DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LES OISEAUX - LA COLLECTION HITCHCOCK

Lui écrire surfeur51

Les oiseaux - La collection Hitchcock DVD sorti le 25/09/2001


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Universal Pictures Video
Distributeur :
Universal Pictures Video

Date de sortie en salle : Mai 1963

Durée du film : 1 h 59 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4161


   

Le Film : 9/10

Résumé :  Mélanie, jeune femme quelque peu superficielle, rencontre chez un marchand d'oiseaux un brillant et séduisant avocat qui recherche des inséparables. Par jeu, Mélanie achète les oiseaux et les apporte à Bodega Bay. Dés son arrivée, elle est blessée au front par une mouette...

Avis : Inspiré d'une nouvelle de Daphné Du Maurier, "Les Oiseaux" est un des plus grands films d'Hitchcock, et reste un modèle du cinéma d'épouvante pour ce qui concerne la montée en un crescendo lent mais inexorable de la peur chez le spectateur. La tension est d'autant plus palpable qu'elle n'est pas provoquée par les agissements d'un ou plusieurs psychopathes, mais par de simples oiseaux dont le comportement devient de plus en plus agressif, pour finalement semer la terreur dans un village de bord de mer, et cela sans aucune explication plausible. Quarante ans après sa sortie, ce grand classique a un peu vieilli dans sa forme, mais il garde la puissance de fascination qui avait tant fait couler d'encre à l'époque.

L'histoire, entièrement réécrite par Evan Hunter, met bien évidemment en scène des personnages, dont les plus notables sont Mélanie Daniels, Mitch et Lydia Brenner, et quelques habitants d'une petite ville côtière tout ce qu'il y a de plus paisible, mais les vraies vedettes sont des oiseaux. Si l'on a affaire, au début du film, à des pinsons et des inséparables, paisibles animaux d'ornement vus chez un oiseleur, on découvre à Bodega Bay d'abord quelques spécimens de mouettes ou corbeaux au comportement étrange, avant de voir des milliers d'oiseaux de toute nature se rassembler et adopter en bandes un comportement agressif allant jusqu'à tuer à coup de bec et de manière horrible, de pauvres habitants impuissants, submergés par la nuée sauvage. Des vues montrant des cadavres ensanglantés, dont les yeux ont été arrachés, justifient largement l'interdiction du film aux plus jeunes. L'histoire qui concerne les humains n'est pas particulièrement originale, et le comportement léger et assez peu responsable de Mélanie au début du film est surtout là pour donner un prétexte à son arrivée à Bodega Bay et à son immixtion dans la famille Brenner. Mais le phénomène étrange et terrifiant qui va toucher les oiseaux va permettre aux personnages de se rapprocher, et au réalisateur de décortiquer leurs traits de caractère. C'est Tippi Hedren qui incarne Mélanie, une jeune femme libre et aventureuse, un peu froide mais qui dégage beaucoup de classe. Il s'agissait pour ce mannequin aux cheveux blonds de son premier film, et si on ne la reverra pas souvent au cinéma, elle montre néanmoins des qualités de comédienne indiscutables, que l'on retrouvera plus tard chez sa fille, Mélanie Griffith. Rod Taylor joue Mitch Brenner, l'avocat que Mélanie vient relancer chez lui, et tous deux vont devoir faire face, avec la maîtresse d'école Annie Hayworth (Suzanne Pleshette) et tous les autres habitants de la bourgade, à la folie meurtrière des volatiles.

Le travail du réalisateur est, comme d'habitude, remarquable, et il signe là un de ses meilleurs films, en tous cas un des plus terrifiants. Les cadrages sont variés et toujours originaux, surtout quand on est dans des endroits exigus (voir la scène de la cabine téléphonique, et l'attaque des oiseaux sur Mélanie, dans la chambre). La photographie garde une unité de couleur très marquée sur le vert, que l'on retrouve dans les paysages, mais aussi au niveau de la garde robe de Mélanie en harmonie avec le plumage des inséparables vus au début du film. Associée à toute une palette de gris et de bleus, cette couleur contribue à donner une atmosphère qui va se révéler de plus en plus angoissante au fur et à mesure que le film avance. Les effets spéciaux sont très nombreux dans ce film qui a été très difficile à tourner, car il n'était pas évident de faire faire aux oiseaux ce qui était attendu du réalisateur. Entre les oiseaux dressés, les oiseaux sauvages et de faux oiseaux, certains plans sont constitués par une composition de plus de trente éléments différents. Il est vrai qu'aujourd'hui ce serait un jeu d'enfant de réaliser en numérique les scènes des attaques, mais en 1963, créer ces images avec un tel réalisme tenait du prodige.

Film culte malgré une fin un peu frustrante, mais qui laisse une grande place à l'imagination, "Les Oiseaux" aurait mérité une édition DVD digne de ce statut. A la place, on nous présente une version charcutée au niveau de l'image et pas vraiment soignée au niveau de la qualité technique. On ne peut que le regretter même si le plaisir de vivre (ou revivre) les sensations que le film nous procure, permet de fermer un peu les yeux sur ces pratiques qui nous font quelquefois douter du sérieux, ou de la compétence, de certains éditeurs.


L'Image : 1/3

Détails techniques : Format Vidéo : 4/3 - Ratio : 1.33:1 Pan&Scan

Avis : Une faute inexcusable de l'éditeur qui nous présente le film en version recadrée, tronquant une bonne partie de l'image originale présentée en 1.85:1. De plus, si les couleurs et les contrastes sont bien restitués, le master présente de nombreux défauts de pellicule, la définition est passable, et la compression pas toujours parfaite. Un tel film justifiait pourtant un minimum de restauration, pour rendre un juste hommage à une photographie superbe et des trucages exceptionnels pour l'époque.


Le Son : 1/3

Détails techniques : Mono en Français, Anglais, Italien et Espagnol - Sous-titres : Français, Anglais, Italien, Espagnol, Portugais.

Avis : Le son n'a guère été mieux soigné que l'image. Les puristes apprécieront qu'il s'agisse de la bande mono d'origine, mais la clarté n'est pas toujours exemplaire, et il y a parfois un peu de distorsion. Alors que le film est pratiquement dépourvu de partition musicale originale, il contient de nombreux bruitages qui rendent le film si angoissant. Là encore, un peu de remasterisation n'aurait pas fait de mal, surtout quand on voit ce qui a été fait sur des films nettement plus vieux ("Bambi" chez Disney, par exemple).


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Menus fixes mais sonorisés. Le film est découpé en 20 chapitres et on peut changer de langue et sous-titre à la volée.


Les bonus :

Tous les bonus sont au format 4/3

  • Documentaire : making of très complet en VOst, de 1 h 20, qui donne une vue assez précise des conditions de réalisation du film. A base d'interviews passées ou récentes, et de documents comme des extraits de storyboards ou des images du tournage, on obtient un bonus passionnant, principalement en ce qui concerne les techniques utilisées par le réalisateur.
  • Scène coupée, présentée sous forme de script et de photos prises pendant le tournage. La scène a effectivement été tournée, mais les rushes ont été perdus.
  • Fin originale, présentée sous forme de story-board et de script, ce qui ne permet d'avoir qu'une idée assez sommaire de ce que cela aurait pu vraiment donner.
  • Les essais de Tippi Hedren. Reportage de 10 minutes montrant l'actrice pendant des tests.
  • Les actualités Universal. Documentaire de 3 minutes sur les actualités concernant la sortie du film, en N&B
  • Photos de production. 85 photos dont quelques affiches, essentiellement en N&B. A noter que pour une fois, ces photos sont presque plein écran.
  • Bande annonce, introduite par Sir Alfred lui-même, un petit morceau d'humour pince- sans-rire.

  • Les Visuels : 0/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray gris, avec un dépliant quatre pages donnant la liste des chapitres et quelques notes de production. Le visuel n'a strictement rien à voir avec l'affiche du film lors de sa sortie, et présente une photo Mélanie en buste, intégrée dans le cadre adopté par l'éditeur pour les films de la collection Hitchcock.



    La sérigraphie

    Sérigraphie minimaliste, avec des demi-cercles gris et noir, que l'on retrouve pour tous les films de la collection. Un effort aurait pu être fait pour intégrer une image différenciant le film. Le titre est en anglais, les textes et logos assez discrets.


    Note Finale : (13/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 05/05/2006 à 09:05 par dvoid1 : Ce recadrage relève de l'irresponsabilité de Universal.Une vraie honte ! C'est Hitchcock, pas Michael Bay !

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2018