DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LA CHAIR ET LE SANG

Lui écrire surfeur51

La chair et le sang DVD sorti le 05/07/2005


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : MGM
Distributeur :
MGM

Date de sortie en salle : 2 Octobre 1985

Durée du film : 2 h 02 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3168


   

Le Film : 8/10

Résumé : En Europe, au 16ème siècle, une bande de mercenaires, menée par Martin, sort vainqueur d'une bataille pour le compte du seigneur Arnolfini. Mais lorsqu'il est trahi par ce tyran, Martin prend les armes et se retourne contre son ancien chef. Les mercenaires enlèvent alors Agnès la future épouse de Steven - le fils d'Arnolfini - et se réfugient dans un château dont ils se sont emparés. Pour sauver sa vie et se protéger de ses hommes, Agnès manipule Martin. Pendant ce temps, Steven installe un siège autour du château pour récupérer sa belle.

Avis : Premier film hollywoodien de Paul Verhoeven, "La Chair et le Sang" contient tous les ingrédients que l'on retrouvera régulièrement dans la filmographie du cinéaste hollandais : la violence, le sexe et l'ambiguïté des personnages. Film médiéval, il se distingue des productions habituelles dans le sens où l'esprit chevaleresque fait place à la mesquinerie et à l'instinct de survie, avec des gens du peuple qui vivent dans la crasse et souffrent de la pauvreté et de la mortalité enfantine. Des trois personnages principaux, aucun n'est vraiment sympathique, mais aucun n'est non plus franchement antipathique. On est d'abord du côté de Martin, floué par la fourberie de son seigneur Arnolfini, mais son image va vite se dégrader quand on verra son comportement plus qu'équivoque au sein de son armée de mercenaires. Agnès apparaît d'abord comme une gamine capricieuse et nymphomane, puis le spectateur va prendre son parti quand elle devra manipuler Martin et sa bande pour sauver sa vie et éviter un viol collectif. Quant à Steven il est, au début du film, du côté des méchants avec la trahison de son père envers Martin, avant qu'on le soutienne dans son combat pour délivrer sa belle. La fin ouverte, qui aurait facilement pu donner lieu à une suite, est, dans ce contexte, particulièrement satisfaisante.

Le jeu des acteurs est dominé par celui de Rutger Hauer (Martin), acteur fétiche de la période pré hollywoodienne de Verhoeven, abonné en cette année 1985 aux films médiévaux avec son rôle de Etienne Navarre dans "Ladyhawke", et par celui de la jeune Jennifer Jason Leigh, l'actrice ne se contentant d'ailleurs pas de nous faire profiter de ses seuls talents de comédienne. La réalisation est très aboutie, et pour certains, ce film est le meilleur de Verhoeven. Plus que montrer des batailles, néanmoins assez spectaculaires, le réalisateur veut nous décrire une époque où les mœurs étaient particulièrement rudes, et où chacun devait se battre pour survivre à la barbarie, la pauvreté et la maladie. La scène où Agnès cherche à séduire Steven sous les cadavres hideux de deux pendus mangés par les corbeaux a pour but de montrer la banalisation de l'horreur dans la vie de tous les jours. La peste joue également un rôle important dans le scénario, et même si le mode de propagation de cette terrible maladie est détourné au profit de l'intrigue, et on a droit à quelques séquences particulièrement peu ragoûtantes. Le scénario n'est pas historiquement très rigoureux (la machine de guerre de Steven, et les effets fulgurants de la peste), mais veut avant tout restituer les mœurs d'une période révolue, à travers le comportement des divers protagonistes.

L'histoire se déroule en 1501, cette époque étant charnière entre la fin du moyen-âge et le début de la Renaissance. Martin représente justement le moyen-âge, avec son caractère fruste et ses croyances mystiques, alors que Steven, qui se nourrit de références à Léonard de Vinci et ses inventions, représente l'ère nouvelle où l'esprit va s'ouvrir et abandonner l'obscurantisme religieux. De ce point de vue, le rôle réducteur de l'Eglise au moyen-âge est sévèrement critiqué à travers le personnage du Cardinal (interprété par l'excellent Ronald Lacey), et du rôle qu'il fait jouer à la statue de Saint Martin découverte à l'endroit où Martin enterre, dans un petit tonneau enfoncé dans la boue, son enfant mort-né. S'il vaut mieux, pour les âmes sensibles, s'abstenir de regarder ce film, il est incontestable que "La Chair et le Sang" est une oeuvre puissante, unique en son genre, qui a un peu vieilli dans sa forme mais qui constitue une évocation sans concession d'une période où la vie humaine n'avait qu'une valeur toute relative. Et, malgré ses insuffisances, cette édition DVD permet de redécouvrir le film dans son intégralité, les versions diffusées à la TV ayant été pan&scannées et partiellement censurées.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : L'image est lumineuse, avec de belles couleurs sous le soleil d'Espagne. Les scènes de nuit sont bien contrastées, avec beaucoup de chaleur grâce aux éclairages à base de torches ou bougies. Si l'image garde le grain de la pellicule, la définition est bonne et le transfert numérique tout à fait correct. Sur le plan artistique, on notera les beaux décors naturels de Castille, des costumes soignés, et des effets spéciaux réussis, réalisés de façon très classique. La photographie est due à Jan De Bont, avant qu'il ne se lance lui-même dans la réalisation.


Le Son : 1.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 2.0 en Français, Anglais, Allemand, Italien, et mono en Espagnol - Sous-titres : Français, Anglais, Allemand, Italien,...

Avis : Il est dommage que ce film ne bénéficie pas d'effets surround, et les scènes de bataille apparaissent assez plates quand on les compare avec ce que le cinéma actuel nous a habitués à entendre, malgré une bonne utilisation du caisson de basses. Néanmoins l'ensemble est tout à fait correct, avec une bonne séparation des dialogues, et une musique, due à Basil Poledouris, bien mise en valeur.


L'Interactivité : 0/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal est fixe et muet, et peu explicite en ce qui concerne les menus secondaires. Les vignettes du menu Chapitres sont animées. Le film est découpé en 16 chapitres, et il faut repasser par les menus correspondant pour changer langues et sous-titres, mais, heureusement, le point de lecture est conservé.


Les bonus :

Absolument rien ne nous est proposé, même pas la bande annonce, alors qu'un commentaire de Verhoeven et une interview du compositeur avaient été réalisés pour le DVD Zone 1. Heureusement ce DVD est vendu à tout petit prix.


Les Visuels : 0.5/1



La pochette / Le packaging

Boîtier amaray noir. Le visuel est un très beau montage mettant l'accent sur Martin et Agnès sur fond de ciel crépusculaire, avec la forteresse de Belmonte en arrière plan. Ce visuel est totalement différent de l'affiche du film.



La sérigraphie

La sérigraphie de l'étreinte entre Martin et Agnès dans leur bain est assez réussie, avec une impression fine incluant le rond central. Le titre du film n'apparaît pas, au contraire des stickers d'âges très visibles et toujours aussi disgracieux.


Note Finale : (12.5/20)

Commentaires concernant cette critique

- le 06/08/2005 à 11:33 par Niko06 : Belle critique comme d'habitude mais il manque un appel au boycott de cette édition française indigne de ce chef d'oeuvre...

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


Achat du DVD :

Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2017