DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


2046 - EDITION COLLECTOR / 2 DVD

Lui écrire surfeur51

2046 - Edition collector / 2 DVD DVD sorti le 26/05/2005


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Ocean Films
Distributeur :
TF1 Vidéo

Date de sortie en salle : 20 Octobre 2004
Nombre d'entrées : 437 000

Durée du film : 2 h 03 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3784


   

Le Film : 8.5/10

Résumé : Hong Kong, 1966. Dans sa petite chambre d'hôtel, Chow Mo Wan, écrivain en mal d'inspiration, tente de finir un livre de science-fiction situé en 2046. A travers l'écriture, Chow se souvient des femmes qui ont traversé son existence solitaire. Passionnées, cérébrales ou romantiques, elles ont chacune laissé une trace indélébile dans sa mémoire et nourri son imaginaire.

Avis : 2046, c'est une année d'un futur pas si lointain, une mégalopole où l'on va en train et dont nul n'est jamais revenu, le titre d'un roman, et le numéro d'une chambre d'hôtel. "2046", c'est le titre d'un drame romantique d'un esthétisme rare, réalisé par Wong Kar Waï qui a mis plus de quatre ans à peaufiner son oeuvre. Servi par une image exceptionnelle, une musique variée, lancinante, envoûtante, enjouée ou lyrique, joué par Tony Leung avec quatre des plus belles et plus talentueuses actrices asiatiques, ce film qui fit les grands titres du festival de Cannes de 2004 est une oeuvre à part, sans vrai scénario, qui peut enthousiasmer par ses qualités artistiques ou agacer par sa lenteur et ses ellipses. Le fil conducteur est la fiction futuriste sur laquelle travaille l'écrivain, nourrie de ses propres expériences amoureuses et s'inspirant de l'observation des autres clients de l'hôtel où il passe une existence un peu futile. Bien que le personnage soit le même que celui de "In the Mood for Love", et joué par le même acteur, "2046" n'en est pas vraiment une suite et le changement psychologique de Chow est assez notable entre ces deux réalisations du metteur en scène chinois.

Tony Leung est la vedette du film, mais à chaque fois qu'une des femmes qu'il a aimées apparaît à l'écran, c'est vers elle que se focalise l'attention, d'autant plus que le travail du réalisateur consiste justement à la mettre en lumière. Néanmoins l'acteur réussit la performance de ne jamais être éclipsé par ses partenaires féminines, malgré leur beauté et leur jeu tout en finesse. Gong Li est Su Li Zhen, une joueuse professionnelle qui porte le même nom que celle que Chow aima dans "In the Mood for Love", son seul vrai amour. Zhang Ziyi est une entraîneuse qui tombe amoureuse de lui et qui se verra rejetée, la jeune actrice trouvant là un rôle émouvant, bien différent des films d'action qui nous l'avaient révélée, comme "Tigre&Dragon", "Musa, Princesse du désert" ou "Hero". Son jeu frémissant est un atout supplémentaire du film, ainsi que son insolente beauté. Faye Wong et Carina Lau jouent quant à elles deux personnages, l'un dans la réalité, et l'autre dans le monde futuriste imaginé par l'écrivain. Enfin il faut souligner la belle performance du japonais Takuya Kimura, incarnant le héros du roman de Chow. La réalisation privilégie le graphisme et la poésie, chaque scène étant un vrai tableau, avec des décors soignés, des costumes somptueux, des cadrages originaux et une recherche permanente de jeux d'ombre et de lumière. Wong Kar Waï n'a pas son pareil pour filmer et mettre en valeur la beauté féminine. De nombreux gros plans de visages soulignent l'expression des sentiments des comédiens, et l'on s'attarde sur beaucoup d'yeux humides où perlent des larmes de tristesse. La musique est également très travaillée. Certaines scènes ont été tournées 30 ou 40 fois, sans script, les acteurs soulignant dans leurs interviews la difficulté de travailler avec ce réalisateur et sa recherche perpétuelle de la perfection. Le film dégage beaucoup de sensualité, et plusieurs scènes sont d'un érotisme marqué, mais avec peu de nudité et sans vulgarité, permettant une vision tous publics. Enfin, de nombreux effets spéciaux ont été utilisés pour créer la ville du futur, dans un style étrange et coloré qui tranche nettement avec ce que l'on a pu voir dans d'autres films d'anticipation.

2046 est un film lent, un exercice de style où il ne se passe pas grand chose, sinon des rapports amoureux complexes où les sentiments sont décortiqués dans des scènes très travaillées, avec des acteurs jouant à la perfection. La tonalité générale est très mélancolique, mais elle ne rend pas triste sans doute parce que l'on regarde le film comme une œuvre d'art sans trop s'identifier aux personnages. Ce côté un peu froid et impersonnel fait que "2046" reste difficile à conseiller, car chacun peut l'adorer où s'y ennuyer profondément. Mais il sera probablement regardé plusieurs fois par ceux qui l'apprécient, tant sa richesse visuelle et sonore est exceptionnelle.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : Compte tenu de la qualité artistique de la photographie du film, due à Christopher Doyle, il était indispensable d'avoir une qualité technique irréprochable, ce qui est effectivement le cas. Les couleurs sont parfaitement saturées, avec des contrastes profonds, le tout mettant en valeur les décors et les jeux de lumières. Les couleurs vives de la ville du futur tranchent avec les couleurs plus douces, dans une nuance ocre-vert, de la réalité. Des flashs-back en N&B viennent de temps en temps casser le rythme visuel. La définition est très bonne, et le transfert numérique particulièrement soigné.


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en VO (Cantonais, Mandarin et Japonais), DTS (mi-débit) en VO. - Sous-titres : Français

Avis : La bande son est aussi exceptionnelle. Si le film ne se prête pas à des effets tonitruants, la qualité des bruitages subtils donne beaucoup de réalité aux scènes. Les musiques de Shigeru Umebayashi et de Peer Raben sont enveloppantes et utilisent tous les canaux pour distiller une ambiance souvent mélancolique. Quelques morceaux ou chansons de Delerue, Dean Martin et Nat King Cole complètent la bande son, et on profite également de deux airs d'opéra (La Norma, chantée par Angela Gheorghiu et Il Pirata par La Callas) quand le patron de l'hôtel cherche à masquer ses disputes avec sa fille. La dynamique est idéale, les dialogues sont clairs et la VF est d'excellente facture. A noter qu'en VO, chaque acteur asiatique parle dans sa propre langue (cantonais, mandarin et japonais), même quand ils se répondent les uns aux autres.


L'Interactivité : 3/3

L'ergonomie des menus :
Menus animés et musicaux. Le film est découpé en 16 chapitres, et on peut changer de langues et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Essentiellement sur le disque 2, les bonus sont nombreux, variés et intéressants, pour une durée d'environ 3 heures. La plupart sont en 4/3 VOst. Les menus avec des arborescences compliquées ne rendent pas la navigation très aisée. Un livret de 12 pages, intitulé Guide du Voyageur, permet de s'y retrouver un peu plus facilement.

Sur le disque 1:

  • Bandes-annonce des films"2046" et "In the Mood for Love"
  • La musique : présentation linéaire des morceaux, avec des liens vers les scènes du film où l'on peut les entendre.


  • Sur le disque 2:
  • Making-of de 37 minutes, assez promotionnel avec surtout des interviews du réalisateur et des comédiens, et des extraits du film.
  • Dans la peau de Melle Bai : petit documentaire montrant des vues de tournage focalisées sur la sublime Zhang Ziyi, une des plus belles femmes du monde.
  • Anatomie du souvenir : explication assez complète sur la création en numérique de la mégalopole du futur, réalisée par un studio français (en 16/9 VF).
  • Annonces promotionnelles de 2002 à 2004, qui montrent une nette évolution du film au cours de sa longue élaboration.
  • Huit scènes coupées dont une fin alternative, en 16/9 VOst, pour une durée totale de 20 minutes, sans valeur ajoutée notable.
  • Deux galeries de photos du film et de scènes inédites, en 16/9.
  • La musique de 2046 : élément majeur du film, la musique est décortiquée à travers la liste des morceaux, les biographies des auteurs, et un clip vidéo de Wong Kar Waï, sur l'air Casta Diva de la Norma, chanté par Angela Gheorghiu
  • Accessibles sur DVD-Rom : le kit de presse, un économiseur et plusieurs fonds d'écran, liens Internet
  • Légendes cannoises : documentaire sur la présentation du film au Festival de Cannes, qui insiste beaucoup sur le feuilleton de l'arrivée, au dernier moment, des bobines à peine sorties d'un premier montage, non définitif.
  • Bandes-annonce et teasers du film "2046". Ces bandes-annonce insistent beaucoup sur la partie futuriste du film, alors qu'elle n'apparaît pas prépondérante lors du visionnage.
  • Galerie d'affiches, en projet ou définitives (Hong Kong, Japon, France), malheureusement assez petites à l'écran.
  • Interviews de Wong Kar Wai, Tony Leung et Zhang Ziyi. Un des bonus les plus intéressants, car assez riche en anecdotes concernant le tournage, et qui fait passer l'absence de commentaire.
  • 2046 et le cinéma de Wong Kar Wai : portrait du réalisateur et analyse du film par 3 critiques de cinéma, en 16/9 VF avec de nombreux extraits, y compris des films précédents.
  • Numérologie de 2046: les dates et les chiffres expliqués (pages de texte illustrées)
  • Fiches biographiques et filmographies de 5 membres de l'équipe et 12 acteurs.
  • Bande-annonces de dix films asiatiques
  • Bande-annonces de l'éditeur Océan Films
  • Générique détaillé du film et crédits DVD


  • [ Voir les Bonus Cachés pour ce DVD ]

    Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier métallique original et assez esthétique, le disque du film étant visible à travers un hublot transparent. Par contre ce packaging est complètement raté sur le plan de l'ergonomie. On ne sait pas où mettre la fiche des caractéristiques techniques après avoir retiré le film plastique d'emballage et les deux disques sont superposés sur une seule alvéole en polystyrène mince et souple, ce qui est peu pratique pour utiliser le disque 2. Quant au livret, il est glissé dans une fente de cette alvéole, qui risque de se déchirer.



    La sérigraphie

    Les deux sérigraphies sont très belles, avec une impression fine incluant le rond central. Le disque du film est illustré par une photo du monde réel, celui des bonus par une photo du monde futuriste imaginaire, aucun texte ni logo ne venant gâcher l'image. Très réussi et permet de remonter un peu la nullité du boîtier.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (18/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 04/07/2005 à 13:47 par portbarton : Après avoir vu et revu "in the mood for love", "2046" dénote une continuité artistique avec le précédent opus. Je trouve pour ma part le dvd de toute beauté tant son architecture fait appel à une sensibilité baudelairienne notamment dans le disque de bonus. C'est l'anticlic par excellence, il faut se laisser à contempler plusieurs fois les scènes d'ouverture de chacun des chapitres, en somme se laisser prendre par une forme de magie enchanteresse laquelle amène après 2 ou 3 fois visionnages sur le clip "Casta Diva" sublîme.C'est une ode à l'amour et à l'inexorable usure du temps, un chef d'oeuvre d'une rare sensibilité et d'un esthétisme outrepassant toutes les productions actuelles.La grande classe...
    - le 14/06/2005 à 10:22 par surfeur51 : En tous cas, ce film ne laisse pas indifférent !
    - le 12/06/2005 à 22:29 par Tyler : Ce film est un beau valium prétentieux et vain mais la critique est bonne.
    ...voir tous les commentaires...

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020