DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


KEN PARK

Lui écrire surfeur51

Ken Park DVD sorti le 23/06/2004


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Editeur non référencé
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle : 8 Octobre 2003
Nombre d'entrées : 80 000 env.

Durée du film : 1 h 35 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
5153


   

Le Film : 7.5/10

Résumé : Dans une petite ville de Californie, Tate, Claude, Shawn et Peaches essaient ensemble de faire face à leur adolescence. Les quatre amis d'enfance, élevés par des parents dont la conduite est loin d'être exemplaire, sont livrés à eux-mêmes. Sans limite, ces jeunes cherchent le plaisir dans l'amour, la violence et le sexe : des dérapages émotionnels qui confinent parfois à la folie.

Avis : Ken Park, c'est le nom de l'adolescent que l'on voit au tout début du film faire du skate-board, puis s'arrêter pour se tirer une balle dans la tempe dans un grand jaillissement de sang. "Ken Park", c'est le titre d'un film dérangeant, qui choque beaucoup plus par la peinture d'un milieu où les adultes sont aussi paumés que les ados, que par les scènes de sexe non simulées qui lui ont valu une interdiction aux moins de 18 ans. On assiste en parallèle à l'histoire de quatre jeunes confrontés à un monde d'adultes au comportement discutable, voire inacceptable. Claude se heurte en permanence avec son père, un adepte de la musculation, imbibé d'alcool et aux tendances incestueuses. Tate vit chez ses grands-parents qui ne le comprennent pas, et lui-même est incapable de communiquer avec eux et se réfugie dans l'univers virtuel de son ordinateur et dans des pratiques masturbatoires à risque. La jeune Peaches doit composer avec un père rigoriste, vivant dans le souvenir de sa femme décédée et qu'il revoie à travers sa fille qu'il rêve d'épouser. Quant à Shawn, lui a moins de soucis, mais il couche avec la mère de sa petite amie. Le portrait de ce microcosme est sombre, glauque, provoquant, mais se veut l'image d'une certaine réalité qui existe dans les banlieues des grandes villes américaines. Le réalisateur Larry Clark, habitué à peindre des jeunes marginaux de la société, se défend de vouloir choquer les spectateurs, mais choisit de montrer sans artifice leur vie réelle, avec leurs loisirs (skate, ordinateurs, musique…), leur sexualité, et leurs rapports conflictuels avec le monde des adultes, pouvant aller jusqu'au meurtre.

Les quatre jeunes ne sont pas des acteurs professionnels, au contraire des personnages adultes, et Clark les a repérés dans la rue, à l'exception de Tiffany Limos (Peaches), qu'il avait déjà mise en scène précédemment. Leur performance est d'autant plus remarquable car il n'y a aucune fausse note dans leur jeu, et qu'il a du leur falloir un certain courage pour tourner devant la caméra quelques scènes particulièrement explicites. Ceci donne forcément du poids au message que veut délivrer le réalisateur dans sa recherche d'authenticité, sachant qu'il s'est inspiré de faits divers réels pour la plupart des scènes (en particulier celle du meurtre), ou de situations qu'il a lui-même pu constater.

Ce film ne peut être conseillé sans un avertissement sur son caractère jusqu'au-boutiste dans la peinture d'une réalité choquante. Ce spectacle, présenté en sélection officielle à la Mostra de Venise en 2002 ne se veut pas un divertissement, et on en ressort avec une impression plutôt pesante. Il n'en reste pas moins qu'il a été salué de manière unanime par la presse spécialisée qui lui reconnaît des qualités indéniables scénaristiques et cinématographiques, et l'interdiction aux mineurs qui a interrompu sa diffusion en salles a été considérée à juste titre comme un acte de censure scandaleux. C'est un film qu'il faut regarder comme une sorte de reportage, en évitant de trop rentrer dedans si l'on ne veut pas broyer du noir. Heureusement, la dernière scène où Peaches, Claude et Shawn font l'amour de manière saine et libérée permet de terminer le film sur une note un peu plus sereine.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.85:1

Avis : Image de grande qualité, avec des couleurs lumineuses (et une légère nuance verdâtre) et un contraste optimal. Le grain voulu par le directeur de la photo Edward Lachman (également co-réalisateur) est parfaitement restitué, et la compression de l'image ne présente ni fourmillement, ni pixellisation. Les cadrages sont soignés, avec quelques beaux gros plans sur les visages et les corps, et les décors, qui restituent l'atmosphère sordide du film, sont particulièrement justes.


Le Son : 1.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais, Stéréo en Français - Sous-titres : Français

Avis : Film plutôt intimiste, où la séparation dialogues- musique est plus importante que les effets de spatialisation. L'ambiance sonore est bien restituée, et les deux pistes VO et VF 5.1 font presque jeu égal, la VF étant légèrement supérieure concernant la netteté des détails sonores. Mais par contre il faut souligner que la traduction des dialogues en VF ne reprend pas exactement les tournures de langage des ados de la VO.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
Les menus sont animés et musicaux, le menu principal ayant une longue introduction pour présenter les quatre ados, avant de s'arrêter sur une photo tirée de la scène finale. Le film est découpé en 15 chapitres. On peut changer de piste audio à la volée, surtout que par défaut le film se lance avec la version stéréo.


Les bonus :

Pas beaucoup de bonus, et peu d'anecdotes pour mieux comprendre ce film.

  • Interviews de Larry Clark (7min), Tiffany Limos (6min) et Ed Lachman (13min), en 4/3 VOst. Les questions posées ne sont pas toujours soit pertinentes, soit en lien avec le film, ce qui fait que l'ensemble ne présente pas un intérêt réel. C'est surtout vrai avec la journaliste qui interroge Clark et Tiffany Limos, qui en plus est à peine audible, alors que celui qui interroge Lachman pose des questions un peu plus intéressantes.
  • Deux bandes annonces, qui soulignent le caractère interdit du film, sans doute pour jouer sur l'effet curiosité. Une est la version US, en 4/3 VOst, l'autre la version française, en 16/9 VOst, bien meilleure sur le plan de la qualité d'image.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boitier amaray transparent, inséré dans un étui en carton reprenant strictement les mêmes visuels que ceux de la pochette (le recto correspond à l'affiche du film), avec une mention supplémentaire en rouge "Interdit aux moins de 18 ans". Mention légale ou racoleuse de la part de l'éditeur ?? Dommage de ne pas avoir utilisé la transparence du boîtier pour donner la liste des chapitres.



    La sérigraphie

    Jolie sérigraphie, fine avec rond central imprimé, la photo étant tirée d'une scène chaude du film, lorsque Shawn "s'occupe" de la mère de sa petite amie. Les textes et logos , sans être trop envahissants, cassent néanmoins l'harmonie de l'image.


    Note Finale : (14/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 06/12/2004 à 19:04 par drouvre : Excellent, le choix de la première image :-D !!!
    - le 06/12/2004 à 17:18 par Tyler : Un film très étrange du non moins spécial Larry Clarke qui réaffirme sa capacité à nous choquer. Mais dans le même genre, je préfère Bully du même réalisateur.

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020