspect fun, le répétitif des scènes, déjà vues de plus dans la série n’amène pas grand-chose.

  • En divisant par 3 le temps des bonus par rapport à la 1ère saison, on devine que cette partie n’était pas la priorité de l’équipe. Malgré la dérision du traitement de ces mini-modules, l’aspect promotionnel suinte assez franchement d’autant que l’intérêt n’y est pas.


    Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    Un fourreau cartonné regroupe les 2 boitiers amaray bleu. Le recto se concentre sur son titre dans une vision post apocalyptique. Le verso se découpe logiquement en 2 avec un synopsis pour chaque saison, une vision très graphique comme son recto et le détail des bonus. La partie technique n’est pas oubliée et à noter que pour ne pas limiter la lisibilité, le code barre et ses divers logos sont intelligemment placés dans la partie basse du fourreau. On retrouve dans chaque boitier 4 disques individuellement logés. L’ensemble reste aussi très graphique, le verso reprend le même visuel que le fourreau et on apprécie une excellente lisibilité tout comme l’ergonomie.



    La sérigraphie

    Si la sérigraphie se contente de reprendre le titre avec un Z majuscule, on note cependant une volonté graphique à détériorer au fil des disques le visuel, à l’image des Zombies. Les logos et mentions légales sont quasi-invisibles et permettent d’apprécier pleinement l’astuce visuelle.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (14/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2017