DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LA MORT DANS LA PEAU

Lui écrire surfeur51

La mort dans la peau DVD sorti le 08/03/2005


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Universal Pictures Video
Distributeur :
Universal Pictures Video

Date de sortie en salle : 8 Septembre 2004
Nombre d'entrées : 1 138 000

Durée du film : 1 h 44 min.
Acteurs: Matt Damon

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4998


   

Le Film : 9/10

Résumé :  Souffrant d'amnésie, Bourne a laissé derrière lui son passé violent et mène désormais une vie tranquille avec sa compagne Marie. Malheureusement, ses projets de vie paisible se trouvent sérieusement compromis quand un tueur mystérieux retrouve leur trace. Mais Bourne est loin d'être une cible facile et ses ennemis vont vite comprendre qu'il est un homme dont les facultés et la détermination ne doivent pas être sous-estimées...

Avis : "La Mort dans la Peau" est le deuxième volet de la trilogie adaptée des romans de Robert Ludlum, et consacrée aux aventures de Jason Bourne, agent de la CIA devenu amnésique après que l'on ait tenté de le supprimer. Malgré le changement de réalisateur, ce film reste dans la continuité du précédent, un film d'espionnage qui se veut à la fois réaliste et spectaculaire. De ce point de vue, il se situe à mi-chemin entre un James Bond où l'action pure et les gadgets priment sur la véracité du récit, et "Agents secrets", où le spectaculaire est sacrifié au bénéfice d'un scénario qui colle à la réalité. La tonalité générale est encore plus sombre et plus violente que dans le premier épisode, le drame qui touche Bourne au début du film le conduisant à retrouver, pour se venger, les réflexes de la machine à tuer qu'il avait été auparavant. Confronté à la fois aux services secrets russes, et à ses anciens employeurs de la CIA, il va devoir défendre sa vie tout en tentant de comprendre qui a monté le piège dans lequel il est tombé, et pourquoi.

Matt Damon reprend son rôle, et sa crédibilité est encore accrue par un scénario rigoureux qui ne néglige aucun détail (par exemple, blessé à la cheville au milieu du film, on le voit claudiquer jusqu'à la fin). La froideur du caractère de Jason Bourne contraste avec son physique de garçon sympathique, mais le jeu de l'acteur rend cette dualité crédible, d'autant que l'on sent une évolution du personnage entre le tueur implacable qu'il était avant son amnésie, et l'homme torturé par son passé qui avait trouvé un calme relatif auprès de Marie. Les autres personnages principaux sont ses adversaires américains, joués par Joan Allen et Brian Cox, et le tueur russe (Karl Urban), pour lesquels la recherche de réalisme a également fait l'objet de tous les soins du réalisateur (on est loin des clichés habituels du méchant russe). Le scénario est assez complexe, mais bien construit, ce qui fait que les pièces du puzzle se mettent assez logiquement en place (à condition toutefois d'avoir vu auparavant "La Mémoire dans la Peau"), jusqu'au dénouement final qui nous fait assister à une scène très émouvante entre Jason et la jeune femme russe vers qui la recherche de son passé l'a conduit. Cette scène ajoute une dimension supplémentaire dans l'évolution de Bourne.

La réalisation est volontairement nerveuse, le réalisateur ayant choisi de filmer souvent caméra à l'épaule, pour imprimer un rythme rapide et brutal. Les cascades sont spectaculaires, avec une course poursuite dans les rues de Moscou qui tranche avec ce qu'on a l'habitude de voir pour ce genre de scène. Les trucages ont été préférés aux effets numériques, et le film y gagne en authenticité. Au total, même si on peut regretter quelques scènes visuellement trop heurtées, "La Mort dans la Peau" vaut largement le premier épisode et donne vraiment envie de voir le dernier opus de la série, "La Vengeance dans la Peau".


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : Image parfaitement définie, avec des couleurs naturelles agréables et de beaux contrastes. La compression est globalement très bonne, avec un très léger fourmillement sur quelques scènes difficiles. Les jeux de lumière des scènes nocturnes sont recherchés, et la variété de lieux de tournage donne du rythme à la narration. Par contre on peut déplorer certaines prises manquant de stabilité et provoquant un peu de fatigue visuelle.


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Français, Anglais, Grec, Arabe

Avis : C'est bien sûr surtout au niveau des scènes d'action que l'on peut le mieux apprécier la spatialisation de la bande sonore. Toutes les voies sont alors utilisées avec justesse, avec des basses fournissant un accompagnement idéal. VO et VF sont très proches en dynamique, et les dialogues sont bien séparés sur les deux versions. La musique de John Powell est originale et bien dans le rythme du film.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal est animé et sonorisé. Les autres menus sont fixes. Le film est découpé en 24 chapitres, et on peut changer langues et sous-titres à la télécommande, y compris le commentaire.


Les bonus :

Assez complets pour une édition à un disque, avec toute une série de petits reportages assez courts (de 4 à 7 minutes) en 4/3 VOst, qui remplacent un making of classique.

  • Commentaires de Paul Greengrass. Le réalisateur insiste à la fois sur les aspects techniques et les anecdotes de tournage. Ses interventions sont pertinentes et intéressantes, mais il s'interrompt trop souvent pour des périodes assez longues.
  • Scènes inédites explosives. 5 scènes coupées d'une durée totale de 7 minutes, qui n’apportent pas grand éclairage supplémentaire au scénario.
  • Marier les identités - le casting : le réalisateur revient sur le choix des acteurs et en particulier sur le cas de Matt Damon qu'il considère comme très judicieux. Interviews de Matt Damon, Joan Allen, Brian Cox et Karl Urban.
  • Rester réaliste : Là, c'est le producteur Frank Marshall qui explique le choix du réalisateur Paul Greengrass, lequel succède à Doug Liman qui s'était désisté pour ce deuxième épisode de la trilogie. Il insiste également sur la volonté de faire un film le plus réaliste possible.
  • Faire exploser les choses : explications techniques sur la scène de l’explosion de la maison, et les personnages projetés par le souffle.
  • En route avec Jason Bourne : choix des lieux de tournage en Europe, Berlin en particulier
  • Bourne le sauvage - L'entraînement au combat : reportage sur l’entraînement de Matt Damon pour la scène de combat à mains nues contre Jarda.
  • La Caméra Crash : Course dans les rues de Moscou : documentaire qui décortique la course poursuite et les trucages associés.
  • La caméra Go-Mobile stimule l'action : présentation de la plate-forme motorisée utilisée pour tourner les scènes de poursuite en voiture.
  • Anatomie d'une scène - La scène explosive de la poursuite sur le pont : Analyse de la scène où Bourne saute d'un pont sur une péniche.
  • Composer avec John Powell : le compositeur de la musique du film nous parle, malheureusement assez brièvement, de son travail
  • Génériques du DVD, donnant la liste de tous ceux qui ont participé à son élaboration.
  • Contenu DVD-Rom
  • Bandes annonces cinéma des films "Van Helsing" et "Les chroniques de Riddick", et des DVD "Les chroniques de Riddick" et "La Mémoire dans la Peau"

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray transparent, sans utiliser la possibilité d'imprimer la liste des chapitres au verso de la pochette. Le visuel est centré sur le visage de Jason Bourne, avec en médaillon son combat contre Kirill. Il se démarque nettement de l'affiche du film, par contre on retrouve beaucoup d'éléments de cohérence avec le visuel du DVD du premier épisode (la couleur bleue dominante, la typographie du titre, l'en-tête, la cible figurée…), mais on peut regretter que cette cohérence ne se retrouve pas au niveau de la tranche du boîtier.



    La sérigraphie

    La sérigraphie, assez fine avec impression du rond central, reprend la partie en médaillon du visuel de la pochette. Le titre est en anglais, et textes et logos sont malheureusement bien trop encombrants.


    Note Finale : (17/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 24/11/2005 à 20:21 par sluzze : ce film est génial ! vraiment réaliste effectivement, on ne voit pas le temps passer... un must !

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020