DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


USS ALABAMA

Lui écrire surfeur51

USS Alabama DVD sorti le 30/09/1998


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Buena Vista
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie en salle : 06 Septembre 1995

Durée du film : 1 h 51 min.
Acteurs: Gene Hackman Denzel Washington

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3931


   

Le Film : 8.5/10

Résumé :  Une bande de nationalistes russes s'empare d'une base de lancement de missiles nucléaires stratégiques et menace le reste du monde. L'USS Alabama, le sous-marin nucléaire le plus puissant des Etats-Unis, reçoit l'ordre de partir vers les côtes russes. Un premier ordre est envoyé à l'état-major du submersible lui intimant l'ordre de bombarder la Russie, lorsque arrive un second message, indéchiffrable...

Avis : "USS Alabama" a été réalisé par Tony Scott alors que les films de sous-marins faisaient recette avec "Das Boot", "A la poursuite d'Octobre Rouge", "U-571", et "K19". Dans la même période, il y eut aussi "Abîmes", mais avec une tonalité fantastique qui le démarque nettement des autres. "USS Alabama" se veut au contraire très réaliste, et est assez didactique sur les procédures qui pourraient amener à un lancement effectif de missile nucléaire. Le ressort principal du film est d'ailleurs l'affrontement entre les deux responsables principaux du navire qui ont à prendre une décision capitale en aveugles, les conséquences pouvant être aussi graves pour leur pays dans un sens ou dans l'autre.

Comme dans tout film de sous-marin la vedette principale est le navire lui-même, monstre tapi silencieusement sous la surface, mais très vulnérable quand il a été détecté. Le milieu confiné, les bruits qui se répercutent en écho à l'intérieur et à l'extérieur de la coque, l'angoisse des marins lorsque le navire est soumis à des attaques donnent une ambiance particulière à ce genre de film, à déconseiller aux claustrophobes. Le commandant du navire est ici Frank Ramsey, et Gene Hackman interprète ce militaire rigide, vieux de la vieille proche de la retraite, qui ne s'embarrasse pas de considérations intellectuelles pour exécuter sans état d'âme les ordres de l'amirauté. Il a lui-même choisi son second, Ron Hunter (Denzel Washington dans un de ses meilleurs rôles), un homme cultivé, un peu idéaliste, qui va se révéler très proche des hommes de l'équipage. La différence de caractère des deux officiers va les conduire à s'affronter, malgré l'estime qu'ils peuvent se porter mutuellement, dans des circonstances extrêmes où ils tiennent le sort du monde entre leurs mains. Ils sont entourés d'une brochette d'officiers (joués entre autres par George Dzundza, James Gandolfini et Viggo Mortensen) qui devront prendre parti pour l'un ou pour l'autre, suivant la lecture que chacun peut avoir des règlements, dans des circonstances pas vraiment prévues par ceux qui les ont écrits.

Le suspense est intense en plusieurs occasions, certaines spectaculaires, comme l'incendie à bord ou l'attaque du sous-marin russe, d'autres liées à la tension extrême résultant des conséquences potentielles des décisions à prendre. La scène où Hunter décide de relever Ramsay de son commandement est un des plus beaux affrontement d'acteurs, sur un mode purement verbal, de l'histoire du cinéma. L'ensemble est dirigé de main de maître par un Tony Scott très inspiré, malgré les difficultés qui peuvent naître de tourner la majeure partie d'un film dans un décor très restreint, et il est assez naturel de constater que ce sont les scènes qui se déroulent hors du sous-marin qui font l'objet de la plus grande recherche esthétique (on notera le départ du navire à l'aube, et la scène finale au QG de Pearl Harbor). Un des charmes du scénario écrit par Michael Schiffer est aussi qu'il n'y a pas de bon et de méchant, et le spectateur peut avoir du mal à choisir son camp, même si la sensibilité naturelle conduit à se ranger plus facilement du côté de Hunter qui apparaît comme nettement plus sympathique. La scène finale est de ce point de vue particulièrement satisfaisante et éclaire d'un jour complémentaire la personnalité des deux protagonistes. Le film bénéficie également de la superbe musique de Hans Zimmer, une des meilleures de ce compositeur talentueux qui nous livre ici une partition majestueuse tout en évitant une emphase trop mélodramatique.

La situation décrite dans le film n'est peut-être pas entièrement réaliste et on peut supposer, ou du moins espérer que des procédures ont prévu ce que devraient faire des officiers dans un tel cas. Néanmoins on se laisse prendre facilement au jeu et on reste accroché à son fauteuil en attendant de voir comment tout cela va tourner. Mais en plus d'un suspense satisfaisant, ce film amène à réfléchir sur un monde où l'homme tient dans ses mains la possibilité de se détruire, et sur le fait qu'un jour quelqu'un pourrait être assez fou pour s'en servir. Ce que l'on voit aujourd'hui dans le monde n'est pas vraiment fait pour nous rassurer.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : L'image est belle, avec des couleurs bien saturées et des contrastes parfaitement gérés, lors des nombreuses scènes sombres. La définition est très bonne et la compression peut être considérée comme excellente, d'autant plus que certains passages sont difficiles à encoder et que ce DVD commence à dater. La photographie de Dariusz Wolski fait l'objet d'une recherche esthétique certaine et tire remarquablement bien parti d'un univers pas vraiment propice à des exploits artistiques.


Le Son : 2/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 Anglais, surround en Français et Italien - Sous-titres : Français, Anglais, Hollandais, Portugais.

Avis : Grâce à son encodage 5.1, la VO est largement supérieure à la VF surround. En effets, même si les effets arrières sont peu spatialisés droite-gauche, La VO est plus dynamique et bien plus enveloppante. Le caisson de basses réagit bien dans les scènes de bataille sous-marine et les effets de bruits sur la coque sont bien rendus. On s'y croirait… La musique de Hans Zimmer est bien mise en valeur, avec là aussi un net avantage à la VO.


L'Interactivité : 0/3

L'ergonomie des menus :
Le film se lance directement après l'insertion. Les menus au format 4/3, fixes et muets, sont accessibles à la télécommande. Le film est découpé assez finement en 32 chapitres. On peut changer les sous-titres à la volée, mais il faut repasser par le menu pour changer de langue, le point de lecture étant conservé.


Les bonus :

Edition sans bonus, sortie en 1998. Une nouvelle édition, dite Spéciale, sortie en 2002, comporte un making of de 20 minutes, une dizaine de scènes coupées et une bande-annonce.


Les Visuels : 0/1



La pochette / Le packaging

Boîtier amaray noir, avec un dépliant donnant la liste des chapitres, en français et en anglais. Le visuel diffère légèrement de l'affiche du film, qui a inspiré l'illustration du menu Configuration.



La sérigraphie

Pas de sérigraphie. Le titre et les logos sont imprimés en noir, sans aucune recherche artistique.


Note Finale : (13/20)

Commentaires concernant cette critique

- le 08/03/2006 à 19:46 par ROLLO TOMASI : Bravo pour ton excellente critique surfeur. Une petite précision concernant l'excellence des dialogues de ce film : il semble que Quentin Tarantino est retravaillé les dialogues...

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


Achat du DVD :

Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020