DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


AU SERVICE SECRET DE SA MAJESTé - EDITION SPéCIALE

Lui écrire surfeur51

Au service secret de sa majesté - Edition spéciale DVD sorti le 07/11/2000


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : MGM
Distributeur :
MGM

Date de sortie en salle : 12 Décembre 1969
Nombre d'entrées : 1 958 200

Durée du film : 2 h 15 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3350


   

Le Film : 7.5/10

Résumé : Conduisant le long d'une plage retirée du Portugal, James Bond rencontre une belle et mystérieuse jeune femme, qu'il empêche de se suicider. Avant même qu'il n'ait le temps de connaître son nom et les raisons de son geste, il est attaqué par des hommes armés. Bond les défait au cours d'une violente bagarre, durant laquelle la jeune femme s'enfuit. Le soir suivant, Bond la rencontre à nouveau dans un casino et leur conversation se transforme en nuit d'amour. Le lendemain matin il constate la disparition de la jeune femme...

Avis : Ce sixième James Bond est à classer à part dans la mesure où c'est le premier qui voit un autre acteur, en l'occurrence Georges Lazenby, remplacer le charismatique Sean Connery dans le rôle titre. C'est aussi le seul épisode où l'on verra Bond renoncer aux aventures féminines pour se marier avec la belle Tracy. Par ailleurs, cet épisode est le plus long de la série, et quelques passages en milieu de film manquent un peu de rythme. Il est difficile de savoir si ce sont ces différents éléments qui eurent comme conséquence une chute libre dans la fréquentation en salle, moins de 2 millions de spectateurs en France (ce qui dans l'absolu n'est pas si mal) après les scores à plus de 4 millions des films précédents, d'autant plus que beaucoup considèrent le scénario comme l'un des meilleurs. Mais cet échec relatif ne fut pas la raison pour laquelle on ne revit plus Lazenby en James Bond, l'acteur australien ayant lui-même choisi de ne tourner qu'un film pour ne pas devenir prisonnier d'une image, décision qu'il regrettera par la suite.

Le budget du film avait été réduit par rapport aux trois films précédents, tout en restant conséquent à 7 M$ et les producteurs Saltzman et Broccoli faisaient appel à un quatrième réalisateur, Peter Hunt, qui avait été le chef monteur sur plusieurs des films précédents. Le scénario collait à nouveau de très près à l'un des romans de Ian Fleming, le premier que l'auteur ait écrit après la sortie du film "Dr No", et Hunt affirmait son intention d'approfondir le caractère de ses personnages et d'éviter une profusion de gadgets. Bond est aussi plus sensible dans cet épisode, moins froid et cynique que ne l'était le 007 de Sean Connery , mais il est difficile de savoir si cela vient de l'acteur ou du scénario.

Bond doit à nouveau se mesurer au SPECTRE, Blofeld ayant réussi à réchapper de l'explosion de son repère à la fin de "On ne vit que deux fois". C'est désormais Telly Savalas, qui incarne le sinistre personnage, aussi chauve mais moins balafré que son prédécesseur Donald Pleasence. 007 va être aidé dans sa lutte par Marc-Ange Draco, chef de la mafia corse, et père de la future Madame Bond. Celle-ci est jouée par Diana Rigg, remarquée dans la série "Chapeau melon et bottes de cuir", et elle rayonne par rapport à une brochette de James Bond girls assez potiches qui sont destinées à servir inconsciemment les noirs desseins de Blofeld alors qu'elles se font soigner de leur allergie dans un établissement dirigé par le SPECTRE. L'ambiance du film change du tout au tout après l'exotisme des Bahamas ou du Japon. En effet l'action se déroule essentiellement dans les Alpes suisses, et cela nous donne l'occasion de voir deux spectaculaires poursuites à ski (il y en aura beaucoup d'autres dans de futurs épisodes), et une en bobsleigh, sans parler la poursuite en voiture sur un anneau de glace.

Il est probablement dommage que Lazenby ne soit pas resté pour plusieurs épisodes, car il ne s'en sort pas si mal, d'autant plus qu'il n'avait pas joué auparavant, et qu'il était jeune pour le rôle (à 28 ans, il fut le plus jeune des James Bond). Du coup cet opus apparaît comme un peu à part dans la série, alors que de nombreux passages sont considérés comme des musts, la scène qui précède le générique final étant probablement la plus poignante de toute la série.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : L'image est assez belle, avec un master plus propre que pour quelques uns des films précédents mais présentant quand même quelques petits points blancs. La définition est bonne, les couleurs naturelles, et la compression est de bon niveau, malgré quelques effets de moiré dans les scènes les plus difficiles. Les noirs sont profonds, et les contrastes soulignent les effets artistiques, comme le contre-jour de la bagarre au bord de mer lors du prologue, ou la séquence du feu d'artifice.


Le Son : 1/3

Détails techniques : Dolby Digital 1.0 en Français - Sous-titres : Français, Anglais, Hollandais

Avis : Curieusement, on ne dispose sur cet épisode que de la VF, avec d'ailleurs deux passages non traduits qui sont restés en VO, le dialogue entre Tracy et son père dans leur voiture au chapitre 11, et une phrase d'Irma Bunt au chapitre 20. L'absence de VO est quand même dommage pour ceux qui aiment voir le film tel qu'il a été tourné. En mono d'origine, la qualité n'est pas mauvaise mais manque bien sûr de relief. La musique de John Barry, qui est d'un très bon niveau artistique, est claire, ainsi que les effets sonores, alors que sur certains passages les dialogues sont peu audibles. La chanson pendant l'idylle de Bond et Tracy au Portugal fut la dernière qu'interpréta Louis Armstrong.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Menus animés et sonorisés, sur un modèle normalisé pour tous les films de la série. Leur esthétique est basée sur le thème de la montagne. Le film est découpé en 32 chapitres, et on peut passer aux commentaires et changer de sous-titres sans repasser par le menu.


Les bonus :

La nature des suppléments est identique aux titres précédents. Les documentaires sont en 4/3 VOst.

  • Commentaires constitués par le montage d'interviews du réalisateur, d'acteurs ( Lazenby est absent alors qu'on le voit beaucoup dans le making of) et de membres de l'équipe technique, et assemblés de façon à ce que les anecdotes rapportées soient en rapport avec les scènes à l'écran. Le lien entre les interviews est réalisé par un spécialiste des James Bond, John Cork. Malheureusement non sous-titrés, ces commentaires , malgré leur intérêt, sont inaccessibles aux non-anglophones.
  • Les coulisses de "Au service secret de sa majesté". Making of assez complet de 42 minutes, constitué d'interviews assez récentes, essentiellement de Peter Hunt et George Lazenby, et de documents d'époque pris pendant le tournage. On nous présente la recherche du nouveau Bond par les producteurs, la chronologie du tournage, les cascades à ski orchestrées par Willy Bogner, et les décors utilisant le restaurant en construction Piz Gloria, sur le sommet du Schlithorn près du village de Mürren.
  • Dans le laboratoire de "Q" : les gadgets de 007. Hommage de 10 minutes à Desmond Llewelyn qui a tenu si longtemps le rôle, jusqu'à sa mort en 1999. Des extraits de tous les James Bond, jusqu'à ceux avec Pierce Brosnan, viennent illustrer le reportage. Il est curieux que ce documentaire apparaisse dans l'un des James Bond où il y a le moins de gadgets.
  • Hauteur vertigineuse: reportage d'époque de 5 minutes, qui rend hommage au cameraman Johnny Jordan qui a filmé de nombreuses scènes de montagne attaché dans une nacelle qui pendait sous un hélicoptère.
  • Bande annonce du film, qui insiste sur la présence d'un nouveau Bond, lequel fait, à la fin du spot, un clin d'œil à l'ancien.
  • Cinq spots TV, 3 spots radio et 4 interviews ouvertes de Lazenby, Rigg, Hunt et Savalas.
  • Galerie de 130 photos de tournage rangées par thèmes, en N&B, et affiches du film en couleurs.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir contenant un livret de 8 pages, illustré de nombreuses photos, contenant des anecdotes et la liste des chapitres. Le visuel est centré sur le visage de James Bond tenant son célèbre Walther PPK, avec en arrière-plan un hélicoptère en feu qui va s'écraser dans les montagnes suisses. Ce visuel est réalisé dans un souci de cohérence avec le reste de la série, la tranche du boîtier étant conçue pour figurer un 007 suivi d'un pistolet sur l'ensemble des DVD.



    La sérigraphie

    La sérigraphie représente l'intérieur d'un canon de revolver, le rond central figurant la bouche, allusion évidente à la scène d'ouverture précédent le prologue. Le titre du film est indiqué en Anglais et Français, les textes et logos sont discrets. Ce graphisme est identique pour tous les disques de la série. La couleur dominante pour "Au service secret de sa majesté" est le marron clair.


    Note Finale : (13.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 19/09/2005 à 13:29 par aldejerph : Le DVD inclus aussi comme bande-son le commentaire du réalisateur. Le plus étonnant c'est que lorsqu'il ne s'exprime pas, on entend la version anglaise non disponible en tant que telle sur le DVD. Ce commentaire n'est pas accessible par les menus mais par les boutons "audio" de la télécommande

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020