DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


FINAL FANTASY : LES CRéATURES DE L'ESPRIT - EDITION COLLECTOR / 2 DVD

Lui écrire surfeur51

Final Fantasy : Les créatures de l'esprit - Edition collector / 2 DVD DVD sorti le 20/02/2002


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Columbia / Tristar
Distributeur :
GCTHV (Gaumont/Columbia/Tristar Home Video)

Date de sortie en salle : 15 Août 2001
Nombre d'entrées : 1 404 400 env.

Durée du film : 1 h 41 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4500


   

Le Film : 8.5/10

Résumé : 2065. La population mondiale a presque été totalement anéantie par des créatures qui règnent en maître sur la surface de la planète. Il s’agit de mystérieux fantômes extraterrestres qui se nourrissent en extrayant l’énergie de toute forme de vie. Seul un petit groupe d’humains continue de lutter. Deux clans s’opposent : d’un côté les militaires emmenés par le général Hein, partisan de l’utilisation d’une arme de destruction totale, de l’autre des scientifiques, les Docteurs Cid et Aki Ross, qui croient en une solution plus naturelle et travaillent sur la reconstitution d’une onde spirituelle à la base de toute vie.

Avis : "Final fantasy" a marqué l'histoire du cinéma en se présentant comme le premier film d'animation 3D mettant en scène des personnages ultra réalistes. Ayant demandé quatre ans de travail, il présente une qualité artistique indéniable sur tous les plans, les efforts apportés aux effets sonores étant du même ordre que ceux déployés pour l'image. Néanmoins, il n'a pas connu en salles le succès attendu, déjà à cause d'un genre, la science fiction, qui n'attire pas tous les publics, mais surtout à cause d'un scénario compliqué, bien qu'intelligent, empreint de poésie, et poussant à réfléchir. La trame générale est issue d'une série de jeux vidéo, mais les amateurs du jeu n'ayant pas vraiment retrouvé son style ont en général été déçus et à l'origine d'un bouche à oreille peu favorable. Ce sont plutôt les spectateurs qui ne connaissaient pas le jeu qui ont le plus apprécié le film.

Réalisé par Hironobu Sakaguchi et Moto Sakakibara, la direction d'acteurs a été réduite aux enregistrements vocaux, la VO profitant d'un casting plutôt huppé puisque l'on retrouve au niveau des voix des vedettes comme Alec Baldwin, Ving Rhames, Donald Sutherland et James Woods. Mais les vraies vedettes sont les animations numériques des personnages virtuels, avec une recherche du réalisme poussé au maximum des possibilités technologiques au moment de la confection du film. Pour donner une idée, chacun des 60000 cheveux du docteur Aki Ross est doté d'une animation propre, permettant un rendu proche du naturel. La recherche sur les mouvements imperceptibles tels que la respiration, les clignements des yeux ou la déglutition permettent d'atteindre un résultat remarquable, même s'il n'est pas encore parfait (les mouvements de la bouche et le rendu des émotions paraissent encore artificiels). La magnificence des images est aussi largement due à des décors peints absolument splendides, avec de forts contrastes d'ambiance entre des ruines grises et froides d'une ville de New York entièrement détruite et celle des paysages lumineux et colorés du rêve d'Aki.

Le scénario se présente comme une lutte physique et philosophique entre le bien et le mal, d'une part entre les humains et les fantômes qui se nourrissent de leur énergie vitale, et d'autre part entre les humains eux-mêmes, l'esprit guerrier cherchant à prendre l'ascendant sur la science rationnelle et pacifiste. L'héroïne du film est le jeune docteur Aki Ross, aidée par un autre scientifique, Cid, et un soldat, le capitaine Gray Edwards, dont Aki va tomber amoureuse. Le clan des faucons est représenté par le général Hein. L'action est assez soutenue durant la première heure du film, avec des combats spectaculaires contre les fantômes, mais la fin présente un rythme plus lent, alors qu'en parallèle la complexité de l'intrigue demande beaucoup d'explications pas toujours très claires, d'autant plus qu'elles font appel au surnaturel. Cette baisse de rythme est compensée par des images toujours plus belles et de nombreuses considérations philosophiques assez intéressantes, mais les amateurs d'action pure risquent de se laisser aller à quelques bâillements.

"Final Fantasy" reste aujourd'hui une expérience unique, et aucun autre film d'animation 3D n'a cherché depuis à retrouver ce niveau de réalisme pour les personnages. Spectacle sonore et visuel unique en son genre, les années à venir diront s'il a laissé une marque dans l'histoire du cinéma autre que celle due aux exploits technologiques liés à sa réalisation.


[ Voir le Logo Détourné pour ce DVD ]

L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.85:1

Avis : Image de qualité exceptionnelle, aussi bien au niveau des couleurs et des contrastes que de la définition, à la fois précise et permettant un rendu réaliste malgré son origine purement numérique, grâce à un très léger grain. La compression est quasiment parfaite. Les aspects artistiques sont également exceptionnels, avec des décors peints à la main féeriques, et une animation d'une fluidité telle que l'on finit par oublier que les personnages sont entièrement fictifs.


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Anglais, Français

Avis : Le son atteint pratiquement la même perfection que l'image, avec une utilisation permanente de toutes les voies pour donner volume et relief à l'ambiance. Le caisson de basses se fait présent quand il faut, la musique remplit la pièce, les dialogues sont parfaitement séparés et les bruitages donnent beaucoup de réalisme, qu'ils soient subtils ou tonitruants. La musique d'Elliot Goldenthal est très réussie sur le plan artistique et se marie parfaitement à l'ambiance futuriste et mélancolique du film.

[ Voir le Top Son pour ce DVD ]


L'Interactivité : 3/3

L'ergonomie des menus :
Les menus sont animés et sonorisés, avec des transitions particulièrement belles et assez longues. Le film est découpé en 28 chapitres, et l'on peut changer de langue, commentaires et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Nombreux bonus, intéressants et complets, répartis sur les deux disques.
Sur le disque 1:

  • Commentaires du co-réalisateur Sakakibara, du superviseur des séquences Hayashida, du superviseur du fantôme Noguchi, et du chef décorateur Maruyama, en japonais sous-titré. Le rythme est enjoué (il y a beaucoup de rires), les quatre personnes évoquant leur travail et celui des autres membres de l'équipe. Comme il n'y a pas eu de vrai tournage, on apprend surtout des détails techniques de la réalisation, et des explications sur l'histoire.
  • Commentaires du directeur de l'animation Andy Jones, du monteur Chris Capp et du scénographe Tani Kunitake, en anglais sous-titré. Le ton est plus professionnel que dans le premier commentaire, et on apprend plus de choses sur les techniques utilisées. En fait les deux commentaires sont relativement peu redondants, mais pas assez denses pour justifier vraiment une troisième relecture du film.
  • Piste musicale isolée, commentée par le compositeur Elliot Goldenthal, qui parle essentiellement (mais pas toujours, malheureusement) lors des passages sans musique, ce qui a l'avantage d'éviter beaucoup des temps morts propres à ce type de bonus.
  • Fantasy inachevé. Documentaire de 80 minutes en 16/9 VOst, commenté ou non, qui déroule le film en passant du story-board à l'animation finale, et qui permet de bien comprendre les diverses étapes de la création du film. Des textes explicatifs sont incrustés lorsque des précisions sont nécessaires.
  • Bande annonce et teaser, en 16/9 VOst
  • Bande annonce du film d'animation "Métropolis" et de "Spiderman", en 4/3.
  • Photos d'Aki. Diaporama avec le docteur Aki Ross en maillot de bain sexy et avec différentes coiffures.

  • Sur le disque 2 (tous les modules étant en VOst, la plupart en 16/9) :
  • Documentaire chapitré, qui aborde de manière très complète les différents aspects de la création de ce film révolutionnaire. D'une durée de 30 minutes, il donne la possibilité, en appuyant sur la touche entrée de la télécommande quand une fenêtre apparaît, d'accéder à des modules complémentaires traitant certains points plus en profondeur. Il y a 17 modules complémentaires, ce qui peut porter la durée totale à 1h10 si on les regarde tous
  • Fiches d’identité numérique, qui présentent chacun des sept personnages principaux à la manière d'un mini reportage biographique (2 à 3 minutes par personnage).
  • Véhicules virtuels. Même principe que le bonus précédent, mais appliqué aux trois véhicules principaux du film dont on décrit les caractéristiques techniques.
  • Shuffler (atelier de montage) : ce bonus permet de remonter de manière différente la scène de débat où le recours à la force contre les fantômes est discuté. L'intérêt de ce bonus n'est pas évident, car si l'on choisit un montage différent de celui du film, on obtient des discussions qui n'ont plus aucune logique.
  • Exploration du film-annonce : sorte de making of de la bande annonce.
  • Le projet Gray : Reportage non commenté de 5 minutes au format 4/3 donnant une idée des recherches graphiques initiales ayant abouti au film.
  • Fantasy inachevé 2 : comparaison film/story-board d'une scène entre Aki et Gray.
  • Explorations artistiques : reportage de 6 minutes au format 4/3 montrant les peintures ayant servi aux décors.
  • Délire animé, sorte de bêtisier volontaire en forme d'autodérision.
  • Elaboration des graphismes : reportage de 8 minutes expliquant par l'image (sans commentaires) la manière de construire une scène à partir des différents éléments graphiques.
  • Début alternatif, en 4/3, montrant les cinq premières minutes du film telles que prévues initialement.
  • Le rêve d'Aki Ross. Il s'agit du montage bout à bout des différentes séquences du film où l'on voit le rêve de l'héroïne. Comme il s'agit de passages visuellement très réussis, ce bonus de 10 minutes est vraiment agréable à regarder.
  • Contenu DVD-Rom permettant d'accéder au scénario complet du film, à une visite virtuelle des studios Square Pictures, à un économiseur d’écran et des liens Internet.


  • [ Voir les Bonus Cachés pour ce DVD ]

    Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    Digipack argenté à trois volets, inséré dans un étui plastique transparent et imprimé. L'effet est très esthétique, mais l'étui est un peu fragile et la manipulation pas très aisée. Un petit feuillet est inséré dans le premier volet du digipack.

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    Les deux disques bénéficient d'une sérigraphie soignée, les deux visuels étant différents mais centrés sur le visage d'Aki Ross. L'impression est de qualité et inclut le rond central. Les textes légaux et les logos, sauf celui de Columbia Tristar, sont relativement discrets.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (18.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020