DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


DEMAIN NE MEURT JAMAIS - EDITION SPéCIALE

Lui écrire surfeur51

Demain ne meurt jamais - Edition spéciale DVD sorti le 04/04/2001


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : MGM
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle : 17 Décembre 1997
Nombre d'entrées : 3 435 200 env.

Durée du film : 1 h 54 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4762


   

Le Film : 7/10

Résumé : 007 a pour mission d'empêcher qu'une catastrophe d'envergure mondiale n'apparaisse à la une des journaux. Quelqu'un semble décidé à provoquer une confrontation entre les superpuissances, et James Bond va s'employer à l'en empêcher...

Avis : Le dix-huitième James Bond est le deuxième à voir apparaître Pierce Brosnan dans le rôle titre, et il a bénéficié lors de sa sortie du succès populaire de "GoldenEye" pour attirer les spectateurs, et ceci malgré la rude concurrence de "Titanic" qui remplissait les salles au même moment. Il a été réalisé Roger Spottiswoode, nouveau venu sur la série et dont ce sera la seule prestation. Sans être un mauvais film, "Demain ne meurt jamais" se retrouve néanmoins un petit cran au-dessous de son prédécesseur, peut-être à cause d'une gadgétisation à outrance qui voulait justement rattraper le manque relatif constaté dans "GoldenEye", et sûrement par manque d'une figure féminine aussi délicieusement vénéneuse que la sublime Xenia Onatopp. La gens féminine est pourtant bien représentée par Michelle Yeoh (l'agent secret chinois Wai Lin) et Teri Hatcher (Paris Carver, la femme du magnat de la presse Elliott Carver, et ancienne petite amie de James Bond), mais toutes deux sont du bon côté de la barrière.

007 doit ici s'employer à éviter une troisième guerre mondiale que s'efforce de provoquer Carver, dans le seul but d'étendre son pouvoir sur les médias. Carver a à sa solde une brochette de tueurs et dispose d'un navire furtif indétectable aux radars qui lui permet d'attaquer les navires chinois et britanniques en se faisant passer pour l'autre camp, afin de provoquer une crise internationale. C'est Jonathan Pryce qui interprète avec talent un Elliott Carver mégalomane, d'autant plus dangereux qu'il a l'air de monsieur tout le monde, ses sbires, le brutal Stamper (Gotz Otto) et le tueur maniaque Henry Gupta (Ricky Jay), ayant par contre une mine franchement patibulaire. James Bond peut compter pour l'assister sur Wai Lin, qui enquête également sur les agissements de Carver. Il dispose là d'une alliée particulièrement efficace, entraînée au close combat et aussi habile que lui dans le maniement des engins motorisés ou des armes diverses. Quand on sait que Michelle Yeoh a effectué elle-même la plupart des cascades de son personnage, on mesure l'implication de l'actrice pour ce film. Bond aurait également pu compter sur son ancien flirt, malheureusement la belle Paris va rapidement payer de sa vie ce que Carver considère comme une trahison. Il est dommage que Teri Hatcher n'ait pas eu l'occasion de plus développer son personnage, car elle apparaît comme une actrice au jeu bien supérieur à celui de certaines Bond girls ayant pourtant tenu des rôles plus importants. Au niveau des personnages habituels de la série, on retrouve comme sur l'épisode précédent Judi Dench en "M" au féminin mais qui "en a", comme on dit, Samantha Bond en Moneypenny toujours un peu terne, et Desmond Llewelyn, indéracinable en "Q", à maintenant 83 ans.

Au rang principal des gadgets, on notera une BMW 750L pratiquement indestructible, bourrée d'armes d'attaque et de défense et pouvant être télécommandée avec un téléphone portable. L'exotisme est aussi très présent, avec un tournage en Thaïlande pour une action sensée se dérouler au Vietnam, Bangkok servant de cadre aux scènes situées à Saïgon. L'action est également au rendez-vous, et cela commence dès le prologue, spectaculaire mais qui n'a pas grand chose à voir avec l'intrigue principale, pour continuer avec la poursuite échevelée d'une moto par un hélicoptère, un saut de Bond et Wai-Lin dans le vide le long d'un gratte-ciel, et une séquence où la BMW gadgétisée montre toutes ses possibilités. On imaginera ce que ça peut donner en apprenant que 15 exemplaires de cette voiture furent détruits pour les besoins du tournage. Au total un Bond divertissant qui rassemble tous les ingrédients classiques, bien réalisé et bien joué, au scénario sans temps mort, et qui souffre peut-être juste de ses qualités trop classiques pour vraiment surprendre.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : Tout comme le film précédent, l'image est excellente, avec une définition parfaite, des couleurs riches et naturelles et des contrastes aux noirs profonds. La pellicule, récente, ne présente pas de défauts, pas plus que la compression effectuée avec soin. Le tout conduit à une note technique vraiment très bonne. Sur le plan artistique, le film bénéficie du tournage à Bangkok, dans les îles de Phuket que l'on retrouve après "L'homme au pistolet d'or", et d'effets spéciaux bien intégrés.


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby 5.1 en Anglais, Français et Dolby surround en Hongrois - Sous-titres : Français, Anglais, Portugais, Néerlandais, Grec, Hongrois...

Avis : La bande son Dolby Digital, très dynamique, apporte une ambiance enveloppante, avec des effets de spatialisation nombreux et spectaculaires, et le caisson de basse renforce les impressions ressenties lors des nombreuses scènes d'action. Les dialogues sont clairs, et la musique bien mise en valeur. Elle est due pour cette fois à David Arnold qui revient au classicisme des thèmes dont on avait l'habitude avec John Barry. La chanson du générique, très réussie, est interprétée par Sheryl Crow.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Menus animés et sonorisés, sur un modèle normalisé pour tous les films de la série. Le film est découpé en 32 chapitres et on peut changer de pistes audio et sous-titres sans repasser par le menu.


Les bonus :

La nature des suppléments est semblable aux autres titres, les documentaires étant présentés en 4/3 VOst.

  • Deux commentaires audio, le premier du réalisateur, et le deuxième du producteur Michael G. Wilson et du responsable de la deuxième équipe de tournage, Vic Armstrong. Roger Spottiswoode, est interviewé par Dan Petrie, et nous livre de nombreuses informations, aussi bien techniques qu'anecdotiques. L'autre commentaire, où Wilson est plus présent qu'Armstrong, paraît du coup moins intéressant, car il y a de nombreuses redites au niveau des anecdotes. Comme d'habitude pour les DVD de la série, on ne peut que déplorer l'absence de sous-titres
  • Possibilité d'écouter la B.O.F seule (en Dolby Surround). Type de bonus à la fois agréable, et énervant lors des passages sans musique.
  • "Les secrets de 007", documentaire de 44 minutes consacré à l'ensemble de la série commenté par Peter Coyote. On revient sur les différents acteurs, les Bond girls et les méchants de la série. Chapitré (12 séquences) et intéressant dans l'absolu, ce documentaire fait un peu doublon avec un similaire sur le DVD de "GoldenEye", qui bénéficiait, en plus, du glamour d'Elizabeth Hurley.
  • Neuf séquences du film sont présentées avec une incrustation du storyboard correspondant.
  • Bobine d'effets spéciaux, reportage de 3 minutes sur l'art d'utiliser les écrans vert, les images composites et les surimpressions. A noter qu'il n'y a qu'un fond musical sans commentaires, mais c'est quand même didactique.
  • Interview du compositeur David Arnold, de 3 minutes, un peu trop courte pour apporter beaucoup d'informations.
  • Clip vidéo de Sheryl Crow qui reprend la chanson du générique, avec un montage dans le style du générique incluant des mini-séquences du film.
  • Deux bandes annonce du film en 16/9.
  • Pages de textes illustrés de photos sur les gadgets du film : la BMW, le Sea-Vac (la torpille perforatrice de Carver) et le téléphone cellulaire de Bond.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir contenant un livret de 12 pages, avec photos, anecdotes et liste des chapitres. Ce livret est plus épais que d'habitude et contient des tableaux comparatifs pour toute la série, tels que les gadgets, les méchants et les Bond girls des différents films. Le visuel est centré sur James Bond, avec son Walther P99, en compagnie des deux héroïnes du film, Wai-Lin et Paris Carver, et en arrière plan une scène du prologue. Ce visuel est réalisé dans un souci de cohérence avec le reste de la série, la tranche du boîtier étant conçue pour figurer un 007 suivi de son pistolet sur l'ensemble des DVD.



    La sérigraphie

    La sérigraphie représente l'intérieur d'un canon de revolver, le rond central figurant la bouche, allusion évidente à la scène d'ouverture précédent le prologue. Le titre du film est en évidence, les textes légaux et logos étant discrets. Ce graphisme est identique pour tous les disques de la série. La couleur pour "Demain ne meurt jamais" est le orange.


    Note Finale : (15/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 09/11/2005 à 11:20 par Aérochouf : Je rejoint Carlito sur son avis, je trouve ce film le meilleur de la série Brosnan, donc la note me parait un peu trop légère ;o(
    - le 09/11/2005 à 09:11 par Carlito : Autant je suis d'accord avec la plupart de tes critiques sur la série; autant je le suis moins sur celle là. En effet, c'est ce james bond qui m'a redonné gout à la série. Je trouvais certains passage de goldeneye ainsi que certains dialogues trop "Roger Moore Like". C'est pour moi le meilleur de la série Brosnan...

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020