DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


IL éTAIT UNE FOIS EN CHINE 5 & 6 / COFFRET 2 DVD

Lui écrire ninnin4

Il était une fois en Chine 5 & 6 / Coffret 2 DVD DVD sorti le 02/05/2005


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : HK Vidéo (Seven7)
Distributeur :
TF1 Vidéo

Autres noms des 2 films : Dr Wong et les pirates - Dr Wong en Amérique

Année de production : 1994 et 1997
Durée des films : 1 h 41 min. + 1 h 42 min.
Acteurs: Jet Li

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3883


   

Le Film : 4.5/10

Résumé : Il était une fois en Chine V : Dr Wong et les pirates. L'anarchie et le désordre se sont emparés de la Chine. Les puissances occidentales occupent Pékin et la famine sévit. En route vers Hong-Kong, le Docteur Wong Fei-Hung découvre que la région de Canton est terrorisée par des pirates. Wong et ses disciples interrompent leur périple pour affronter les malfrats dans leur propre sanctuaire : une île truffée de grottes secrètes.

Avis :  Quand on pense qu’au début des années 90, Tsui Hark, un des plus brillant réalisateur de Hong Kong avait remis au goût du genre le film de Kung-fu avec les deux premiers « Once upon a time in China » et qu’on voit le résultat sur ce 5ème épisode, on a envie de se les prendre et de se les mordre !!!.
Du Wu Xia Pang traditionnel et déclinant, Hark l’avait complètement renouvelé en introduisant dans le cocktail traditionnel (Le héros mythique Wong Fei-Hung dont on retrouve trace dans plus de 100 films) + combats traditionnels + histoire d’honneurs et de luttes d’écoles d’arts martiaux) à des ingrédients plus modernes (réalisation extraordinaire, combats aériens, montage nerveux, contexte politico historique. Cet ensemble avait ainsi donné 2 films cultes avec des combats inoubliables, à l’intrigue certes simples mais au contexte historique rendant l’histoire intéressante.
Les deux films qui ont suivi sont de facture moindre : l’épisode 3 voit le départ du réalisateur à la barbichette, le quatrième celui du charismatique Jet Li au profit du plus falot Chiu Man-Cheuk. Mais ces deux films resteront quand même fort correct surtout au regard du plus médiocre de la série : ce « Dr Wong et les pirates ».

Côté mise en scène, et ce malgré le retour de Tsui Hark, on perd complètement le panache de ses illustres prédécesseurs. Le montage est saccadé, les angles de vue frisent le n’importe quoi, les acteurs surjouent et frôlent le caricatural, les combats sont plus mauvais les uns que les autres et surtout beaucoup trop surréalistes.
Ensuite, avec cet épisode, même le contenu originel et formaté de la série disparaît. Les personnages ne sont plus aussi approfondis, le scénario préférant s’attarder sur un pseudo triangle amoureux mal dégrossi que sur les liens avec l’Histoire, et surtout, surtout….Wong Fei-Hung sort de son carcan anti-armes à feu. Et même pire, celles-ci sont utilisées à outrance et on quitte définitivement le film d’aventure chinois habituel pour arriver à un simili film de pirates aux gunfights abondants et mal chorégraphiés.

Ce film marque donc la fin artistique d’une pourtant prestigieuse épopée, noyée par celui qui dés le début l’avait hissé au plus haut niveau cinématographique et qui même après un dernier épisode moins fâcheux, sera incapable de réinventer le genre ou même lui faire simplement honneur.
Les point qui lui sont attribués (j’évalue ma note à 2/10 environ), ne le sont uniquement qu’au regard de certains décors, naturels ou non mais suffisamment incroyables, quelques idées bienvenues et surtout à un acteur irrésistiblement drôle et sympathique : le jeune assistant bègue et binoclard, au râtelier dentaire proéminent, incapable de Kung-fu correct mais qui se révèlera incroyablement doué avec des flingues, introduisant ainsi dans ce film une espèce de parodie John Wooesque et dont la ressemblance frappante avec le Johnny Depp de « Dead Man » tire le film vers un semblant de western qui après coup, introduit en quelque sorte l’épisode ultime suivant.

En conclusion, pour moi, ce film est une énorme déception. J’attendais beaucoup du retour aux rennes de la saga de Tsui Hark mais déjà, cet immense réalisateur préparait avec son introduction à Hollywood ses pires ratées ultérieures que sont « Piège à Hong Kong » et « Double Team » avec l’inénarrable JCVD. J’ai failli revendre illico presto ce coffret après visionnage de ce film. Heureusement, l’épisode qui suit est quand même meilleur


Résumé :  Il était une fois en chine VI : Dr Wong en amérique. Accompagné de son disciple Pied-bot et de sa chère et tendre tante Yee, le Dr Wong Fei-Hung se rend en Amérique pour visiter une succursale de sa clinique. A la suite d'une attaque indienne, Wong, frappé d'amnésie est recueilli par une tribu de peaux-rouges. Alors que ses amis tentent de le retrouver, des bandits qui terrorisent la région cherchent à faire accuser la communauté chinoise.....

Avis : Cet ultime épisode de la série est de bien meilleure qualité que le précédent et je pense sincèrement que le retour de Jet Li sous la défroque de Wong Fei-Hung n’y est pas étranger. Lui seul est le représentant du maître chinois en cette fin de siècle. Si Jackie Chan lui avait prêté une élasticité incroyable dans les deux « Kong Master » (« Le maître chinois » et « Combats de maîtres » en français), il l’avait trop poussé dans la gaudriole et l’humour gras en le faisant passer pour un adolescent alcoolique et farceur. Jet, quant lui, assure une prestance, un charisme et une capacité martiale qui en font finalement le plus crédible des interprètes de ce héros légendaire.
Ce sixième volet voit aussi un des rôles les plus polyvalents, variés et complexes qu’il ait eu à interpréter. Non seulement sur une partie du film, il doit jouer cet homme prude et intransigeant, secrètement amoureux, sur l’autre partie, son amnésie le désinhibant totalement, son jeu évolue en parallèle pour en faire quelqu’un de plus ouvert et différent, ouvertement épris d’une jeune et belle indienne, beaucoup plus hilare et ne cachant jamais ses sentiments amicaux ou non. Son amnésie sera ainsi l’occasion de créer un comique de situation plutôt sympathique avec ses amis…surtout pour ceux qui ont suivi la saga depuis le commencement.

Le fait que Sammo Hung soit réalisateur et chorégraphe de ce film n’est pas étranger non plus à la qualité intrinsèque de l’œuvre. S’il est clair que notre Sammo international ne possède pas le génie visuel de Tsui Hark, celui-ci montre beaucoup plus constant dans la qualité de ses film : jamais de chef d’œuvre mais non plus de gros nanars. Je résumerai plus sa filmographie à une suite impressionnante de bons films (majoritairement produits par Hark). Ainsi, la mise en image des aventures américaines de notre chinois s’avère plutôt bonne avec quelques excellentes idées de cadrage, un montage fort adapté car linéaire dans l’action mais surtout des combats palpitants et forts bien chorégraphiés. Les scènes d’action autres ne sont pas en reste avec des chevauchées assez fantastiques et quelques duels au pistolet plutôt bien sentis.

Quant au contenu historique, même s’il est un peu survolé, nous permet quand même de se rendre compte des difficultés rencontrées par les immigrants chinois sur le sol américain et les conditions dans lesquelles ils vivaient, partagés entre leur culture spirituelle ancestrale et l’adaptation plus ou moins forcée au mode de vie occidental et pragmatique. On pourra quand même faire une analogie entre la situation des protagonistes et ce qu’ont pu vivre les talents cinématographique HKJ lors de leur exil aux States peu avant la rétrocession de Hong Kong à la Chine.
Pour moi, le plus gros problème du film vient du fait que j’ai connu « Shanghai Kid » avant celui-ci. En effet, l’intrigue est quelque peu similaire avec son héros chinois immigrant, maître es kung-fu et à la recherche de sa belle, et son comparse, un flingueur fou (blond de surcroît, blagueurs à ses heures perdues et téméraire. L’avantage de « Shanghai Kid » sur « Dr Wong en Amérique » est que ce premier n’hésite pas entre film d’aventure épique et comédie alors que ce dernier alterne trop maladroitement des scènes d’action certes spectaculaire avec d’autres plus vaudevillesque.
br> Ce film rehausse donc le niveau de la série après une 5ème épisode littéralement catastrophique (Je mettrai une note de 7/10, ce qui moyenne faite avec l’autre film explique la note de 4.5/10). A l’image des principaux maîtres d’œuvre de la saga, Wong Fei_Hung s’expatrie donc aux USA pour découvrir la rude vie américaine débutante. Le grand Sammo Hung est aux commandes du film et nous livre un mélange d’action et de comédie certes rafraîchissante mais qui finit d’enterrer une saga dont les débuts avaient donné deux véritables chefs d’œuvre du genre. Un bon film mais vite oublié !.

Je voudrais profiter de cette critique pour faire un constat sur la collection HK Video. Celle-ci a été la pionnière en VHS puis en DVD pour nous présenter les chefs d’œuvre du cinéma HK dans de bonnes copies voire avec quelques bonus. Ainsi, alors que le cinéma asiatique n’était pas encore complètement à la mode, nous pouvions découvrir des chefs d’œuvre tels que « The Killer », « Le chinois se déchaîne », « A toute épreuve » ou même « Shaolin Soccer », dans de somptueux digipack et des copies suffisamment correctes pour apprécier ces œuvre à leur juste valeur au regard des conditions de conservation des bobines dans ces pays de l’est et surtout avec des bonus en quantité limitée mais toujours intéressants, ne serait-ce que les présentations des films par le critique David Martinez. Or depuis quelques mois, je trouve que cette collection a de plus en plus de mal à trouver de nouveaux gros titres et que les raretés qu’elle s’amuse à nous offrir sortent de plus en catimini. De même, ces éditions sont de plus en plus pauvre en bonus et je trouve aussi que la qualité des copies n’a guère évolué depuis les origines (2000) surtout quand on les compare au splendides master pourtant plus anciens des films de la Shaw Brother édités par le très dynamique WildSide. Si vous avez des infos ou partager votre opinion dessus, n’hésitez pas…..


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Video : 16/9 – Ratio : 2.35 :1

Avis : Rien à reprocher sur la compression qui est vraiment honorable. Les master est plutôt bien nettoyé mais il subsiste encore pas mal de grain. De même, je trouve les couleurs un peu passées et les blancs cramées.


Le Son : 2/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en français, Dolby Digital 2.0 en cantonnais– Sous titres : Français

Avis : Doublage toujours un peu caricatural. Si le son est assez dynamique et ne sature jamais, le 5.1 français fait plus office de figuration qu’autre chose. Seule la musique réveille parfois les surround arrières. Dual mono de la VO très correct.


L'Interactivité : 1/3

L'ergonomie des menus :
Comme ceux de la collection HK Video, les menus en 16/9ème, sonorisés par le thème principal de la BO et dont la quasi-totalité est occupée par les plus belles images du film. Les titres de menus se retrouvent dans la partie inférieure, sur fond noir. Lisibilité et ergonomie sont en rendez vous. Il ne manque que des transitions entre chaque page et ça serait parfait.


Les bonus :

DVD 1 :

  • Filmographie déroulante et biographie écrite de l’acteur et de l’actrice principale ainsi que du réalisateur.
  • 8 bandes annonces de la collection.
  • DVD2 :
  • Le contenu est identique (mais adapté au film) que celui de la première galette.
  • Se rajoute une interview de Sammo Hung qui revient sur le personnage de Wong Fei-Hung dans le cinéma, les conditions de production, ce qu’il a apporté à la série. Il nous parle aussi longuement de Jet Li, de son implication, de son savoir faire.

  • Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    HK nous livre une fois de plus un très beau coffret avec 2 digipack 3 volets aux couleurs chatoyantes et au toucher satiné avec un surétui cartonné dans le même goût. Le texte explicatif à l’intérieur de chaque digipack est relatant les conditions de naissance du film est toujours aussi bienvenue. Voilà une collection qui a su garder pendant maintenant 4 ans sa ligne éditoriale. Bravo !!!

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    Les sérigraphies reprennent l’affiche de chaque boîtier mais malheureusement, le rond central n’est pas imprimé même si les quelques logos ont un emplacement plutôt judicieux.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (11/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 02/06/2005 à 09:22 par Hotkiller : Bravo pour cette belle loupe ninnin4, parfaitement documentée et qui retranscrit très bien ta passion du ciné asiatique. Jugement bien étayé et fait avec une partialité intelligente...rien à redire. Tiens ça m'a donné envie de revoir les 1&2...!

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020